En cas d’urgence: Police: 117 | Ambulance: 144

Przemoc seksualna

PRZEMOC SEKSUALNA

Definicja

Wymuszanie pożycia, poniżanie podczas stosunków (wyzwiska, użycie przedmiotów itp.), agresja fizyczna podczas stosunków, wymuszanie nieakceptowanych praktyk seksualnych (pornografia, stosunek analny, stosunki z osobami trzecimi), gwałt.

Question sur la violence sexuelle

Mon conjoint abuse de moi dans mon sommeil, je ne sais pas quoi faire, ni quoi penser.

Bonjour,  Pour commencer, nous tenons à saluer votre démarche de nous écrire et de partager un bout de votre histoire, c'est quelque chose qui demande du courage. D'après les éléments que vous nous partagez, il y a un enjeu important...

Question
13 May 2024 - Puc

Bonsoir,

 A plusieurs reprises mon conjoint me fais des attouchements et essaye de me pénétré quand je suis endormie, la première fois que c est arrivé je le lui ai dis clairement que cela ne se faisais pas, il m as dit que comme j avais pas dis non c est que j était consentante. Le problème c est que quand c est arrivé là 1ere fois, je me suis retrouver totalement figée et impossible de sortir un mot, j était en mode " survie ". Et la ça a recommencer, pour sois disant me réveiller en douceur ( bisous, essayer de me pénétré de nouveau ).. je sais pas quoi faire ni quoi penser, je me sens sale, mentalement c est super dur aussi, et personne ne sais ce que je subit car je n en parle à personne car jnai honte...

Réponse
16-05-2024

Bonjour, 

Pour commencer, nous tenons à saluer votre démarche de nous écrire et de partager un bout de votre histoire, c'est quelque chose qui demande du courage.

D'après les éléments que vous nous partagez, il y a un enjeu important autour du consentement. Notamment car vous avez clairement posé des limites à votre partenaire ("cela ne se fait pas") lors des premiers attouchements non-consentis, et que cela ne l'a pas empêché de recommencer. Ce que vous avez vécu s'apparente à de la violence sexuelle, et cela peut être puni par la loi. En effet, le fait que ce soit votre conjoint ne signifie pas qu'il peut profiter du fait que vous dormiez, et que vous ne soyiez de ce fait pas en capacité de donner votre accord, pour commettre des actes sexuels sur vous. Nous tenons d'ailleurs à souligner que ce n'est pas parce que vous entretenez une relation avec cette personne, que cela lui donne le droit de disposer de votre corps comme elle le souhaite.

Nous nous permettons également de vous informer que contraindre son partenaire à un acte sexuel, même de tenter de contraindre à un acte sexuel constitue un acte de violence poursuivi d'office par le Code pénal suisse.

Si vous le permettez, nous vous transmettons quelques informations concernant le consentement. Lors de relations sexuelles, chaque personne est responsable de s'assurer que l'autre partenaire consent. Il faut pour se faire donner son accord à une action. Il peut être donné et retiré à tout moment. Un "oui" peut devenir un "non", et tout le monde à le droit de changer d'avis. Le fait de ne pas avoir dit "non" n'indique rien sur le consentement de la personne, ainsi le silence ne veut pas dire "oui". Il est donc important de s'assurer que la personne est consentante et lui posant par exemple la question. 

Vous mentionnez aussi le fait que vous étiez figée, dans l'incapacité de sortir un mot, "en mode survie", ce qui ressemble à un état de sidération qui survient lorsqu'une personne vit une situation très choquante ou effrayante. Est-ce que cela fait écho en vous?

Nous pouvons comprendre que vous vous sentiez perdue dans cette situation, aussi, nous nous permettons de vous poser quelques questions à titre de réflexion personnelle:

  • Comment considérez-vous l'avenir avec votre conjoint?
  • Vous sentez-vous en sécurité, à l'aise, quand vous dormez avec votre partenaire?
  • Qu'est-ce qui vous permettrait de vous confier à vos proches sur ce que vous vivez?

Nous nous permettons de vous transmettre des informations qui ont pu être utiles à des personnes dans des situtations similaires à la vôtre. En cas d'agression ou viol récent (dans les 48h), il est fortement recommandé de se rendre à l'hôpital le plus proche afin non seulement de vérifier si vous êtes blessée mais aussi pour effectuer un constat d'agression (à conserver). Ce document n'est remis qu'à vous et ne vous engage pas à entamer des démarches si vous ne le souhaitez pas. Ce document est cependant très précieux si un jour vous changez d'avis.

Si vous le souhaitez, vous pouvez consulter le Centre de santé sexuelle - Planning familial sur le canton de Neuchâtel. Des professionnel-le-x-s pourront vous recevoir lors d'entretiens gratuits et confidentiels, vous pourrez ainsi être entendue, conseillée et soutenue dans votre situation. Il existe un centre à Neuchâtel joignable par téléphone au 032 717 74 35, ou par mail à sante.sexuelle.ne@ne.ch. Si vous habitez plutôt le haut du canton, vous pouvez contacter le centre de La Chaux-de-Fonds par téléphone au 032 967 61 87, ou par mail à sante.sexuelle.vch@ne.ch

Vous pouvez également faire appel au Service d'Aide aux Victimes (SAVI) du canton de Neuchâtel. C'est un service qui vient en aide aux personnes étant, ou ayant été victimes d'infractions au sens du Code pénal suisse. Les prestations sont à nouveau gratuites et confidentielles, et les professionnel-le-x-s peuvent vous accompagner sans obligation d'action pénale (porter plainte). Vous pouvez joindre le service par téléphone au 032 889 66 49, ou par mail à savi.ne@ne.ch. Il y a un centre de consultation à Neuchâtel et à la Chaux-de-Fonds. 

Nous espérons avoir pu vous donner des pistes utiles à votre situation. Nous vous souhaitons bonne chance pour la suite, et nous restons à disposition si vous souhaitez nous donner des nouvelles, ou poser d'autres questions.

J'ai touché les parties intimes de ma copine sans son consentement à deux reprises, alors que je me qualifie d'homme..?

Bonjour, C’est avec attention que nous avons pris connaissance de votre message. Le témoignage que vous nous livrez relève l’importance que vous accordez à la communication et l’écoute de l’autre dans votre couple. Vous dites être tous les deux sensibilisés...

Question
08 April 2024 - 123

Bonjour,

Je suis en couple avec ma copine depuis 2 ans (je suis un homme). Nous avons toujours eu une très bonne communication, tant sur nos peurs que nos envies ou nos besoins. Nous sommes tous les deux sensibilisés au consentement et jusqu’à peu, je me serais même qualifié d’homme déconstruit, alerte sur les questions de masculinité toxique.

Mais malgré notre complicité et notre confiance sexuelles et émotionnelles, il y a peu, alors que nous dormions collés l’un à l’autre, j’ai commencé à toucher ses parties intimes, en étant semi-conscient. Je me rappelle être parti du principe qu’elle était consentante parce que nous avions déjà couché ensemble en étant à moitié endormi un nombre incalculable de fois. En relisant ce que j’écris je me sens tellement stupide, moi qui sait pertinemment qu’un oui est un oui et qu’un silence équivaut à un non. Mais je n’ai pas réfléchi. Elle m’en veut depuis, à raison, mais nous continuons à dialoguer parce que nous voulons que notre couple fonctionne. Elle m’avait auparavant avoué que la première nuit de notre relation, il y a trois ans, je l’avais aussi touchée sans son consentement. Mais je m’étais persuadé que ça n’arriverait plus, sauf que oui.

Ce sont deux fois de trop et je veux m’assurer que cela ne se répétera pas. Je suis perdu parce que même sensibilisé à la question, et conscient de la gravité de mon geste, ça n’a pas suffit à empêcher que cela se répète. Je ne sais pas quoi faire pour m’assurer que cette situation n’arrive pas une nouvelle fois.

Réponse
11-04-2024

Bonjour,

C’est avec attention que nous avons pris connaissance de votre message. Le témoignage que vous nous livrez relève l’importance que vous accordez à la communication et l’écoute de l’autre dans votre couple. Vous dites être tous les deux sensibilisés aux notions de consentement ce qui vous a permis de construire avec votre copine une complicité ainsi qu’une confiance sexuelle et émotionnelle. Vous témoignez être conscient que le respect de l’autodétermination sexuelle de votre partenaire est primordial et avoir cependant pris un silence pour un « oui » à deux reprises.

Nous relevons le courage de votre démarche car les questions de sexualité sont souvent minimisées voire tues dans le couple ainsi que la société. Il transparaît dans votre témoignage qu’un moyen de ne pas reproduire ce comportement est de maintenir le principe que vous semblez vous appliquer « quand c’est pas oui, c’est non ».

Vos mots nous permettent de comprendre qu’une discussion autour de votre comportement a eu lieu avec votre copine. Comme vous le spécifiez, la communication est essentielle dans un couple afin que chacun-e puisse nommer ses besoins, ses limites ainsi que quand ceux-ci ne sont pas respectés et pris en considération. Nous imaginons en vous lisant que votre partenaire a pu nommer les impacts que votre geste a eu sur elle ainsi que sur votre relation.

Vous vous demandez comment vous assurer que cette situation ne se reproduise plus. Nous vous proposons de pouvoir être soutenu dans ces réflexions. Pour cela, les professionnel-le-s du Centre Prévention de l’Ale peuvent vous offrir un espace individuel et confidentiel de discussion. Ce lieu de consultation pourrait vous permettre de poursuivre votre réflexion autour des impacts de votre geste sur votre partenaire ainsi que dans votre relation ou encore réfléchir à des moyens pour ne pas le reproduire. Vous pouvez les contacter au 021 321 24 00 ou par email info@prevention-ale.ch pour un premier rendez-vous lors duquel vous pourrez présenter la situation que vous vivez puis décider si vous souhaitez ou non poursuivre une démarche.

Une autre orientation possible, si vous préférez des consultations de couple ou de sexologie sont les centres PROFA. Vous pourriez y trouver un espace en individuel ou en couple afin d’aborder la sexualité de manière générale. Vous pouvez les joindre au 021 631 01 62 pour un premier rendez-vous. Vous trouverez toutes les informations concernant ces consultations qui se font sur plusieurs sites sur PROFA | Consultation de couple et de sexologie.

En restant volontiers à disposition pour répondre à d’autres questions,

Bien cordialement.

Mon mari me touche alors que je n'en ai pas envie. Que faire ?

Bonjour, Vous nous écrivez car vous vous interrogez sur la façon de considérer le fait que votre mari puisse, alors que vous dormez, vous réveiller en vous caressant et en introduisant ses doigts dans votre intimité sans votre accord. Ces...

Question
05 March 2024 - Aba

Il est arrivé à plusieurs reprises que je me fasse réveiller part mon mari qui était entrain de me caresser ou de me pénétrer avec ses doigts alors que je n'étais pas consentente. Je me suis sentie à chaque fois sale et pas respectée dans mon intimité.

Comment dois-je qualifier ce que j'ai vécu? Que dois-je faire?

Réponse
06-03-2024

Bonjour,

Vous nous écrivez car vous vous interrogez sur la façon de considérer le fait que votre mari puisse, alors que vous dormez, vous réveiller en vous caressant et en introduisant ses doigts dans votre intimité sans votre accord. Ces gestes vous font vous sentir sale et non respectée par votre mari. Vous demandez des conseils sur ce que vous devriez faire.

Nous vous remercions pour votre démarche de nous écrire et de demander de l'aide, c'est une démarche courageuse. Il est essentiel de ne pas rester seule dans votre situation et de demander du soutien, action que vous entreprenez aujourd'hui en nous contactant. À la suite de votre question, nous nous permettons de vous informer que ce que vous vivez s’apparente à des violences sexuelles. En effet, même si vous êtes mariés, votre mari ne peut pas profiter du fait que vous soyez endormie et incapable de résistance pour commettre des actes sexuels sur vous. Cela peut même constituer une infraction pénale punie par la loi.

Le courage que vous avez eu de nous écrire nous pousse à notre tour à vous poser quelques questions à titre introspectives :

• Qu’est-ce qui vous aiderait à vous sentir plus respectée par votre mari ?

• Avez-vous déjà parlé de ce que vous vivez avec votre famille ou vos amis ?

• Quelles ressources pourriez-vous mobiliser pour vous protéger de ces violences ?

Face à cette situation, vous pouvez contacter l'Association ESPAS qui propose un espace de parole et d’écoute confidentiel, sans jugement, dans lequel vous pouvez partager votre vécu et être accueillie là où vous en êtes dans votre parcours de vie. Quelques entretiens préalables permettront de définir ensemble quels sont vos besoins et vos souhaits. Si cela vous intéresse, l'Association propose également des groupes de parole qui permettent de s'exprimer et d'échanger avec d'autres personnes concernées dans un cadre sécurisé et bienveillant. Vous pouvez les contacter au numéro suivant : 0848.515.000 (puis touche 1) les lundis, mardis et jeudis de 10h à 12h et de 14h à 16h, ainsi que les mercredis et vendredis de 10h à 12h. Vous pouvez aussi les contacter par e-mail en précisant votre âge, votre lieu de domicile et votre numéro de téléphone à soutien@espas.info. Les e-mails sont traités le mardi après-midi et le vendredi matin.

Vous avez aussi la possibilité de vous adresser à un Centre LAVI proche de votre domicile. Les Centres LAVI sont des lieux d'aide pour les personnes étant ou ayant été victimes d'infractions au sens du Code pénal suisse, comme c'est votre cas. Des professionnel-le-x-s spécialisé-e-x-s dans le domaine pourront vous recevoir dans le cadre d’une consultation sécurisée et confidentielle sans obligation d’action pénale si cela ne fait pas sens pour vous ou si vous ne vous sentez pas prête à entreprendre cette démarche. Ils-elles pourront vous écouter afin que vous ayez un espace pour raconter ce que vous avez vécu, vous aider à surmonter vos traumatismes et/ou vous apporter une aide supplémentaire, par exemple un soutien psychologique. Il existe plusieurs centres dans le canton de Vaud ; à Aigle, Lausanne, Nyon et Yverdon-les-Bains, vous pouvez les contacter par téléphone ou par e-mail et voir avec eux pour prendre un rendez-vous au 021 631 03 00 du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h.

Nous espérons que vous trouverez dans cette réponse les informations recherchées. Nous restons à disposition si vous avez besoin de compléments ou si vous souhaitez tout simplement nous donner des nouvelles.

J'ai l'impression que je vis de la violence dans ma relation de couple. Que puis-je faire ?

Bonjour,  Vous nous écrivez car vous souhaitez savoir si ce que vous vivez est normal, ce qui est le cas selon votre partenaire. Vous dites être limitées dans votre liberté, vous sentir bloquée, piégée, que votre partenaire vous force à...

Question
12 February 2024 - vsr

Bonjour,

Je vous écris car je ne sais pas si ce que je vis est normal. Selon mon partenaire, oui. Les conditions de vie avec lui sont très limitatives pour ma liberté et je me sens bloquée, piégée. Pour lui, il est impératif que nous puissions voir nos téléphones portables respectifs, mais il voit alors des choses qui datent d'avant le début de notre relation et se met en colère. Quand il veut parler, il veut me forcer, je l'écoute au début, mais il y a un moment où je lui dis que ce n'est pas le moment, que je n'en peux plus et alors il essaie de m'empêcher de sortir de la chambre ou me poursuit dans le reste de la maison pour parler. Il ne veut pas que je sois seule avec mes amis, il ne veut pas que j'aille faire les courses seule. Lorsque je ne veux pas faire l'amour, il me dit que je dois faire l'amour pour lui donner du plaisir, parce que c'est ce que font les couples qui s'aiment. J'ai l'impression qu'il est très jaloux et possessif, lorsque je ne suis pas d'accord avec lui, il m'a même blessée physiquement parce que je ne voulais pas me retourner et qu'il me retournait de force, parce qu'il m'attrapait pour que je ne parte pas. Il me menace également tout le temps et lorsque je lui dis que je veux mettre fin à la relation, il me dit que je ne veux pas partir. .... Je ne sais pas quoi faire !

Réponse
15-02-2024

Bonjour, 

Vous nous écrivez car vous souhaitez savoir si ce que vous vivez est normal, ce qui est le cas selon votre partenaire. Vous dites être limitées dans votre liberté, vous sentir bloquée, piégée, que votre partenaire vous force à faire des choses avec lesquelles vous n'êtes pas d'accord, notamment sexuelles, et qu'il insiste si vous refusez. Vous le décrivez comme jaloux et possessif, et que cela a déjà mené à des blessures physiques. Il vous menace, et ne vous permet pas de mettre fin à votre relation.

Pour commencer, nous vous félicitons de nous avoir contacté-e-s. C'est une démarche courageuse, et cela montre que vous questionnez, à juste titre, ce que vous vivez. Vous avez fait un premier pas important pour sortir de cette situation de violence.

En effet, votre récit comprend des descriptions de l'ordre de la violence psychologique, alimentée par la jalousie ou l'envie de posséder l'autre que vous mentionnez en décrivant votre partenaire. Cette forme de violence ne laisse pas de trace sur le corps, mais elle peut marquer l'esprit de manière tout aussi vive et souvent plus longtemps et plus en profondeur.

Il y a une notion de surveillance à travers le fait de vouloir accéder à votre téléphone, de vous empêcher de voir vos ami-e-s seule, ou de faire des activités seule. Cela peut mener à un certain isolement de la personne victime, et déboucher sur du harcèlement de la personne auteure (poser plein de questions, appeler ou écrire des messages à répétitions, etc...). 

Votre partenaire vous impose aussi de l'écouter, et il vous retient, ou vous poursuit pour vous obliger à le faire, même si vous lui dites gentiment "non". De ce fait, il nie vos choix, vous impose les siens, il ne respecte pas vos limites. 

Dans cette prolongation, lorsque vous parlez de ne pas vouloir faire l'amour, votre discours nous apparaît comme de la contrainte sexuelle. Lors de rapports sexuels, il est essentiel que le consentement soit demandé et donné par les partenaires (même au sein d'un couple), sachant qu'il peut être retiré à tout moment. "Devoir donner du plaisir", "c'est ce que font les couples qui s'aiment", sont-ils des arguments légitimes, qui font suffisamment sens pour vous pour changer d'avis? Si ce n'est pas le cas, c'est une contrainte à un acte sexuel.

Vous mentionnez plusieurs épisodes qui remettent votre intégrité physique en cause. La violence physique peut comprendre le fait de bloquer le passage, immobiliser, retenir de force, empoigner, etc... Vous avez même été blessée.

Ces violences peuvent avoir des conséquences importantes sur la personne qui les subit. D'ailleurs, la violence au sein d'un couple est interdite par la loi qui protège l'intégrité physique, psychique et sexuelle de chaque personne. La plupart des actes de violence sont poursuivis d'office, d'autres doivent être dénoncés par une plainte pénale.

À ce stade, nous vous invitons à réfléchir aux questions qui suivent:

  • Quel avenir souhaiteriez-vous pour cette relation?
  • De quoi avez-vous besoin pour y parvenir?
  • Si une personne proche vous faisait part d'un vécu similaire, que lui conseilleriez-vous?

Avec votre accord, nous souhaitons vous donner quelques pistes qui pourraient vous aider dans votre situation. Il n'est jamais facile de faire à des situations de violence, et seul-e-x on peut se sentir démuni. C'est pourquoi il est important de pouvoir s'entourer de professionnel-le-x dans le domaine, afin d'obtenir des conseils et un soutien.

Si vous ressentez le besoin de parler, et d'être accompagnée dans votre vécu, vous pouvez consulter le Service d'Aide aux Victimes (SAVI) sur le canton de Neuchâtel. Il y a un bureau dans la ville de Neuchâtel, et à la Chaux-de-Fonds. Cette institutions propose des consultations gratuites et confidentielles en lien avec la violence domestique, et plus spécifiquement la violence conjugale. Ces professionnel-le-x-s seront à votre écoute et pourront vous renseigner sur les diverses démarches possibles dans votre situation, et vous proposer une aide sur les plans administratifs, psychologiques et juridiques. Vous pouvez les joindre au 032 889 66 49, ou par mail à savi.ne@ne.ch.

Dans le cas où vous ne vous sentiriez plus en sécurité avec votre partenaire, mais que vous vivez ensemble, qu'il vous faudrait quitter le domicile rapidement et que vous n'avez personne chez qui aller, vous pouvez faire appel au numéro d'urgence 0800 880 480

Si vous devez vous mettre à l'abri, vous pouvez également contacter le SAVI sur le canton de Neuchâtel, qui peut entrer en matière pour un hébergement en aide immédiate de 35 jours, avec possibilité de prolonger. Le numéro de l'hébergement est le 032 886 46 36.

Nous nous permettons également de vous encourager à appeler la Police au 117 si vous vous sentez en danger.

Nous espérons avoir pu vous apporter des conseils utiles et nous vous souhaitons du courage et que la situation s'améliore pour vous. Nous restons à votre disposition si vous souhaitez poser d'autres questions, ou simplement nous donner des nouvelles si vous le désirez.

 

Abuse

Hello, You’ve lived through a tremendous amount of abuse and managed to get out of that situation. You’re now struggling with how this is still affecting you both emotionally and psychologically and have turned to us to get some clues...

Question
11 September 2023 - Sou

I speak English and I am looking for support. I was effected by physical, psychological, emotional and sexual abuse. I managed to get out of the situation physically and distance myself but it's affecting me emotionally and psychologically and I need professional help.

Réponse
13-09-2023

Hello,

You’ve lived through a tremendous amount of abuse and managed to get out of that situation. You’re now struggling with how this is still affecting you both emotionally and psychologically and have turned to us to get some clues as in how to have access to professional help.

We would like to begin by congratulating you, giving yourself the means to get out of such a damaging relationship is an extremely arduous task. It’s an important and meaningful step to take but the one that you’re taking as of now, asking for help with what's to come, is both brave and smart.

If you haven’t had any contact with them yet, we’d suggest that you get in touch with a counselling service. Those work under the Victim Support Act, LAVI (Loi fédérale sur l’aide aux victimes d’infrations) in french or OHG (Opferhilfegesetz) in german. This law is specific to people who have suffered direct harm to their physical, psychological or sexual integrity. Under the Victim Support Act, victims are entitled to assistance from counselling services from professionals on several matters whether they’d be legal, financial, social or psychological.

In the Canton of Valais, there are two counselling services in either Sion, Maison Santé Chablais de Collombey-Muraz (027 607 31 00) or Brig-Glis (027 946 85 32). They all offer the possibility of either consulting over the phone or arrange an appointment depending on what makes you the most comfortable.

Also, since 2021 the costs of psychotherapy are primarily covered by the Swiss compulsory health insurance. We thus suggest that, if you’re open to it, you turn to your physician and ask for a medical prescription. Having a space dedicate to talking about what you’ve lived through and getting some tools to deal with it might be key to your healing process. 

We’re hoping that these will put on you on the trail of the help that you’re seeking. We naturally remain at your disposal for further questions, thank you for your trust and wish you the best.

Agression sexuelle vécue en 2016

Bonjour, Tu nous écris pour savoir s'il est possible de faire un recours suite à une plainte pénale déposée dans le canton du Valais. Cette plainte concerne une agression sexuelle vécue par un professeur lors d'un camp de ski. Nous...

Question
18 April 2023 - Che

Bonjour, Je vous écris car j’ai une question: Est-ce que c’est possible de faire recours suite à une plainte déposée au canton du Valais suite à une agression sexuelle vécue lors d’un camp de ski de la part d’un professeur?

Réponse
20-04-2023

Bonjour,

Tu nous écris pour savoir s'il est possible de faire un recours suite à une plainte pénale déposée dans le canton du Valais. Cette plainte concerne une agression sexuelle vécue par un professeur lors d'un camp de ski.

Nous te remercions pour ta question et allons tenter de te donner quelques pistes de réponses.

Si nous comprenons bien, toi-même ou une personne de ton entourage a malheureusement été victime d'une agression sexuelle en 2016 lors d'un camp de ski, ceci par les agissements graves et fautifs d'un professeur. Une plainte pénale semble avoir été déposée ou être partie d'office. Ta question concerne un recours possible.

Nous ignorons le type d'ordonnance pénale rendue. Cela voudrait-il dire qu'une ordonnance de non-entrée en matière, de classement ou une ordonnance pénale condamnant l'auteur des faits aurait été rendue? Quoiqu'il en soi, le délai de recours est notifié en toute fin de l'ordonnance pénale et fait en principe foi. Souvent, le délai de recours se compte en quelques jours seulement.

Cependant et pour avoir davantage d'informations à ce sujet, de même que l'aide éventuelle d'un-e avocat-e, tu pourrais contacter un centre LAVI de ton choix. Les centres LAVI sont les centres d'aide aux victimes d'infractions c'est à dire un centre de consultation qui acceuille toute personne qui a été victime d'agressions physiques, sexuelles ou psychiques (menaces graves) en Suisse ou à l'étranger alors qu'elle était domiciliée en Suisse. Les professionnel-le-s du domaine du social proposent des consultations gratuites et confidentielles. IIs et elles pourraient précisément te renseigner par rapport aux questions juridiques. Tu peux les rencontrer en étant accompagnée, si tu le souhaites, par une personne de confiance.

Dans le canton de Vaud, tu peux les contacter au numéro (021) 631-03-00 afin de demander une consultation sur Lausanne, Yverdon-les-Bains, Aigle ou Nyon. 

Nous espérons avoir pu t'aider dans ta requête et restons bien évidemment à ton entière disposition si tu souhaiterais nous donner plus d'informations et/ou si tu avais d'autres questions à nous formuler. Cordialement.

Est-ce que c'est bien un viol ce que j'ai subi ?

Attention! à partir du 1er juillet 2024, la loi suisse change en matière de violences sexuelles. Les réponses aux internautes publiées avant cette date en lien avec ces violences ne sont donc plus valables dès le 1er juillet 2024. Bonjour,...

Question
08 March 2023 - Lem

Bonjour, Il y a quelques années, lors d'un voyage, j'ai subit des attouchements et une pénétration que je ne souhaitais pas, mais je n'ai pas réussi à dire non, j'étais figée/mes pensées ne marchaient plus correctement pour me faire me lever et partir. Ce qui est bizarre est que j'ai continué à parler à la personne après et que ce n'est qu'un an plus tard que je me suis rendue compte que ça n'avait jamais été ok pour moi. Précision : j'ai appris par après que cet homme était bien plus âgé que moi, ce que je ne savais pas avant et qui m'a énormément choquée et dégoûtée sur le moment. Lorsque j'en ai parlé, un an et demi plus tard, à une psy qui me suivait depuis plusieurs années, elle m'a dit qu'il ne fallait pas dire que c'était un viol puisque je n'avais pas dit non, qu'il m'avait peut-être manipulée mais que ce n'était pas un viol. On n'en a jamais reparlé depuis et je n'ose pas aborder le sujet avec après sa première réaction, que j'ai ressentie comme peu compréhensive. Depuis peu, néanmoins, c'est considéré comme tel en Suisse, et ça m'aide à reconnaître que ça a été violent pour moi. Je suis actuellement en couple hetero et je me sens respectée et jai une vie sexuelle assez épanouie, mais j'ai encore souvent des moments ou je revis un toucher / revois une image et ça me bloque complètement ensuite, me dégoûte et me crispe. J'aimerais beaucoup pouvoir en parler mieux et apprendre à me réapproprier mon corps et mes sensations, pour ne plus avoir ces blocages très gênants. Jai aussi vécu beaucoup de honte et d'humiliation quand je m'en suis rendue compte, ça a été un moment très difficile. Je crois que d'en parler m'aiderait à apaiser les pensées que j'ai encore avec ça. Est-ce que vous savez où est-ce que je peux avoir une consultation ? Est-ce que vous jugez légitime d'après ce que j'ai vécu ? Je vous remercie

Réponse
09-03-2023

Attention! à partir du 1er juillet 2024, la loi suisse change en matière de violences sexuelles. Les réponses aux internautes publiées avant cette date en lien avec ces violences ne sont donc plus valables dès le 1er juillet 2024.

Bonjour,

Il y a trois ans lors d'un voyage vous avez subi des attouchements et un pénétration non-souhaités et vous n'avez pas réussi à dire non. Vous vous êtes rendue compte plus tard que cet homme était beaucoup plus âgé que vous et que vous n'avez jamais été ok par rapport à ce qu'il s'est passé. Vous vous êtes sentie choquée et dégoûtée. Votre psychologue vous a dit qu'il ne s'agissait pas d'un viol et dès lors vous n'osez plus aborder le sujet avec elle. Vous avez encore des flash-backs qui vous bloquent et crispent et souhaiteriez en parler à un-e professionnel-le afin de vous réapproprier votre corps et vos sensations mais également afin d'apaiser vos pensées. Vous nous demandez où est-ce que vous pourriez demander de l'aide et si c'est légitime.

Vous avez bien fait de nous écrire : ce que vous avez vécu est bien un viol, votre consentement n'a pas été respecté. Celui-ci n'est pas toujours verbal et peut être retiré à tout moment, il est de la responsabilité de chacun-e des partenaires de s'assurer du consentement du/de la partenaire. En Suisse, un viol consiste en une pénétration d'un pénis dans un vagin avec menace, violence, pression psychologique ou contrainte (art. 190 CP), tandis que les autres formes de violence sont considérées comme des contraintes sexuelles (art. 189 CP). Ces articles sont en révision à l'heure actuelle afin de tenir entre autre compte de l'effet de sidération. Comme vous le décrivez, lors de violence sexuelle il est courant que les victimes se figent et ne réagissent pas, ou se retrouvent « en-dehors » de leur corps, comme si elles regardaient la scène de l’extérieur, ce qui va conduire à des sentiments de culpabilité chez les victimes. Cependant, il s'agit d'un effet de sidération, qui est une réaction physique tout à fait normale dans une situation qui ne l'est pas.

Nous sommes navré-es de la réaction inadéquate de votre psychologue, qui n'a pas su reconnaître les violences subies comme un viol, ni vous écouter et réagir de manière compréhensive. Il est important que vous puissiez être suivie par un-e professionnel-le formé-e dans le domaine des violences sexuelles et qui saura vous écouter et vous aider dans votre processus de reconstruction, il n'est jamais trop tard pour cela. Vous décrivez très bien dans votre messages les conséquences que peuvent avoir des violences sexuelles sur la santé psychique de la victime et vous êtes tout à fait légitime de demander de l'aide à des professionnel-les. 

Vous pouvez contacter l'Association Viol Secours qui propose une aide confidentielle à toute personnes ayant été victime de violences sexuelles. Leur équipe propose une permanence psychosociale, il s'agit d'un accompagnement spécialisé afin de vous aider à vous réapproprier votre corps, vos émotions ou/et votre autonomie. La permanence est disponible par téléphone au +41 (0)22 345 20 20, par courriel permanence@viol-secours.ch ou en présentiel à Genève (Place des Charmilles 3 — 1203 Genève). Si cela peut aussi vous intéresser, l'Association propose également des groupes de parole qui permettent de s'exprimer et d'échanger avec d'autres personnes concernées dans un cadre sécure et bienveillant.

Vous pouvez également contacter un Centre LAVI proche de votre domicile. Les Centre LAVI sont des centres d'aide pour les personnes étant ou ayant été victimes d'infractions au code pénal suisse, comme c'est votre cas. Des professionnel-les spécialisé-es dans le domaine pourront vous écouter afin que vous ayez un espace pour raconter ce que vous avez vécu, vous aider à surmonter vos traumatismes et/ou vous apporter une aide supplémentaire, par exemple un soutien psychologique. Il existe plusieurs centres dans le canton de Vaud ; à Aigle, Lausanne et Yverdon-les-Bains, vous pouvez les contacter par téléphone ou par e-mail et voir avec eux pour prendre un rendez-vous en présentiel ou alors s'il est possible de le faire au début à distance. 

Nous espérons avoir pu vous aider dans votre réflexion. Nous restons bien entendu à votre entière disposition si vous aviez d'autres questions ou si vous souhaitiez nous donner de vos nouvelles dans quelques temps. Nous vous adressons nos cordiales salutations.

Quitter le site (touche esc) Poser une question
Retour au sommet