Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Mon compagnon exerce de la violence physique et psychologique à mon encontre. A cause de notre situation professionnelle et des violences j'ai pris la décision d'avorter. Tout ceci m'empêche de me concentrer sur ma formation professionnelle, que faire ?

27 février 2020 - Van...

Bonjour, Je fais recours à votre site car je ne sais plu quoi faire ni à qui demander de l’aide. Cela fait maintenant 3ans que je me suis mise en couple et beaucoup d’événements ce sont produits jusqu’à ce jour. Je l’ai rencontré en foyer à l’âge de 15ans et à cette période j’étais plutôt réservée et naïve.

Tout était si rose au début, j’ai vécu avec lui en foyer durant plusieurs mois, j’ai ensuite habitée chez lui pendant plus d’une année, et c’est là qu’il a commencé à avoir des comportements violents et très incompréhensibles. Il a toujours voulu choisir pour moi et savoir tout ce que je faisais. Il a d’abord été violent verbalement et psychologiquement, très violent même, en me disant de choses très blessantes et inquiétantes comme ; tu ne sais rien faire, tu n’es pas belle, tu n’es qu’une pute, je vais t’éclater la tête,... en allant jusqu’à « je vais te tuer »....

Il a ensuite été violent physiquement, il me lançait des objets dessus, il me mordait jusqu’à en saigner, il m’a mise sur un matelas puis me sautais dessus... Un jour, je suis tombée enceinte, j’avais 16ans, j’en étais à 3 mois de grossesse, lui a insisté pour que je le garde, mais vu la situation de chacun, sans travail donc sans revenu, ainsi que la situation de notre couple, pour moi cela n’était pas envisageable. Je l’aimais tellement que je voulais le garder, mais un jour, il m’a menacé en pleine ville au couteau, m’a étranglée, puis marquée au couteau sur les cuisses.

Cette événement m’a beaucoup marquée et cela m’a fait réfléchir, depuis ce jour, j’ai voulu avorter... J’ai donc avorté de ma fille (dont j’avais déjà le nom..) a 5 mois de grossesse. Cela a été une période très difficile pour moi comme pour lui, qui était entièrement contre et dont il m’en a toujours voulu. Depuis cette événement, l’état de notre couple s’est aggravé, il est de plus en plus violent et possessif.

Désormais je suis en apprentissage de cuisinière voie cfc, et lui sans activité, rémunéré du CSR. Il arrive que j’aie la tête ailleurs au travail, du à ce qu’il s’est passé la veille avec mon compagnon, et cela ce remarques sue mon travail.

Je ne sais plu quoi faire, je n’arrive pas à le quitter, je ne trouve plu de solution, lui reste aveugle sur la situation et ne compte pas changer... J’espère que vous pourrez me conseiller sur ma situation... En attendant votre réponse, je vous remercie d’avance pour le temps que vous prendrez à répondre à ma demande et vous souhaite une belle soirée/journée. 

Notre réponse

Bonjour Vanessa, 

Tu es en couple avec ton compagnon depuis trois ans. Si "tout était rose au début", il a commencé à exercé des violences psychologiques et physiques sur toi. Lorsque tu es tombée enceinte, il souhaitait que tu gardes l'enfant. Mais au vu de la situation professionnelle de chacun-e et à un épisode de violence particulièrement grave tu as pris la difficile décision d'avorter. Depuis, ton compagnon se montre de plus en plus violent et possessif ce qui t'empêche de te concentrer sur ton apprentissage. Tu souhaiterais trouver des solutions à ta situation difficile. 

Ta situation nous inquiète beaucoup. De ce que nous lisons, les actes de violence de ton copain gagnent en gravité avec le temps. La violence prend souvent la forme d'un cycle, et sans l'aide de professionel-le-s il y a de grands risques qu'avec le temps les comportements violents deviennent de plus en plus graves et de plus en plus fréquents. Ainsi, nous sommes extrêmement préoccupé-e-s par ta situation. 

Souvent, les violences impliquent des conséquences néfastes sur la santé et le bien-être des victimes. A force d'être maltraitée par ton compagnon, tu te sens démunie et incapable de trouver une solution. Il t'arrive aussi d'avoir "la tête ailleurs" au travail car tu penses à ce qui s'est passé la veille. Ces réactions sont donc normales, c'est les épisodes de violences qui ne le sont pas. Nous comprenons que tu te sentes démunie, mais en nous écrivant tu as fait un grand pas nécessaire à ce que tu trouves des solutions qui te permettront de sortir de ta situation. En t'adressant à nous, tu as décidé de ne pas rester seule avec ta peur et ta souffrance et nous te félicitons d'avoir fait ce choix. 

Les actes de violence conjugale que tu subis sont interdits par la loi et te mettent en danger. Tu es en droit de demander de l'aide pour en être protégée. La prochaine fois que ton compagnon se montre violent, n'hésites pas à contacter la police au 117.  Elle saura assurer ta protection et ta sécurité. Par exemple, si vous habitez toujours ensemble, la police pourra ordonner une expulsion immédiate du domicile pour une durée de 14 jours. 

Tu dis que tu n'arrives ni à le quitter ni à trouver une solution. Peut-être as-tu besoin d'un temps de réflexion pour y voir plus clair. Tu pourrais t'accorder un temps de répit afin de pouvoir faire le point sur la situation. T'éloigner de ton compagnon te permettrait de réfléchir à tes besoins, à tes attentes, de reprendre confiance en toi mais aussi naturellement de te préserver des assauts de violence de ton compagnon. 

Dans le canton de Vaud, le centre d'accueil MalleyPrairie, propose un hébérgement d'urgence aux femmes victimes de violence conjugale. Sur rendez-vous, le centre propose également des entretiens en ambulatoire confidentiels et gratuits avec des professionnel-le-s dans différentes villes vaudoises. Tu peux contacter le centre 24h/24 et 7j/j au 021 620 76 76.

Tu peux également t’adresser à un Centre LAVI (Lausanne 021 631 03 00, Aigle 021 631 03 04, Yverdon 021 631 03 08) pour une première consultation gratuite et confidentielle. Les professionnel-le-s du centre LAVI de ton choix, t'informeront concernant tes droits et  pourront te proposer des solutions qui conviendront à ta situation. Il sera peut-être aussi possible d'obtenir des aides psychologiques, juridiques, sociales et matérielles pour t'aider dans tes démarches.

Nous espérons que ces quelques pistes t'aideront à trouver le soutien dont tu as besoin pour assurer ta sécurité et ton bien-être. N'hésite pas à nous écrire à nouveau pour nous donner de tes nouvelles. Prends bien soin de toi!

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Physique, Psychologique

Posez-nous votre question