Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Violences verbales et psychologiques sur ma fille

09 octobre 2018 - n.w...

Bonjour, Ma fille de bientôt 18 ans subi de la violence verbale et psychologique telle qu’en je l’ai subie moi-même lorsque vivais avec son père. Elle vit maintenant chez ce dernier. Elle a parlé librement de la violence qu’elle subi, verbalement, de la mère de ce dernier. Sa grand-mère paternelle ayant été condamnée elle vient de faire recours. Ma fille subi maintenant de la violence psychologique de la part de sa grand-mère et de son père, en répercussion au fait qu’elle aille oser parler de cette violence. Qui peut aider ma fille pour lui donner la force d’aller jusqu’au bout de sa dénonciation ?

Notre réponse

Bonjour Madame,

A votre désarroi, vous constatez que votre fille, bientôt majeure, subit des violences verbales et psychologiques, de la part de son père et de sa grand-mère paternelle. Des violences que vous-même aviez vécues lorsque vous viviez avec le père de votre fille. Votre fille a semble-t-il déposé une plainte envers sa grand-mère et, dans ce climat délétère, vous vous demandez qui pourrait aider votre fille à trouver la force pour aller jusqu’au bout de sa « dénonciation ».

Constatant de la violence sur votre fille, qui est encore mineur, vous avez, en tant que parent, un devoir de protection sur elle et, dans ce cas, l’institution compétante est le Service de la Protection de la Jeunesse. Si vous pensez que votre fille est en danger et qu’elle aurait besoin d’une protection que vous ne pourriez apporter, vous pouvez, seule ou avec elle, les solliciter pour leur demander de l’aide.

A propos de la plainte, le service compétant en la matière est le Centre LAVI, qui a les facultés pour donner les informations et le soutient à propos de la procédure pénale. Les professionnel-le-s ont aussi l'habilité d’apporter à vous et votre fille une aide psychologique, juridique, sociale et matérielle.

Dans les difficultés que votre fille affronte, il est possible qu’elle ressente le besoin de parler de sa situation à une personne neutre, pour trouver des pistes pour avancer comme pour tenter de se décharger du poids psychologique de ce qu’elle vit. Pour cela, elle pourrait entamer un suivi avec un-e psychologue de son choix, ou, dès sa majorité, consulter auprès du Centre d'accueil MalleyPrairie, qui propose des consultations ambulatoires spécifiques pour les femmes victimes de violences conjugales ou familiales.

Nous espérons que ces quelques éléments de réponses vous permettront dans un premier temps de prendre la direction qu’il vous convient pour protéger votre fille, et vous-même, de cette situation complexe. Nous restons à disposition en cas de besoin et vous envoyons, Madame, nos meilleures pensées pour vous accompagner dans ces moments difficiles.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Psychologique

Posez-nous votre question