Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Violences dans le passé et conséquences encore aujourd'hui

05 décembre 2018 - Lul...

Bonsoir, Je ne sais pas vraiment par quoi commencer, que dire, c'est une démarche que je fais pour la première fois et je ne me sens pas vraiment légitime pour demander de l'aide à l'heure actuelle, car en réalité, tout va mieux. Je ne sais cependant pas à qui parler et étant étudiante, n'ai pas vraiment les moyens d'entreprendre une thérapie. En bref, depuis l'enfance, j'ai vécu dans un contexte dans lequel j'étais temoin de violences conjugales, de par mes grands-parents maternels, un oncle ou par le conjoint de ma maman après le divorce de mes parents. Malgré quelques blessures psychiques, j'ai su me protéger au mieux de cela grâce à mon papa qui a toujours été aimant et protecteur. Je vis une vie épanouie, j'ai la chance de faire des études qui me passionnent, de voyager et d'être entourée de beaucoup d'amis. Pourtant, il y a maintenant 2 ans, j'ai rencontré un homme dont je suis tombée éperduement amoureuse. Il était beau, intelligent, drôle. Il semblait parfait. Mais au fur et à mesure des mois passés ensemble, il commençait à montrer un autre visage. Il y a eu plusieurs épisodes de violence, principalement psychique et parfois physique. Heureusement, après 6 mois de relation toxique, j'ai su me défaire de lui. Après notre rupture, j'étais dévastée. Je n'ai plus dormi pendant des nuits, j'ai fait des cauchemars pendant plusieurs mois, raté mes examens, développé des problèmes de santé et j'avais perdu toute ma confiance en moi. Il m'a fallu environ 1 an pour me reconstruire et pour avoir envie de refaire confiance à quelqu'un. Maintenant je suis heureuse. Je suis en train de terminer mes études, ma santé est à nouveau bonne et j'ai une vie sociale bien remplie. Ma maman a elle aussi pu sortir de sa relation destructrice, j'ai coupé les ponts avec sa famille. Qui plus est, ce printemps, j'ai rencontré quelqu'un. C'est un garçon bien. Il est sensible et doux, nous partageons beaucoup de choses, nous avons des projets et j'aimerais que ça marche entre nous. Pourtant, je remarque que quelques choses ne va pas. Parfois, comme dans tous les couples, nous avons des désaccords, cependant, quand cela arrive, je développe des réflexes de peur et je perds mes moyens, allant jusqu'à faire des crises de panique. Mon copain souffre beaucoup de cela car il ne sait pas comment m'aider. Quand cela se produit, il me prend la main et me parle doucement jusqu'à ce que je me calme et le laisse me prendre dans ses bras. Quand je suis calme, je sais pertinemment qu'il ne me ferait jamais de mal et qu'il veut mon bien mais quand j'ai mes crises de paniques, je ne suis plus capable de réfléchir normalement. J'aimerais pouvoir passer au-dessus de ces mauvais souvenirs, vivre dans le présent et être heureuse. Je suis assez bouleversée par mes réactions car je pensais avoir réussi à complètement remonter la pente. C'est la première fois que je me remets dans une relation sérieuse et je vois que j'ai développés certains mécanismes qui n'ont pas leur place ici. Voilà la situation plus ou moins résumée. Je ne sais pas vraiment quoi faire de ceci, je ne sais pas si vous avez des techniques pour entreprendre un travail sur soi, si mon message a bien sa place ici, si le problème est plus profond, si mes mécanismes et mes cauchemars sont révélateurs d'autre chose, si je psychote, Je suis pleine de questionnements. Je vous remercie d'avance pour votre temps et vous souhaite une excellente soirée

Notre réponse

Bonjour Madame,

Dans le passé, vous avez été exposée aux violences domestiques dans votre famille proche et votre ex-conjoint a usé de violence physique et psychologique à votre égard. Actuellement, il vous arrive de faire des crises de panique lors de désaccords avec votre nouveau compagnon. Cela vous questionne et vous souhaitez ne plus être affectée par les violences de votre passé pour pouvoir profiter du présent.

Tout d'abord, nous tenons à vous dire que votre message a bien sa place ici. Ce que vous nous décrivez sont les conséquences de l'exposition répétée à des situations de violences et votre corps et psychisme sont désormais dans un "état de vigilence".

Vous dites ne pas vous sentir légitime à demander de l'aide car "tout va mieux". Ce que vous avez traversé dans le passé est difficile et les agissements de votre famille maternelle ainsi que de votre ex-conjoint continuent d'influencer votre relation actuelle bien que vous n'ayez plus contact avec. En effet, les conséquences d'une situation de violence sont importantes et peuvent persister dans le temps. La peur, le stress et l'anxiété sont les conséquences d'une situation qui n'était pas normale. Vous avez bien fait de nous écrire et de ne pas banaliser vos réactions.

La Loi sur l'Aide aux Victimes d'Infractions (LAVI) peut être une ressource pour les victimes ou proches des victimes de violence. Les professionnel-le-s des Centres LAVI apportent informations, écoute et soutien aux personnes. Des entretiens psychothérapeutiques peuvent également être offerts sous certaines conditions. N'hésitez pas à contacter un des Centres LAVI du canton de Neuchâtel (SAVI Neuchâtel) pour faire le point sur votre situation. Pour le bureau dans la région de Neuchâtel, vous pouvez appeler le 032 889 66 49 du lundi au vendredi de 9h00 à 11h30 et de 14h00 à 16h00 (sauf le mardi matin). Le bureau de la Chaux-de-Fonds est joignable au 032 889 66 52 selon les mêmes horaires (du lundi au vendredi de 9h00 à 11h30 et de 14h00 à 16h00, sauf le mardi matin). Les consultations sont gratuites et confidentielles.

Il existe également une permance téléphonique pour les violences domestiques, disponible au 032 886 46 36 tous les jours de 18h à 21h sauf le samedi de 9h à 12h.

Une méthode thérapeutique, l'EMDR, développée pour traiter les symptômes de situations traumatiques pourrait vous aider à retrouver la sérénité que vous recherchez. Si vous passez par un-e psychologue qui travaille sous délégation d'un-e psychiatre, les séances peuvent être prise en charge par l'assurance de base.

Vous pouvez également consulter le service de santé de votre établissement scolaire. Des prestations de soutien psychologiques existent sûrement gratuitement ou à prix préférentiel pour les personnes en études.

N'hésitez pas à nous réécrire si vous avez d'autres questions ou pour nous donner de vos nouvelles.

Nous vous envoyons nos meilleures pensées et nous vous souhaitons le meilleur dans votre démarche pour retrouver une sérénité dans votre relation amoureuse.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Physique, Psychologique

Posez-nous votre question