Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Violence psychologique

22 décembre 2018 - caf...

J'ai subit de la maltraitance psychologique pendant de nombreuses années. La violence verbales s'est agravé suite à l'emprisonnement de mon conjoint pour une toute autre affaire. Il s'est mis à être pris d'une jalousie maladives et la violence est allé crescendo jusqu'à devenir physique et à en venir à des menaces. J'ai consulté, j'essai de m'en sortir, pour mes enfants surtout. J'ai déposé plaintes, mais les plaintes sont remis aux oubliettes fautes de violences physiques graves. Les menaces persiste. Il est à l'étranger maintenant et le procureur à classé ma plainte puisque monsieur ne peut pas être interroger. Alors la question est; faut-il attendre que je soit tabassé par ses copains ou qu'il trouve moyen d'entrer en Suisse et me faire la peau pour que mes plaintes soit prises au sérieux. Je n'ai plus confiance en la justice. Porter plainte demande beaucoup de courage et la démarche n'est pas facile. Alors quand tout ça n'a servi à rien et que notre bourreau est en liberté et nous ri au nez on a envie de dire à quoi ça sert d'en parler à la justice? Faut-il attendre d'en arriver au pire? Il n'a jamais été puni, et je dois lui verser la moitié de mon deuxième pilier suite à notre divorce. La blague!

Notre réponse

Bonjour Madame,

Pendant de nombreuses années vous avez été confrontée à de la violence (psychologique puis physique). Courageuse, vous avez alors entrepris des démarches pour sortir de cette situation. Cependant celles-ci n’ont pas été efficaces, notamment à cause du fait que votre ex-mari a quitté la Suisse. Il continue de vous menacer et vous en êtes très angoissée. Vous avez bien fait de nous écrire, nous allons vous donner quelques pistes de solutions. 

Nous ne savons pas où vous avez consulté et avec quelle aide (avocat, service juridique) les démarches auprès de la justice ont été faites. Pour sortir de la violence, il est souvent nécessaire de recourir à une aide extérieure spécialisée dans ce domaine. Les professionnel-le-s des services spécialisés de la violence au sein du couple connaissent mieux comment agir dans des situations délicates ou compliquées, notamment lorsqu’il ne semble plus y a voir beaucoup d’espoir juridiquement. Comme dans votre cas, la violence peut se poursuivre même après la séparation et c’est pourquoi il est généralement conseillé de porter plainte autant de fois que nécessaire. Nous comprenons votre découragement. Nous vous conseillons alors d’être soutenue et accompagnée par les intervenant-e-s du Centre d’accueil MalleyPrairie qui pourront vous aider à mettre en place des moyens concrets pour vous protéger. Pour se faire, elles/ils proposent des entretiens individuels ambulatoires, gratuits et confidentiels pour discuter de votre situation. Ce centre a aussi des hébergements sécurisés pour femmes et enfants en cas d’urgence. N’hésitez pas à les appeler (021 620 76 76) pour vous renseigner, grâce au service Itinérance, les consultations sont possibles dans plusieurs villes du canton de Vaud (Lausanne, Bex, Montreux, Vevey, Nyon, Orbe, Yverdon-les-Bains et Payerne).

Pour poursuivre juridiquement et être mieux épaulée, nous vous suggérons aussi de vous adresser à un Centre LAVI, qui propose une aide juridique et parfois des indemnités financières aux victimes d’infractions. Vous pouvez prendre rendez-vous avec eux aux numéros suivants selon la localité la plus proche de chez vous: Lausanne - 021 631 03 00Yverdon - 021 631 03 08Aigle - 021 631 03 04

Si vous recevez des menaces graves ou que vous sentez que vous êtes en danger, n’hésitez pas à appeler la police au 117 pour qu’elle intervienne. 

Nous espérons que nos pistes vous rassurent et vous aideront à sortir de cette situation difficile. Nos meilleures pensées vous accompagnent pour la suite. Prenez-soin de vous et des enfants. 

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Physique, Psychologique, Economique

Posez-nous votre question