Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Tous les jours je me demande si je dois porter plainte ou non et ça me fatigue, je suis perdue et je ne sais pas quoi faire.

05 septembre 2017 - Artémyse

Bonjour, Merci pour votre réponse suite à mon message du 5 août, qui m'a tellement aidé. Ca m'a bcp aidé que vous me parliez d'emprise, je ne m'étais pas rendue compte qu'elle était toujours là alors que c'était fini officiellement depuis 3 ans. Ca m'a bcp aidé que vous me disiez que ce qui compte c'est aujourd'hui. Je me suis procurée le livre que vous m'avez conseillé: femme sous emprise et ça m'a aidé. Quand je vous ai écris, je me sentais prise au piège car mon ex me mettait la pression pour faire un mariage blanc. (Au début de son retour de prison, c'était moi pourtant qui lui avais proposé de l'aider en larmes et j'avais regretté ensuite. Je sais maintenant qu'il savait comment faire pour me manipuler). En parallèle à votre réponse, la situation s'est dégradée et je n'avais plus de doute, je ne voulais pas l'aider. Je le lui ai dit clairement et bizarrement il a bien réagj pour ensuite être vraiment désagréable. Je me sentais à nouveau prise au piège et je n'arrivais pas à être affirmé et le faire partir de chez moi, je ne savais pas comment faire. Je recommençais à me sentir très mal et vouloir me faire du mal. Ce soir-là, son dernier soir chez moi, j'ai eu un électrochoc quand je lui ai reparlé des 2 viols qu'il m'a fait, il s'est trouvé des excuses. C'est comme si je me suis réveillée d'un coup. J'ai réalisé qu'il m'a manipulé quand il était en prison car il ne voulait pas que je dise ce qu'il m'a fait à un procureur dans une affaire. Moi je voulais que tout finisse bien qu'on se quitte avec le respect, tout oublier et qu'il parte. Mais ce n'est pas possible. Tout a été vite les jours suivants. J'ai lu et relu votre message. J'ai fait un appel au secours sur mon mur fb et grâce à ma cousine qui ne m'a pas jugé, j'ai osé dire à 2-3 proches pour les viols et qu'il était revenu. J'ai contacté solidarité femmes et la personne m'a beaucoup aidé. Elle m'a donné des bons pour voir une avocate. L'avocate a été très directe brusque et c'est la première fois que je parlais de tout et surtout l"après" ou je suis restée avec et ne lui ai pas dit de partir. Je m'en voulais en en parlant avec l'avocate ça avait l'air surréaliste.(c'était lundi passé). J'ai vécu une semaine affreuse à pleurer tout le temps, un soir j'ai vomi. Et après avoir vomi je me suis sentie apaisée. Ensuite, j'ai eu envie de me fâcher contre des gens dans les magasins. Je vois que les gens les plus proches de moi prennent la distance ou ne se rendent pas compte que je me réveille maintenant et que j'ai besoin de ne pas me sentie seule. L'avocate m'a dit que dans mon histoire le résultat de la plainte sera 50/50. Avec en plus des risques que j'aie un casier judiciaire qui s'ouvre car je n'ai pas dit toute la vérité lors d'un témoignage. Tous les jours, je me demande si je dois porter plainte ou non et ça me fatigue, je suis perdue et je sais pas quoi faire. Je suis bien entourée par des professionnels, mais j'ai peur de sa réaction, de ne pas être assez forte pour parler de tout ça devant la police, la juge son avocat etc. Il n'y a pas de preuves. Je n'ose même plus dire à l'avocate qu'elle a été trop directe que je me suis sentie jugée. D'un côté j'ai l'impression que ça peut me libérer et si la justice reconnaît ce qui m'est arrivé, ce sera un grand soulagement. (sans imaginer de le voir en face). Mais si le contraire arrive, aucune condamnation, je ne sais pas si je vais le supporter. Je suis perdue et je me suis dit que vous pourriez peut-être m'éclairer. Merci pour votre aide.

Notre réponse :

Bonjour Artémyse,

Tout d'abord nous sommes très touché-e-s de savoir que notre précédente réponse a pu vous aider. Vous avez fait un sacré bout de chemin en peu de temps ! Malgré tout il demeure des peurs et des doutes et cela est tout à fait normal. Vous avez bien fait de nous recontacter.

Vous avez l'impression d'avoir soudainement ouvert les yeux et réalisé tout le mal que votre ex-partenaire vous a fait. Il faut souvent du temps pour prendre conscience des mécanismes à l'oeuvre dans une relation de violence. Cela ne se fait pas du jour au lendemain. Il est primordial aujourd'hui de vous protéger, de prendre soin de vous et d'être aidée dans votre chemin vers la reconstruction. Si les contacts avec Solidarité Femmes se sont bien passés, vous pouvez sans autre continuer avec ces professionnel-le-s ou leur demander les coordonnées d'un-e psychologue. De plus, vous avez tout à fait le droit de changer d'avocate si la vôtre ne vous convient pas: il n'est pas normal de vous sentir jugée par elle et de ne plus oser lui parler. A cet égard, le Centre LAVI/Solidarité Femmes peut vous conseiller. 

En ce qui concerne le dépôt de plainte, vous seule pouvez prendre une décision. Les professionnel-le-s et vos proches peuvent vous donner leurs avis et conseils, mais le choix final vous revient. Nous entendons bien votre conflit intérieur et les raisons qui vous font hésiter et comprenons que la situation soit délicate. Vous avez raison d'avoir à l'esprit que ces démarches juridiques peuvent être longues et éprouvantes. Sachez cependant que différents professionnel-le-s (avocat, intervenant social, psychologue,...) peuvent vous accompagner chacun à leur manière sur ce parcours. Cela étant dit, personne ne peut vous dire à l'avance quelle sera la décision prise par le juge, c'est pourquoi nous vous invitons à vous demander quelle alternative serait la moins délétère pour vous: auriez-vous davantage de regrets à déposer plainte ou à n'entreprendre aucune démarche juridique ? Vous ne nous dites pas exactement à quand remontent les violences mais pour des actes poursuivis d'office (comme les viols), vous disposez d'un délai de 5 à 20 ans pour faire connaître les faits. Il n'est donc pas nécessaire d'agir dans l'urgence. 

Vous avez beaucoup de courage et de force pour avoir avancé ainsi en un mois. Tout en restant à disposition en cas de besoin, nous vous soutenons dans vos démarches futures et vous envoyons nos meilleures pensées pour vous accompagner. 

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Physique, Psychologique, Sexuelle

Posez-nous votre question