Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Témoignage et besoin de soutien

25 avril 2019 - Mim...

Bonjour, j'ai 32 ans et j'ai été en couple avec ce que l'on nomme un pervers narcissique de 16 à 18 ans, il m'a totalement détruite psychologiquement et a eu été violent physiquement. 14 ans plus tard, je subis toujours certains blocages dans mes relations dû à cette expérience, j'ai toujours peur de le croiser en ville, je ne m'aime pas et je pense toujours que si je dis "non" dans une relation amoureuse, la personne va devenir violente ou partir. Il m'a tellement mis la faute dessus ("c'est de ta faute si je me comporte comme ça"), que je ne me considère toujours pas comme victime et que je n'ai pas été une "vraie femme battue". Ma question est: est-ce qu'il y a des groupes de discussions où on pourrait échanger sur "l'après" ? Je cherche de l'aide afin de passer ces blocages. Merci d'avance

Notre réponse

Bonjour Madame,

Plus jeune, vous avez vécu une relation pendant laquelle vous avez été confrontée à des violences. Maintenant, il vous reste comme des séquelles qui vous bloquent au niveau de vos relations actuelles et vous avez des peurs qui reviennent. Vous avez de la peine à vous considérer comme victime et vous aimeriez savoir s’il y a des groupes de paroles pour en discuter. En nous contactant, vous avez fait un grand pas de plus pour reconnaître et comprendre ce qui est arrivé. La violence que vous avez vécue est réelle et ce n'est pas de votre faute. Malheureusement, tout le monde peut être victime de comportements de violence au cours de sa vie. Nous vous félicitons donc pour votre courage et votre volonté d’aller de l’avant. 

La violence psychologique et physique laisse en effet de graves conséquences qui peuvent perdurer, même si la relation est terminée depuis longtemps. La confiance en soi est souvent très touchée à cause de la culpabilité vécue et il peut être difficile de retrouver un moyen de s’affirmer. Comme vous dites, il devient difficile "d'oser dire non" car la peur des répercussions est toujours présente alors qu’il est dans votre droit de dire non et de vous sentir en sécurité. 

Ces blocages peuvent être résolus grâce à un travail thérapeutique. Vouloir en parler dans un groupe de parole peut être très bénéfique pour votre situation. Pour cela, vous pouvez vous adresser au Centre d’accueil MalleyPrairie (021 620 76 76) qui en propose. Si vous souhaitez également recevoir une aide personnelle, les intervenant-es de ce centre offrent également un espace de parole lors d’entretiens individuels, sans engagements. 

Nous vous encourageons à poursuivre vos démarches dans ce sens et vous envoyons nos meilleures pensées pour la suite. Si vous avez d’autres questions ou que vous souhaitez nous donnez de vos nouvelles, vous pouvez nous écrire à nouveau. Prenez bien soin de vous. 

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Physique, Psychologique

Posez-nous votre question