Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Mon mari a des comportements de contrôle

18 octobre 2018 - per...

me rabaisse continuellement, me demande de contròler ses courriels car il n'est pas sûr de son orthographe, m'envoie vivre ailleurs, ne me laisse pas travailler (traduction), ou jouer du piano pendant plus d'une heure. Me demande pardon le soir, et recommence le lendemain. Sait pertinemment qu'il est odieux. Jaloux de mes amis, de mes connaissances. N'ai pas le droit de parler à un voisin de quartier. Ne suporte pas son âge (73 ans) et moi-même 71. Comment quitter une telle situation?

Notre réponse

Bonjour Madame,

Vous nous écrivez car votre mari a des comportements de contrôle. Il vous dicte comment vous comporter et s’ajoute à cela de la jalousie par rapport à vos relations (amis, connaissances, voisins). Ce que vous décrivez s'apparente à de la violence psychologique ainsi qu'à de la violence économique lorsqu'il vous empêche de travailler. Avez-vous été confrontée à d'autres formes de violences (physiques, sexuelles)? Vous nous dites qu’il sait que ses actions sont odieuses mais malgré qu’il s’excuse chaque soir, il recommence. On remarque dans votre situation un cycle de violence qui s’est installé au sein de votre relation de couple est qu’il est difficile de stopper. Vous avez alors décidé de nous écrire pour savoir comment faire pour en sortir et vous avez très bien fait! Il existe des solutions et nous allons vous aider à les trouver.

De part ces actes, vous êtes de plus en plus isolée et privée de votre liberté individuelle. Nous imaginons bien que cela doit être une grande source de souffrance pour vous et de plus cela met à mal votre santé et votre bien-être.

Depuis quand durent ces agissements? Il est difficile de faire changer des comportements de violence qui sont devenus comme des habitudes. Vous n’êtes pas responsable de ces actes. Seul votre mari peut décider de changer et pour se faire, il est souvent nécessaire de passer par une aide extérieure. A-t-il déjà entrepris une démarche thérapeutique dans ce sens ? Serait-il prêt à le faire ? Si oui, vous pourriez lui proposer d’en discuter avec son médecin traitant.

S’il n’est pas prêt à le faire,  il est important de vous protéger. Pour cela nous conseillons d’essayer d’être le moins en contact avec lui pour éviter ces moments de violence. Avez-vous la possibilité d’en parler à vos proches et de solliciter leur aide ? Elles-Ils pourraient être une porte de secours chez qui vous pourriez passer du temps lorsque cela devient trop tendu. Vous continuriez ainsi vos activités sans qu’il n’ait à se mêler du temps que vous y passer, s’il n’est pas présent.

Aussi, s’il vous contraint à partir du lieu de domicile, vous avez le droit de refuser ! C’est votre lieu commun d’habitation et il n’a pas le droit de vous envoyer dormir autre part si vous ne le voulez pas.

Vous pourriez également en discuter avec votre médecin traitant ou avec les intervenant-e-s de Solidarité Femmes à Bienne qui proposent des consultations ambulatoires pour discuter de la violence au sein du couple. Vous pouvez les appeler au 032 322 03 44. En les contactant vous pourrez avoir une aide concrète pour mettre en place des stratégies pour ne plus être sous son contrôle en permanence. 

Lorsque vous nous parler de "quitter cette situation", qu'entendez-vous par là? Souhaiteriez-vous vous séparer? Il est possible de recourrir à une aide juridique si c'est le cas. Nous vous conseillons de vous adresser à un Centre LAVI proche de votre région (Berne : 031 372 30 35, Bienne : 032 322 56 33) ou au CSP Jura-Berne (032 493 32 21), dont les intervenant-e-s peuvent vous aider dans ces démarches.

Nous espérons que ces pistes ouvriront pour vous des possibilités de sortir de cette situation. N’hésitez pas à nous écrire si vous avez d’autres questions ou si vous souhaitez nous donner de vos nouvelles. Nos meilleures pensées vous accompagnent.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Psychologique, Economique

Posez-nous votre question