Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Mon compagnon est agressif quand il boit, je ne sais pas quoi faire, je l'aime encore et je ne suis pas sure.

13 septembre 2020 - Far...

Bonjour,

Mon compagnon souvent boit et devient agressif verbalement et psychologiquement, jamais physiquement. Je ne sais pas comment faire, quelle est la meilleure demarche parce que j'ai peur de me separer et je l'aime encore. On a deux garçons.

Notre réponse

Bonjour Madame,

En couple avec un compagnon qui devient agressif verbalement et psychologiquement lorsqu’il boit, vous vous demandez que faire. Ensemble vous avez deux garçons. Vous avez des sentiments pour lui et vous avez peur de vous séparer.

Vous avez bien fait de nous écrire afin de nous partager ce que vous ressentez. Nous comprenons que votre relation telle qu’elle est actuellement avec ses épisodes de violences ne peut pas continuer ainsi et qu’en conséquent vous vous questionnez sur quoi faire. Les violences verbales et psychologiques que vous évoquez laissent des traces, petit à petit et avec le temps, elles mettent à mal la confiance en soi et blessent. Peu importe les raisons qui poussent votre compagnon à agir de la sorte, ses comportements et attitudes ne sont pas acceptables. L’alcool n’est pas une excuse et il existe des solutions et des aides spécialisées pour ces différents problèmes, s’il est prêt à se remettre en question.

Aujourd’hui vous pensez à vous et nous vous en félicitons. Vous avez identifié les formes de violences que vous subissez et vous cherchez à en parler.  C’est tout à fait normal d’éprouver des sentiments variés. Tout n’est pas noir ou blanc et les phases agréables peuvent cotoyer des phases de violence. À Genève, nous vous encourageons à entrer en contact avec l’association AVVEC (Aide aux Victimes de Violence en Couple) au 022 797 10 10. Une équipe de professionnel-le-s pourra vous écouter, réfléchir avec vous aux solutions possibles et vous accompagner dans ce que vous ressentez et souhaitez pour la suite. Ressentir de l’ambivalence est un processus normal mais qui peut parfois être épuisant. C’est pourquoi nous vous conseillons de ne pas rester seule avec ces questionnements. Dans votre entourage, quelqu’un-e est au courant de ce que vous ressentez ? Pensez-vous à une personne de confiance, un-e ami-e, un-e proche à qui vous pourriez vous confier ?

Nous vous souhaitons force et courage pour la suite et espérons que vous trouverez une relation qui vous convienne et où vous vous sentez bien. Notre porte reste ouverte si vous souhaitez nous écrire encore ou nous donner de vos nouvelles. Nous vous transmettons nos meilleures pensées.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Psychologique

Posez-nous votre question