Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Je suis victime de violence psychologique de mon ex-compagnon et je soupçonne des violences envers notre fils. Quelles sont les conséquences possibles de mes démarches ?

26 décembre 2019 - lma...

Bonjour,

Je vous remercie de me lire et espère recevoir de votre part une réponse qui saura m'aider dans ma situation qui devient invivable. Je n'ai trouvé aucune solution ou d'aide jusque-là auprès du centre LAVI, du SPEA ou du SPS.. Je suis victime de maltraitance psychologique de la part du père de mon fils qui m'a quitté il y a deux ans. Je suis restée mariée tout ce temps car il est d'origine étrangèreet au bénéfice d'un permis de séjour pour le regroupement familial. Aujourd'hui j'ouvre les yeux sur sa toxicité dans ma vie et celle de mon fils et ai lancé une demande de divorce. En demandant notre divorce aujourd'hui, j'agis en connaissance du risque de son départ et en vient même à penser que cela serait mieux pour mon fils. J'ai pris conscience que je devais faire un choix, car ne prendre aucune décision dans ce sens revient à accepter la situation telle qu'elle est. J'ai gardé pour moi depuis longtemps des doutes et des suspicions de malveillance que je ne peux plus taire aujourd'hui. Plusieurs événements ont réveillé mon instinct de maman et me font ressentir de l'inquiétude et de la peur pour mon fils. Parmi eux, un événement représente une charge émotionnelle très forte pour moi et très délicat à vous exposer: Quelques semaines après notre séparation, notre fils, alors âgé de 6 mois, était avec son papa et son oncle (frère de son papa, vivant également illégalement ici) à notre ancien domicile familial. J'étais alors retournée vivre chez mes parents et avait laissé l'appartement à A. En revenant du travail, je suis allée récupérer mon fils. Un sentiment de mal être m'a saisi en entrant dans l'appartement. J'ai relevé une tâche sur son pull avec une odeur inhabituelle et étrange que je n'ai pas tout de suite su identifier. Quand j'ai questionné A et son frère sur leur journée avec L, ils sont restés évasifs et n'ont pas su me répondre avec clarté, ce qui a renforcé mon malaise et mon incompréhension. Ce n'est que quelques jours plus tard que j'ai compris que l'odeur que j'avais senti me rappelait celle du sperme. Heureusement L ne portait pas de traces de violences physiques ni de sévices mais cela a soulevé beaucoup de questions auxquelles je n'ai jamais eu de réponses. En en parlant avec A, j'ai été accusée d'être folle, d'avoir inventée toute cette histoire car j'ai moi-même été victime de viol par le passé et que j'avais besoin d'un suivi psy pour rapporter mes problèmes dans la vie de mon fils. Aujourd'hui encore, A utilise cet événement contre moi. Je n'ai jamais su quoi faire de cet événement, préférant d'abord le taire car la situation était déjà suffisamment compliquée pour moi (comme anesthésiée par sa malveillance et devant faire face seule à toutes nos responsabilités). Je n'ai pourtant jamais oublié, et les réactions, toujours présentes, d'A à ce propos (déni, récits se contredisant sur le déroulement de cette journée, retournement d'accusations contre moi...) ne font qu'accroître mon incompréhension et mes sentiments d'insécurité. Dernièrement je me suis également rendue compte qu'il piratait ma messagerie gmail, mon compte facebook, et qu'il m'observait depuis ma webcam... Il a pu grâce à ça intercepté un mail que j'ai envoyé à la protection de l'enfance exposant cet événement et d'autres exemple de non bienveillance vis-à-vis de notre fils. Il est suite à cela allé discuter avec la personne concerné au SPEA, et me l'a annoncé dernièrement en clamant que celui-ci lui avait confirmé ses droits de papa et ses droits de garde... J'ai mis plus d'un mois à joindre une personne en charge au SPEA suite au départ de la personne qui nous suivait et n'ai rdv qu'à mi-janvier. Dans l'attente de ce rdv je suis terrifiée. Malgré mes demandes de ne plus prendre notre fils seul sans ma présence il l'emporte avec lui quand bon lui semble, me menace de venir avec la police, implique mes parents, passe à l'improviste et réalise ces jeux de manipulations psychologique sur moi en présence de notre fils... Je suis abattue, seule, sans aucun moyen de protection ou soutien. Je me sens faible, impuissante et incapable de protéger mon fils. Que puis-je faire? Aurais-je le moyen de porter plainte contre son piratage électronique, ou contre certains comportements? Cela me protègerait-il et l'éloignerait-il de nous? Je suis face à trop d'inconnus lorsque L est avec son père A (car il refuse quasiment systématiquement de me répondre, de me renseigner sur les lieux où ils se rendent, avec qui ils sont, ce qu'ils font et mangent...) ce qui augmentent toutes les inquiétudes que je viens de vous présenter. Actuellement, je suis dans l'attente des suites de la procédure de divorce et de la décision finale du tribunal pour pouvoir appréhender et reconstruire la suite. Mais notre première audience est en mars. Je n'ai pas pu prendre d'avocat car n'ai pas les moyens. Mes peurs concernent ces malveillances et négligences que je vous expose. Mes principales inquiétudes concernent également les futures réactions d'A, en réponse aux démarches que j'ai initiées aujourd'hui, et par la suite en réponse à la décision de justice et de l'immigration. Je m’interroge sur ses comportements s'il venait à pouvoir rester en Suisse, ou son opposition à une décision d'expulsion (en allant vivre illégalement en frontière proche par exemple). Devant ses peurs je ressens le besoin d'être renseignée et éclairée sur les conséquences réelles possibles de mes démarches dans notre situation. Je vous remercie d'avoir pris connaissance de toutes ces informations et recevrai avec beaucoup de gratitude vos réponses et l'orientation que vous me donnerai.

Notre réponse

Bonjour Madame,

Vous vivez une situation de violence psychologique de la part de votre ex-compagnon et vous le soupçonnez de violences par négligence envers votre fils commun.  Vous êtes épuisée et vous sentez seule et impuissante face à vos peurs. Vous ne savez pas comment protéger votre fils.  

D'abord, nous tenons à vous féliciter pour les démarches que vous avez déjà entreprises en contactant les services spécialisés.

Les questions que vous posez quant au piratage électronique, à la protection de votre fils, le dépot de plainte pour ses comportements, les conséquences possibles du divorce et le rapprochement familial sont d'ordre juridique et demandent des connaissances relativement pointues dans le domaine. Vous pouvez obtenir des conseils juridiques lors d'un entretien de 15min avec un avocat pour 30.- à la permanence juridique. Comme le rendez-vous est bref, il est important que vous ayez préparé des questions précises à l'avance. Vous pouvez également contacter la permanence téléphonique du Centre Social Protestant (CSP) au 032 886 91 00 afin d'obtenir un premier conseil juridique. 

Concernant la sensation d'anesthésie que vous décrivez, elle ressemble au mécanisme de défense de dissociation traumatique. Vous dites avoir vécu un viol, ce qui pourrait avoir causé un traumatisme. La situation que vous vivez avec votre ex-compagnon peut réactiver ce mécanisme. Ce phénomène est normal et il peut être protecteur dans un premier temps. Mais sur le long terme, il peut devenir problématique et demande souvent un soutien psychothérapeutique. Si vous pensez que c'est le cas dans votre situation, vous pouvez contacter un-e psychothérapeute spécialisé-e en traumatologie. 

Concernant votre rendez-vous à la mi-janvier et votre première audience en mars, vous pouvez tenir un journal de bord avec les dates et les événement précis (insultes, menaces, négligences, etc.) de la part de votre ex-compagnon. Ainsi, cela permet de montrer l'ampleur et la cumulation des violences psychologiques envers vous et la négligence envers votre fils. Comme la manipulation et la négligence sont des actes subtiles, il est important de les documenter précisément et de conserver les preuves s'il y en a (SMS, etc.).

Nous vous souhaitons bonne chance pour la suite et restons volontiers à votre disposition pour répondre à d'autres questions.  

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Physique, Psychologique

Posez-nous votre question