Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Je suis perdue

20 février 2019 - Est...

Bonsoir , Je ne sais pas vers qui me tourné cela fais bientôt 10 ans que je suis marié j ai 5 magnifique enfants mon mari ne me bat pas mais il m empêche de faire ce que je veux genre sortie avec des copines je dois toujours être accompagné de mes enfants meme pour aller faire des courses toujours lui demandé l autorisation pour faire quelque chose . Tout ça on va dire que je supportais mais il y a 2 jours il ma violée et la je ne sais plus quoi faire il ma clairement déçue profondément je ne lui parle plus depuis j ai peur et honte

Notre réponse

Bonjour Madame,

Au vu de ce que vous nous écrivez, votre mari exerce sur vous de la violence psychologique en vous empêchant de sortir ou en vous obligeant à lui demander des autorisations pour le faire. Il y a deux jours, il vous a violé, ce qui est de la violence sexuelle. Votre déception et vos sentiments de peur et de honte sont "normals", ces sentiments sont les conséquences des violences subies, c’est le comportement de votre mari qui ne l’est pas.  Vous avez raison de vouloir en parler, cela est un premier pas nécessaire dans une démarche pour stopper la violence et entreprendre un processus de reconstruction.

Vous nous dites que vous ne savez plus quoi faire, vous semblez encore sous le choc. Nous pouvons vous proposez plusieurs pistes de réflexion.

Tout d'abord, vous avez subi un viol et c'est grave. Le comportement de votre mari n’est pas normal et punissable par la loi, vous n’avez pas à lui rendre des comptes sur vos moindres faits et gestes, ceci n’est pas de l’amour mais une tentative de prendre le contrôle sur vous. Nous vous encourageons vivement adresser à l'Unité interdisciplinaire de médecine et de prévention de la violence aux HUG à Genève pour faire un constat médical. Cela ne vous engage à rien, le constat médical est un document qui pourra vous être très utiles quoi que vous décidiez par la suite. Vous pouvez les joindre au 022 372 96 41.

Très souvent, les victimes de violences ressentent de la honte. Nous souhaitons vous dire que ce qu’il s’est passé n’est pas de votre faute. Vous êtes victime, pas coupable. Le seul responsable est l'auteur des violence et donc ici votre mari. Le Code pénal suisse interdit la violence au sein du couple (marié ou non). Il définit les différents types d'agressions et les peines judiciaires encourues par les auteurs de violence. Le viol et la contrainte (comme vous empêchez de sortir seule) sont des actes poursuivis d’office, c’est-à-dire que vous pouvez les signaler aux autorités, sans forcément devoir déposer une plainte.

Il y a également l’association Viol Secours à la place des Charmilles 3, 1203 Genève, joignable au 022 345 20 20.  Elles proposent des entretiens de soutien aux personnes qui ont été victimes de viol. Quoiqu’il en soit, il est important de vous entourer de professionnel·le·s comme vous avez commencé à le faire en nous envoyant votre message.

Si vous ne souhaitez pas signaler le viol que vous avez vécu, vous pourriez tout de même faire le point de votre situation en pensant à vos enfants. Sont-ils témoins de votre situation ou pensez-vous que leur père est un danger pour leur sécurité ? La violence au sein du couple a également des conséquences néfastes sur le développement normal des enfants. Vous avez, en tant que parent, un devoir de protection envers eux.

Vous pouvez prendre contact avec le  Centre d'Aide aux Victimes d'Infractions qui se trouve au Boulevard Saint George 72, 1205 Genève. Les professionnel·le·s sont joignables au 022 320 01 02 et proposent des consultations gratuites et confidentielles entre 9h et 12h et 14h et 17h. Ces dernier·e·s peuvent vous écouter et vous orienter chez un·e psychologue spécialisé·e dans la thématique des violences psychologiques et sexuelles.

Si vous souhaitez nous donner des nouvelles de votre situation ou si vous avez d’autres questions, nous serions ravi·e·s de les recevoir. Nous vous souhaitons tout le meilleur pour la suite et vous envoyons nos meilleures pensées.  

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Psychologique, Sexuelle

Posez-nous votre question