Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Je suis mère au foyer et ne me sens pas soutenue par mon mari au quotidien. Je suis perdue, épuisée et je me demande si ce que je vis est normal ou non.

04 avril 2019 - kib...

Bonjour,

Je suis mariée depuis 7 ans et j'ai 3 enfants en bas âge. Je suis maman au foyer. Je vous écris parce que je suis perdue. Je ne sais pas que faire, ni vers qui me tourner. Je sais qu'il faut que je trouve de l'aide, surtout pour être écoutée, mais je n'ose pas entreprendre de démarches de peur qu'on me prenne pour une folle, qu'on me dise que je me plains pour rien, que ce que je vis n'est pas si difficile. Je suis aussi bloquée par la complexité de trouver quelqu'un de reconnu par mon assurance. Je ne sais pas où chercher. Je n'ai de soutien de personne, ma maman ne veut pas entendre ce qui va mal dans mon couple, elle ne veut pas prendre parti. Je pense qu'elle redoute terriblement qu'il y ait une rupture (elle-même vit une relation avec un pervers narcissique, mon papa, et n'a jamais osé le quitter pour se défaire de cette emprise). Je n'ai pas de copines à qui me confier pour parler de cela. J'ai parlé il y a une année à mon médecin de famille de ma grande fatigue t de ma dépression (parce que notre petit dernier ne dormait pas), il m'a simplement dit qu'il fallait que je voie le verre à moitié plein et que lui aussi a 3 enfants et que ce n'est pas facile tous les jours. Donc 0 soutien de sa part. Voici en gros la situation: Je suis maman au foyer de 3 enfants. Je ne sais pas par quel bout commencer, je me trouve tellement nulle de me plaindre. Mon mari m'aide très peu avec le foyer, le ménage. Pourtant, il est convaincu de faire le maximum. Cet automne, je lui ai demandé si nous pouvions faire la liste de nos tâches respectives. Il m'a dit "ok, c'est simple, je m'occupe de ranger la terrasse. Pour le reste, je suis à tes ordres". Je suis épuisée de devoir tout le dire ce qu'il y aurait à faire. Il ne prend aucune initiative. Et quand je lui demande quelques services, il finit par me dire que je suis une donneuse d'ordres. Les week-ends en famille, je dois tout gérer: trouver les idées de sortie, planifier, prévoir le goûter. Il ne prend aucune initiative. Je manque de reconnaissance. Il ne s'intéresse que très peu à nous, à ce qu'on fait. Lorsqu'un de nos enfants est malade (ce qui est très rare), il ne prend aucune nouvelle durant la journée. Lorsqu'il ne rentre pas toute une journée et sort directement avec des amis, il ne nous demande pas si tout va bien. Lorsqu'il part le soir, il ne s'inquiète à aucun moment si tout le monde est au lit, si tout a été. Il sait que ça me pèse, que c'est un besoin que je lui ai exprimé. Mais j'ai chaque fois une réponse différente: "non, je n'ai absolument pas le temps", "non, ça ne sert à rien, il n'est pas au seuil de la mort", "non, parce que de toute façon je ne peux pas t'aider", "non, parce que je t'ai demandé le jour avant si tout serai ok", "non, parce que j'allais te le demander le lendemain en rentrant". En gros, j'ai l'impression de ne pas exister. Il ne se soucie pas de nous. J'ai essayer de lui en parler à plusieurs reprises, mais il ne veut pas changer. J'en souffre terriblement, au point de pleurer parfois toute une matinée. Je n'en dors pas parfois. De plus, je sors très peu. ça ne me manque pas, je n'ai jamais été quelqu'un du soir. Je n'aime pas aller boire des verres. Il aimerait maintenant que je sorte. Mais lorsque je lui demande si je peux aller faire quelque chose le week-end, Il accepte, mais j'ai toujours des remontrances: il n'aime pas ce que je fais, ça sert à rien, je ferais mieux de faire si ou ça. Je pars alors rarement, mais en plus avec la boule au ventre. Et pour terminer: nous n'avons plus de relations sexuelles depuis 3 ans. Je fais un blocage total. Je n'ai jamais aimé ça, je n'ai jamais réussi à me "lâcher". Toutes les dernières fois étaient déjà très tendues. Je restais figée, impossible de bouger, les yeux fixés au plafond. Je devais me forcer, mais c'était un calvaire. Maintenant, il me reproche beaucoup de ne pas répondre à ses besoins. Il pense que je fais exprès, que je le punis. Il ne comprends pas que je ne PEUX pas, je n'y arrive pas. Il met sa main dans ma culotte et je me fige, puis je me tortille tant je ne supporte plus cela. Il pense que c'est mon devoir de répondre à ses besoins. On est quand même mariés, oui ou non? ça ne devrait pas être un problème. Je pourrais quand même me forcer un peu, ... Je n'y arrive pas. J'ai peur très souvent de devoir y passer, d'en parler, de devoir me justifier. Il ne comprend pas. En plus, il ma eu reprocher d'être parfois violent et impatient avec les enfants parce que ses besoins n'étaient pas assouvis, qu'il était très nerveux à cause du manque. Je comprends bien que ça lui manque, mais il est pour moi impossible de me forcer, c'est plus fort que moi, ça me fait peur rien que d'y penser. Désolée pour ce gros pavé, mais j'ai besoin de trouver des solutions, des réponses. Mes questions sont:

-est-ce que je suis victime de violences ou est-ce que je me fais des films?

-est-il possible que je contacte Malley Prairie pour être écoutée ou ma problématique n'entre pas dans leurs compétences? Et alors ou puis-je me tourner?

-dois-je me forcer pour satisfaire mon mari? Est-il normal d'être en couple et que l'un des deux partenaires ne souhaite plus de relations sexuelles?

Merci d'avance pour votre réponse

Notre réponse

Bonjour Madame,

Vous êtes mariée depuis 7 ans et mère de famille de trois jeunes enfants. Vous nous écrivez car vous êtes perdue, en recherche de réponses à vos questions par rapport à la situation de couple que vous traversez. Vous nous dites êtes très seule et que les quelques personnes de votre entourage ne veulent pas prendre partie dans votre vie de couple. Votre médecin de famille, à qui vous vous êtes confiée il y a une année, n'a pas semblé prendre au sérieux votre mal-être disant en somme qu'il était normal d'être fatiguée quand on est mère de trois enfants en bas âge.

Vous ressentez une grande solitude et un surmenage car vous gérez seule les enfants et les tâches domestiques. Vous avez l'impression que votre mari s'intéresse très peu à vous, vos enfants et ne prend que peu de nouvelles de vous quatre dans la journée ou soirée quand il est à l'extérieur. De surcroît, vous nous faites part de vos relations intimes, quasi inexistantes depuis 3 ans ou alors de relations sexuelles non désirées, voir forcées, de votre côté.

Tout d'abord, nous aimerions vous féliciter d'avoir pu exprimer votre ressenti via notre site, vous êtes déjà dans une démarche et pro-active dans une recherche de solution. Répondre à la question de savoir si vous êtes victime de violences est toujours complexe, mais à lire vos lignes, nous avons l'impression qu'il y a effectivement une forme de violence psychologique via une non reconnaissance de votre personne, des dénigrements ou d'actes qui ne sont pas valorisés, certes. Vous nous dites également que votre mari peut se montrer "violent envers les enfants" lorsqu'il est sexuellement frustré, vous rendant ainsi responsable de ses actes, ce qui est une forme de violence également. Qu'entendez-vous par "violence envers les enfants"? Le Service de Protection de la Jeunesse peut vous aider si vous vous inquiétez de ses actes. Si votre mari recourt à de la violence à l'égard de vos enfants, vous avez le devoir en tant que parent de les protéger et d'assurer un cadre de vie sécurisant pour leur bon développement. N'hésitez pas à faire part de cette situation à des professionnel-le-s pour obtenir de l'aide.

Pour répondre à l'une de vos questions, le Centre d'accueil MalleyPrairie offre plusieurs prestations en ambulatoire . Vous pourriez certainement être entendue dans un groupe de parole ou dans un espace thérapeutique individuel. De plus, les professionnel-le-s proposent également des consultations de couple, pour autant que les deux partenaires soient preneurs d'une telle démarche. Vous pourriez ainsi évoquer votre couple conjugal mais également votre couple parental et la charge mentale que vous ressentez dans ce rôle qui ne semble actuellement pas être partagé. Vos enfants sont encore petits, il est important que ce ré-équilibre puisse être fait maintenant, pour les enfants, mais également pour vous en tant que femme et non seulement maman.

Vous pourriez également trouver des réponses auprès de la consultation de couple et de sexologie de la Fondation PROFA. Ils peuvent aussi vous recevoir en individuel ou en couple. C'est un espace où vous pourriez tout autant parler de vos ressentis mais aussi du "blocage sexuel" dont vous nous avez fait part. Enfin, un thérapeute exerçant en privé, qui travaillerait sous délégation d'un psychiatre (pour être remboursée par la LAMAL et répondre ainsi à votre question quant aux assurances) pourrait aussi vous recevoir et accueillir votre souffrance.

Quant à la question de savoir si vous devez vous forcer à avoir des relations sexuelles pour satisfaire les besoins de votre mari, la réponse va être très simple: non. Le "devoir conjugal" est désuet, tout du moins ce "devoir" entre époux n'autorise en tout cas pas les relations sexuelles forcées. Vous n'avez pas à vous soumettre à ses désirs au détriment d'une telle souffrance dont vous nous faites part. On peut bien sûr imaginer que ce manque de désir intervient peut-être en conséquence du manque de communication dans votre couple et d'un épuisement de votre part face à la charge de travail dans le cadre familial, ce qui est tout à fait compréhensible. Commencer par mettre en mots ces maux, lors d'une thérapie par exemple, va sans doute permettre de retrouver un équilibre intime également.

Nous espérons avoir pu vous donner quelques éléments de réponses et nous restons bien évidemment à votre entière disposition si vous aviez d'autres questions ou l'envie de nous donner des nouvelles dans quelques temps.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Psychologique, Sexuelle

Posez-nous votre question