Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Je souhaite avoir de l'aide afin de mettre des mots sur ce que j'ai vécu il y a 5 ans avec mon ex-mari.

26 novembre 2019 - Mia...

Bonjour,

En ce moment, dans la presse, on entend un peu plus parlé de la violence domestique. Il est temps que les choses changent. Il est temps de libérer les femmes de toutes cette souffrance, sans compter les blessures qui restent ouvertes... C'est un grave problème de société, c'est le moment qu'on arrête de se voiler la face. Du coup, tous ces témoignages font également resurgir un traumatisme vécue par moi-même que j'ai essayé d'enfouir très profondément en moi. Ce traumatisme m'est arrivé il y a 5 ans. Il y a 5 ans j'ai fui le domicile conjugale et depuis je suis divorcée. J'ai vécu et j'ai épousé un homme violent. Je n'ai jamais subi de coups mais énormément de violence psychique, toutefois c'est ce que je crois. J'ai du mal à mettre des mots sur ce qui m'est exactement arrivée. C'est pour cela que je prends contact avec vos services. J'ai besoin d'y voir plus clair, car cela me travaille énorément, je cherche à comprendre. Cette homme, appelons le M. Avant d'emménager ensemble, tout se passait bien. Au bout de 2 semaines de cohabitation, j'ai eu peu de ces comportements. Je ne les trouvais pas normaux. Une nuit, je ne sais plus ce qui était arrivée, il c'est énervé contre moi. Mes souvenirs ne sont plus clairs, j'avais 24-25 ans, maintenant j'en ai 33... Il m'a fait peur, il m'a insulté, par ces mots m'a rabaissé... a tapé sur le mobilier... Ce soir là, j'ai voulu partir... mais j'ai pas osé. Ma mère m'avait dit que j'avais décidé de vivre avec lui et que c'était pas la peine de rentrer à la maison. Ma vie avec M. c'est écoulé de la sorte pdt 4-5 ans. On s'est marié au bout de 2 ans... Regulièrement, il "pétait un cable" est m'insultais à tout va, il me rabaissait, il tapait des objets. Au bout de 6 mois je crois que je ne l'aimais plus, mais j'avais peur de partir... On a jamais eu d'enfants, je ne voulais pas avoir d'enfants avec un être comme ça. Durant notre vie commune, j'avais tellement peur de ces conflits, que je les évitais à tout prix, je prenais tout le temps sur moi... Quand il rentrait du boulot, des fois il était tellement énervée que je me faisais toute petite. M. avait des idées très précise de la place d'une femme. Sa vision en était réduite à ne surtout pas travailler à temps plein, gagner moins que l'homme, faire le ménage, la nourriture, les lessives etc. L'homme dominait la femme. A un moment de notre relation, je travaillais à 100% tout en suivant une formation en parallèle. Il n'était pas très fan que je suive cette formation, car je serais ensuite indépendante financièrement. Il ne m'aidait pas, c'était normale que je fasse tout. Je me runais la santé. Mais je trouvais toujours l'énergie de tout faire, tellement la peur dominait mon quotidien. Des fois il secouait notre chaton car il avait fait une bêtise. Le jour ou je suis partie du domicile conjugal, c'était le jour de l'anniversaire de M. J'avais organisé une fête, comme il en avait toujours rêvé, dans une cabane en forêt,.J'avais invité beaucoup de monde, il aimait être un homme que tout le monde admire.C'était dimanche et le lendemain je travaillais. J'avais beaucoup donné de ma personnne pour que tout soit parfait. Le soir j'étais fatigué, l'anniversaire battait toujours son plein, mais les gens commençaient de partir, il était 18h. J'ai donc commencer de ranger, j'avais beaucoup de pain sur la plache... Ma mère m'a aidé à ranger, me voyant épuisée. Ma mère avait déjà rangé beaucoup de choses, notamment du pain. Mon ex mari avait décidé de continuer les festivités avec qqes personnes, il voulait souper mais il n'y avait plus de pain. Il m'a insuté devant tout le monde et fait une scène. Ma maman lui a dit que j'étais fatiguée et qu'elle me ramenait au domicile de mes parents, qu'il pouvait finir la fête seule. Arrivée chez mes parents, j'ai décidé de retourner au domicile conjugale, car j'avais peur qu'il s'énerve ne me voyant pas à son retour. Ma mère m'a raccompagnée et est resté un moment avec moi. Elle voulait passer la nuit avec moi, comprenant que j'avais peur. Je l'ai chassée, j'avais peur qu'elle voit mon ex mari s'énerver. Du coup, je me suis couchée, épuisée et la peur au ventre. M. est rentré vers 22h, pour me réveiller il a soulevé du lit et m'a enguelée comme de la "merde". Il m'a obligé à me lever, à m'habiller pour ranger le matériel de la fête qui était dans la voiture. J'ai eu très peur, je lisais la rage dans son visage. Il était comme possédé. J'ai eu peur qu'il me tue. J'ai eu tellement peur que j'ai essayé de prendre mon natel pour appeler à l'aide. Il m'en a empêcher, je devais le suivre pour qu'il me "surveille". J'ai essayé d'entrer dans son jeux, pour qu'il se calme. Finalmement j'ai reussi à reprendre mon natel à m'isoler dans l'ascenceur pour appeler mes parents à l'aide. En retournant dans l'appart il a compris que j'avais appelé mes parents, et il a péter un cable en devenant de plus en plus violent, mais sans me frapper. J'ai essayé de fuire de l'appart, mais il m'a enfermé... au bout d'un moment j'ai reussi à ouvrir la porte et à sortir et j'ai appelé au secours dans tout l'immeuble. J'ai couru dans la cage d'escaliers jusqu'à la porte de sortie de l'immeuble, la peur au ventre... et là j'ai trouvé 2 policiers. Mes parents ayant eu peur pour ma vie, on appelé la police. Mes parents ont aussi eu le temps d'arriver, habitant à 15min de chez moi. Ensuite on est tous remonté dans l'immeuble, on y a retrouvé mon ex. Les policiers ont dit que je pouvais porté plainte, mais je n'ai pas voulu je ne comprenais pas vmt ce qui m'arrivais. Je voulais juste partir de cet endroit et retourner chez mes parents. Ils ont demandé à mon ex de quitter l'appart pdt 1h pour que je puisse préparer mes affaires. Je suis retourné vivre chez mes parents et j'ai divorcé dans la foulée pour moi M était un malade. Voilà mon histoire. J'ai coupé tout les ponts avec mes anciennes copines, copains. J'ai changé totalement de vie, ne voulant plus rien à voir avec la femme que j'étais et les fréquentations que j'avais. Cela fait 5 ans que j'ai fui, depuis je suis heureuse, j'ai enfoui cette histoire sans jamais trop en parler. Pouvez-vous m'aider à mettre des mots là-dessus. Merci pour votre réponse.

Notre réponse

Bonjour Madame,

Vous avez été marié à un homme qui vous insultait, vous rabaissait et tapait sur des objets régulièrement. Vous viviez dans la peur et évitiez de faire quoi que ce soit qui aurait pu déclencher ces comportements. Le divorce s'est prononcé suite à un épisode où vous avez été insultée, réveillée et soulevée. Celui-ci vous avait ensuite empêchée d'appeler à l'aide et de sortir de l'appartement. La police était intervenue, car vous aviez alerté vos parents. Aujourd'hui, avec les violences au sein du couple présentes dans l'actualité, vous ressentez le besoin de parler et de mettre des mots sur ces événements. Nous vous félicitons d'avoir su écouter votre peur qui vous avertissait d'un danger et d'une situation inacceptable et sommes rassuré-e-s que vous viviez maintenant loin de ça et êtes heureuse.

Les insultes, le rabaissement, ainsi que les coups sur objets sont des manifestations de violence psychologique. Celles-ci servent à asseoir une domination sur l'autre qui permet d'imposer sa volonté. La peur que vous avez vécue, ainsi que votre état d'alerte où vous cherchiez à éviter par vos comportements un accès de violence, sont des conséquences de celle-ci. Ces comportements "d'évitement" étaient également à ce moment là des stratégies pour vous protéger des réactions violentes de votre ex-mari.

Bien qu'il n'y ait pas eu de coups, le fait d'être secouée, retenue et se faire empêcher physiquement de sortir sont eux aussi des aspects de violence physique. Ces deux types de violence sont également inexcusables et intolérables, elles sont aussi illégales d'où la question de la plainte avancée par la police à l'époque.

l'Association VIOLENCE QUE FAIRE étant active en Suisse romande, nous connaissons mal les services d'aide disponibles dans le canton de Bâle campagne si vous souhaitiez aujourd'hui entamer des démarches ou tout simplement parler de votre vécu de vive voix avec des professionnel-le-s du domaine. Néanmoins, vous pouvez prendre contact avec l'Opferhilfe beider Basel qui pourra vous indiquer où trouver du soutien.

Nous espérons vous avoir apporter la clarté recherchée et vous souhaitons que cela puisse permettre à vos blessures de guérir. N'hésitez pas à nous recontacter pour plus de précisions.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Physique, Psychologique

Posez-nous votre question