Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Je ne veux pas vivre avec des insultes pareilles, il faut que je ménage mes enfants et moi-même.

04 juillet 2018 - Iri...

Bonjour, La violence verbale arrive mon dans mon couple. Je tiens à préciser que je ne suis pas que victime, que moi aussi j'ai déjà eu des comportements aggressifs. C'est cependant surtout mon mari qui a beaucoup de mal à gérer ses émotions et il lui arrive d'exploser comme un volcan et de dire des choses très dévalorisantes. Hier, en présence de nos deux enfants, il était fâché, car nous venions trop tard d'une activité avec des amis alors qu'il avait fait à manger, il se sentait comme un esclave. De plus il me reproche souvent de ne pas participer financièrement aux dépenses ni aux taches de ménage. Je paie beaucoup d'autres choses (repas cantine des enfants, accueil, factures téléphone) et il refuse lui de mettre les comptes ensemble. A mon avis nous faisons les deux beaucoup pour la famille et manquons de reconnaissance de l'autre. Hier soir, Chacun a le droit de se servir pour le repas, moi j'aimerais me servir de vin, il me dit que c'est lui qui l'a payé, que c'est pour lui, me traite de "tique" - devant les enfants. Ce n'est pas la première fois que cela arrive, je dis juste: "c'est contre la loi de me parler ainsi, tu le sais, j'appelle la police si cela se reproduit". Il le prend très mal, trouve que je lui dit cela car il est d'origine étrangère . Ce qui n'est pas vrai mais j'ai appris que c'est punissable par la loi d'etre dévalorisant à ce point (une tique est un parasite à qui on souhaite la mort!!) Qu'arriverait-il si j'appelle vraiment la police une prochaine fois? Depuis longtemps j'essaie de convaincre mon mari de parler de sa colère, de sa gestion d'émotions en thérapie de couple, sans succès - à son avis c'est moi qui ai des problèmes et si je ne le mettais pas en colère tout se passerait mieux. Je tenais à etre clair surtout que mes garcons sachent qu'un tel comportement ne va pas, aussi justifiée que soit une colère. Je ne veux pas que eux ils parleront ainsi à leurs épouses plus tard! Mon mari refuse de venir en thérapie, alors que moi j'aurais besoin de travailler cette violence avec de l'aide pour pouvoir reprendre confiance. Nous avions deja fait de la thérapie il y a deux ans, ce fut pénible, douloureux mais moins violent à la maison. Je sais qu'une thérapie ne peut etre efficace que si l'autre y adhère vraiment. C'est pourquoi, pour prendre du recul, je partirai la semaine prochaine en vacances avec les enfants sans mon mari. L'autre issue serait de quitter mon mari ce qui serait très triste car j'ai toujours pensé qu'une meilleure communication devait être possible et que les problèmes ne seraient pas irrésolubles. Mais je ne veux pas vivre avec des insultes pareilles, il faut que ménage mes enfants et moi-même. Merci de votre conseil.

Notre réponse :

Bonjour Madame,

Vous êtes confrontée quotidiennement aux violences verbales de votre mari. Celui-ci a de la peine à gérer ses colères et très souvent cela part en insultes. La violence psychologique que vous vivez a des conséquences néfastes, pour vous, votre mari, mais aussi pour les enfants qui en sont témoins. Vous avez raison de ne pas vouloir la tolérer plus longtemps. La violence est en effet interdite par la loi en Suisse. Prendre l’initiative d’agir et de nous contacter est un premier pas pour en sortir.

Le fait de vous éloigner un moment est une bonne chose. Cela permet d’éviter d’être exposés aux tensions et à la violence pendant un laps de temps, et cela ouvre un espace où réfléchir à d’éventuelles solutions en prenant « du recul ». Cependant, une fois de retour, si le cycle de la violence n’est pas rompu, cela peut recommencer et s’aggraver avec le temps. Malheureusement sans aide extérieur la violence est difficile à stopper.

Vous nous dites qu’une première thérapie a été faite mais que la violence est revenue. Maintenant vous avez proposé d’en refaire une, mais votre mari ne veut pas. Vous avez raison, la thérapie en couple doit être faite à deux sinon elle n’est pas efficace. Savez-vous s’il serait ouvert à une thérapie individuelle ?  S’il le souhaite, l’association EX-pression (0848 08 08 08) offre la possibilité d’apprendre à gérer ses colères et les tensions. Sur leur site vous pouvez gratuitement télécharger 3 outils qui peuvent être un début dans cette gestion et peut-être créer une motivation à traiter la violence de manière plus approfondie en entretien. 

Vous avez aussi évoqué le fait de le quitter si rien ne fonctionne. Sait-il que vous seriez prête à vous séparer si cette situation continue ? Après votre séjour vous pourriez lui en parler: grâce à la distance les tensions baissent. Lors d’un moment de calme, vous pourriez discuter de la souffrance que vous vivez. Mais aussi que cela est mauvais pour le bien-être des enfants et que vous souhaiteriez un avenir meilleur pour votre couple et votre famille. Il n'est peut-être pas conscient de tout cela.

Comme nous vous l’avons dit plus haut, la violence a de nombreuses conséquences sur votre santé c’est pourquoi nous vous conseillons d’en parler à des professionnel-le-s. Le soutien psychologique et l’accompagnement concret quant à vos questionnements vous aideront à avancer, vous reconstruire et vous aiguiller quelles que soient vos décisions. Dans le canton de Fribourg, vous pouvez contacter Solidarité Femmes au 026 322 22 02. Les intervenant-e-s de ce service peuvent vous conseiller par appel téléphonique mais aussi vous recevoir pour un entretien individuel gratuit et confidentiel.

Nous espérons que ces quelques pistes de solutions débloqueront cette situation difficile à vivre. N’hésitez pas à reprendre contact si vous avez d’autres questions ou simplement pour nous donner de vos nouvelles. Profitez des instants de calme avec vos enfants et prenez soin de vous.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Psychologique

Posez-nous votre question