Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Je n'en peux plus de vivre des violences psychologiques, que faire?

15 août 2018 - Sav...

Tout d'abord je tiens à préciser que je connais bien votre site car je vis les violances psychologiques depuis 6 ans de la part de mon mari. À chaque crise je consulte votre page. Nous sommes mariés 9 ans, 1 enfant. Depuis 3 ans nous sommes séparés de fait (qu'il n'accepte pas),mais pour les raisons économiques nous habitons ensemble. La vie est insupportable,je subi régulièrement les violances morales avec les pires insultes et menaces qu'il soit! Ivre,il me harcèle pendant des heures, m'empêche de dormir, m'empêche de m'exprimer me traitant de pu**, grosse sal**, je dois constamment fermer ma gue ** et aller me faire *** . Cela peut durer 2-3 heures (toujours la nuit). Il hurle, casse le mobilier tout en me traitant de sale race etc. Il y a quelques mois de cela-après une violante crise-j'ai décidé de porter plaine. Hélas, la police a refusé de l'enregistrer car "c'est mieux commencer les démanches officielles pour éviter les représailles après le dépôt de plainte ". On m as donné les dépliants de LAVI et AVECC.ch Centre LAVI a refusé de m'aider car "on ne s'occupe pas trop de violances psychologiques ", la psy d'AVECC m'as apporté le soutien et La main tendu aussi. Il y a quelques semaines, après la crise en présence de mon enfant, en le traitant de pire insultes aussi, j'ai porter plainte (a une autre commissariat), il a était déjà auditionné et depuis c'est la guerre. J'ai commencé les démarches officielles, ne travaillant pas j'ai fait démarches auprès d'Hospice Général. Hélas, je ne peux pas être aidé financièrement car je suis en dehors de leurs protocoles (pas séparé officiellement et vivant sous le même toit), mon mari menace à me couper les vivres, il me harcèle par rapport à ma plainte et commence à endoctriner mon fils devant moi. Je n'ai ps d'argent alors pas de possibilité de m'échapper de cette prison psychologique. Je n'ai pas de famille ici. Je n'ai pas de travail (je cherché activement). Aucune aide concret Je commence à perdre l'espoir, je ne sais plus quoi faire. Aidez-moi s'il vous plaît

Notre réponse

Madame,

Vous vivez une situation extrêmement pénible depuis plusieurs années, celle de la cohabitation avec le père de votre enfant alors que vous êtes séparés. Cette situation s'est encore dégradée et vous ne savez plus où demander de l'aide. Vous avez l'impression d'être bloquée, comme dans un piège ou une prison et vous commencez à perdre espoir, vous vous sentez seule et démunie.

Vous connaissez notre site et vous vous savez victime de violence psychologique, une forme de violence parfois difficile à faire reconnaître et prendre en charge. Vous avez certainement aussi vu que les violences augmentent en prinicpe avec le temps, en fréquence comme en intensité et c'est ce qui semble se passer ici. Vous dites que depuis son audition, "c'est la guerre", et qu'il "commence à endoctriner" votre fils. Nous craignons l'escalade, votre intégrité physique ainsi que celle de votre enfant peuvent être en jeu. Vous évoquez des menaces. Si elles aussi sont devenues plus graves, il se peut qu'elles permettent une prise en charge. Dans ce cas, n'hésitez pas à rappeler le centre de consultation LAVI.

Nous comprenons qu'il est difficile d'agir sans ressources financières, mais il devient dangereux pour vous de rester avec votre conjoint. De plus, le ménage commun vous empêche de bénéficier des aides dont vous avez pourtant droit. Avez-vous déjà songé aux foyers d'accueil? Ils permettent de se mettre en sécurité, de se reposer, de prendre du recul et d'entamer les démarches pour la suite, tout cela avec le soutien et l'encadrement de professionnel-le-s. Vous dites être suivie par une thérapeute d'AVECC, avez-vous déjà parlé d'un hébergement d'urgence avec elle? Si ce n'est pas le cas, vous pouvez commencer par lui poser la question, elle a certainement une très bonne connaissance du réseau d'aide et des moyens à disposition.

Il existe également une ligne téléphonique pour l'hébergement en urgence, joignable 24h/24h, 365 jours par an : 022 792 00 11. Plusieurs foyers peuvent ainsi vous accueillir à Genève : foyer Le Pertuis, foyer Au Coeur des Grottes, foyer Arabelle. Nous vous conseillons vivement de les contacter, l'aspect financier ne doit pas être un obstacle. Bien entendu, nous vous encourageons en parallèle à maintenir les contacts avec la thérapeute d'AVVEC, peut-être pourra-t-elle vous soutenir dans ces démarches. 

Nous ne doutons pas que vous trouverez une solution rapidement, des professionnel-le-s sont là pour vous aider, vous n'êtes pas toute seule! N'hésitez pas à nous réécrire, nous prendrons toujours le temps de vous répondre au mieux. Nous vous souhaitons beaucoup de courage et de réussite pour le futur!

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Psychologique, Economique

Posez-nous votre question