Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Je n'ai pas les moyens, personne à qui me confier et je me sens seule. Que faire?

03 mai 2018 - Ano...

Bonsoir, Je vous écris car j’ai besoin de votre avis. Je vie avec mon conjoint depuis 5 ans nous avons 2 enfants (1 garçon 3 ans et 1 fille 2 ans) et j’ai l’impression de vivre un calvaire! Avant de vous expliquer le pour quoi du comment j’ai toujours dit que je passerai ma vie avec le père de mes enfants, pour moi c’est inconcevable d’avoir des enfants et d’etre séparer.. Pourtant je ne suis pas heureuse, mon conjoint (on n’est pas marié mais c’est comme si nous l’étions) m’épuise il m’en parle mal, m’insulte, me donne des ordres pour vous donnez un exemple je ne travail pas car nous avons décidé que j’arrete pour rester à la maison avec les enfants donc je ne travail pas du coup je n’ai pas le droit d’etre fatigué ou de demande un coup de main pour la maison ou les enfants..si les enfants font des crises c’est de ma faute car je les élève mal mais jamais un coup de main, je n’ai pas le droit de prendre de l’argent sans autorisation de programmer des sortis sans autorisation c’est très dure à vivre! Nous avons beaucoup de problème et de désaccord au point que sa famille (avec qui j’etais très proche) mais de la distance avec moi, mes amies bha j’en ai plus car à ses yeux se n’etais pas de bonne personne et elles en avaient marre de m’ecouter me plaindre.. il dit que je suis un boulet que j’en sert a rien que je n’ai pas de projet et moi étant de nature très souriante et joyeuse je suis devenu exécrable je lui saute au coup et ne m’en laisse pas faire a ses milles et une reproche. Il m’appel 15x dans la journée et moi me dit comment m’occuper de la maison, des enfants, de moi enfin il me planifie mon temps mais je ne l’ecoute pas car j’estime que se n’est pas à lui de me dicter comment faire les choses. Alors il se m’est en colère m’insulte (très violament sale pute déchet boulet je veux que tu casse de chez moi profiteuse ...) et des que je lui rentre dedans il appel sa mère pour jouer sa victime que je ne suis pas gentille avec lui ... mon fils se renferme et ne joue pas avec les autres enfants à la place de jeux ou a l´ecole et je culpabilise il veut que j’en l’habille mais avec papa il veut que je up donne la main mais avec papa et se soir nous avons eu une dispute car je souhaite apprendre à coudre mais pour lui comme tout se que j’en souhaite c’est debile ou du temps perdu .. je lui ai demandé si de son côté il avait des choses à se reprocher sur sa façon d’etre avec moi il m’a dit non tout est de ta faute si je te parle mal c’est à cause de ton comportement enfin aucun reproche vis à vis de de sont attitude et cela m’a choqué il m’a déjà frappé et devant les enfants mais comme je l´ai dit partir j’y pense mais cela m’en semble impossible à réaliser pas d’emploi pas de soutiens pas de personne chez qui me réfugier du coup j’ai l’espoir que sa change mais comme on dit l’espoir fais vivre je suis perdu je suis triste j’en suis fatigué j’ai plus goût à rien plus d´appetit moin de patiente avec les enfants j’ai l’impression mon corp est malheureux avec moi et je me demande si je suis pas en train de devenir dépressive ? un psychologue je n’en ai pas les moyens, une personne à qui me confier j’en ai pas j’ai l’impression d être seul comme la peste avec comme seul source de bonheur 2 magnifique enfants que je traumatise avec mes état de colère contre leur père ou de tristesse vu ma situation.. je suis perdu au fond du bac.

Notre réponse :

Bonjour Madame,

Vous vivez une relation difficile qui vous fait souffrir et vous met dans des états de tristesse ou de colère. Malgré tout, vous avez eu le courage de nous écrire et vous avez eu raison. La solitude et le silence se mêlent très vite au désespoir. Ce sont les conséquences de la violence au sein de votre couple. Mais vous avez décidé de briser le silence et vous n’êtes désormais plus seule, nous sommes là pour vous aider !

Ce que vous vouliez c’est être heureuse avec votre conjoint et vos enfants. Cependant la violence s’est immiscée petit à petit vous faisant entrer dans un cycle de violence qu’il est difficile de rompre sans aide professionnelle et qui s'aggrave avec le temps. L’insulte, les ordres et le manque de reconnaissance quant à votre charge de travail à la maison sont des violences psychologiques qui atteignent profondément l’estime de soi et peuvent vous rendre dépressive. Vous êtes confrontée à grand contrôle psychologique, accentué aussi par de la violence économique ; il vous interdit d’utiliser l’argent de la famille sans sa permission. Ce type de violence vise à restreindre votre autonomie afin de mieux vous contrôler. Vous ne vouliez pas vous laisser faire à plusieurs reprises, la tension est montée et il vous a frappée. Ce n'est pas de votre faute, rien ne justifie cette violence physique et ni les autres formes de violence. Elle est d’ailleurs interdite la loi en Suisse et vous avez le droit de la dénoncer à la justice ou de demander à ce que la police intervienne en cas de crise en les appelant au 117.

Comme vous l'avez remarqué, les enfants sont malheureusement très touchés lorsque leurs parents vivent une telle situation même en bas âge. Ils sentent votre détresse et sont très souvent angoissés voire traumatisés par ce qu’ils ont vu. Il est donc important pour leur développement psychique de les protéger.

Pour vous protéger tous les trois, nous vous conseillons d’appeler l’association Solidarité Femmes à Fribourg qui pourra vous aider de diverses manières et gratuitement. Les professionnel-le-s pourront vous accompagner pour sortir de ce cycle de violence et vous offrir un soutien psychologique. L’association a également une structure d’accueil pour femmes et enfants où vous mettre en sécurité en attendant de trouver des solutions financières et juridiques. N’attendez plus, appelez les (026 322 22 02), vous avez le droit de partir et de vous protéger. Quel que soit votre choix, les intervenant-e-s pourront vous accompagner et respecteront vos demandes. Si vous décidez de partir nous avons établi une liste de préparatifs de départ qui peut vous être utile.

Pour la suite, nous vous conseillons aussi de garder les preuves de violence (constat médical de blessures, SMS, photos etc.) et de noter et dater vos souvenirs dans un carnet.

Nous espérons avoir pu vous apporter un peu de soutien et vous avoir rassurée en vous apportant des solutions. N’hésitez pas à nous donner de vos nouvelles ou à nous poser d’autres questions. Nous sommes de tout cœur avec vous. Meilleures pensées.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Physique, Psychologique, Economique

Posez-nous votre question