Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

J'angoisse depuis que j'ai déposé plainte

29 décembre 2018 - mmg...

J’angoisse depuis que j’ai déposé plainte contre le père de ma fille, j’ai envie de tout arrêter. Dois-je continuer? Comment reprendre confiance en moi et en ce que j’ai dit à la police? J’ai l’impression d’avoir menti et tout exagéré.

Notre réponse

Bonjour Madame,

Vous avez déposé plainte contre le père de votre fille et maintenant vous angoissez et vous avez des doutes sur la suite. Vous aimeriez savoir comment reprendre confiance en vous, vous n’êtes pas sûre de ce que vous avez dit à la police. Vous avez bien fait de nous écrire, déposer plainte n’est pas une tâche facile et l'ambivalence à le faire est souvent présente. Avec du soutien professionnel vous pourrez mieux y réfléchir et reprendre confiance en vous et en vos décisions. 

Nous ne savons pas dans quel contexte et pour quelles raisons vous avez fait des démarches auprès de la justice pour dénoncer les actes du père de votre fille. Mais nous pouvons vous en dire plus sur les motivations à entreprendre une démarche de plainte dans le contexte de violence au sein du couple. Les raisons peuvent être multiples: soit pour arrêter l'auteur-e car il/elle continue d’user de la violence, soit pour qu’il/elle ne recommence plus, ou soit pour que justice soit faite, car la violence est en effet interdite par la loi en Suisse. Vous pourriez alors commencer par vous interroger sur vos motivations quant à cette démarche pour comprendre ce qui vous met en doute. Quelle que soit la raison, il est possible de mettre des mots sur ce que vous ressentez pour comprendre votre cheminement jusque-là. Vous ressentez peut-être de la culpabilité, certainement dû à votre manque de confiance, qui est souvent une conséquence des violences vécues. Oser en parler, et rendre en quelque sorte « officielles » les violences auxquelles vous avez été confrontée, nécessite souvent beaucoup de courage et du soutien. C’est une étape qui peut être décourageante et angoissante car c’est une procédure qui vous met dans une position inconfortable. Aussi, parce qu’il faut reparler du passé, de quelque chose qui a peut être déjà muri et que vous aimeriez peut-être garder dans le passé ou même oublier.  

Quoi qu’il en soit, nous vous conseillons de ne pas rester seule avec ce que vous vivez, d'essayer de comprendre ce qui vous angoisse et pourquoi vous avez cette impression d'exagération. Vous avez le droit à de l’aide et du soutien concret auprès de spécialistes avec lesquel-le-s vous pouvez discuter de ce qui vous angoisse précisément. Vous pouvez choisir de nous écrire à nouveau en nous spécifiant votre demande. Ou directement demander à parler avec un-e intervenant-e du Centre d'accueil MalleyPrairie, centre qui propose des entretiens ambulatoires pour aider toute femme concernée par la violence. Ils sont gratuits, sans engagement et confidentiels. Il existe plusieurs lieux de consultation dans le canton de Vaud, grâce à leur service Itinérance. Vous pouvez les appeler au 021 620 76 76.

Par ailleurs, avez-vous entendu parler du Centre LAVI ? Ces professionnel-le-s sont spécialisé-e-s dans la Loi d'Aide aux Victimes d'Infractions, et peuvent vous soutenir dans les démarches juridiques. Ils/elles vous informent sur vos droits, vous accompagnent dans les diverses procédures, mais aussi vous donnent des adresses d'aide et de soutien (notamment psychologique), dont les frais peuvent être pris en charge par le centre. Vous trouverez le numéro du centre le plus proche de chez vous sous cette page. Les entretiens sont également gratuits et confidentiels. 

Nous espérons que ces pistes de réflexion et de soutien vous permettront de trouver l’aide nécessaire pour reprendre confiance en vous. N’hésitez pas à nous écrire à nouveau ou nous donner de vos nouvelles. Prenez soin de vous. 

retour aux questions

Posez-nous votre question