Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Ai-je subi de la violence ? Y a-t-il en Suisse romande (ou alémanique) des groupes de soutien pour des hommes dans ma situation ?

15 novembre 2017 - Jalmal

Je commence avec un peu de context, qui est peut-être trop long et je m'en excuse : Il y a quelques années, ma femme a commencé à m'accuser d'infidélité pour des raisons comme, par exemple, le fait de vouloir porter une chemise propre au travail. J'ai subi pendant longtemps de nombreux interrogatoires interminables qui duraient des heures, parfois toute la nuit, et qui semblaient empirer les suspicions de ma femme au lieu de la rassurer. Elle me demandait avec grande agressivité d'avouer que je la trompais avec de plus en plus de femmes de mon travail et de mon passé lointain (avec des personnes que je n'avais plus vues depuis plus de trente ans). J'ai fini par lui donner accès total à mon mobile, mon ordinateur et mes comptes email. Elle disait qu'elle essayait de retrouver la confiance en moi que j'avais brisée par mes agissements, mais en réalité elle passait énormément de temps à piocher pour trouver la preuve de mon infidélité. Il y a eu trois occasions où elle m'a frappé physiquement mais pas très fort. Elle s'est présentée chez une de mes collègues de travail et l'a insultée, lui disant qu'elle savait qu'elle couchait avec moi. Cette collègue a décidé de me raconter cet épisode et elle a été clairement très affectée. Ma femme a envoyé des messages à ma mère avec des accusations. Je n'avais raconté à personne ce que je vivait mais j'ai dû expliquer la situation à ma collègue et à ma mère. Ma femme est une personne complètement normal dans tous les autres aspects de la vie et personne ne connaît ce côté extrêmement jaloux. Je suis depuis peu en phase de séparation et je présente aux autres une façade de tranquillité mais je me sens triste et confondu et je pleure souvent la nuit lorsque je suis seul. Je suis conscient que ce type de situation arrive beaucoup plus souvent aux femmes qu'aux hommes. Ma femme est également une victime puisqu'elle croit sincèrement que ses accusations sont fondées sur la réalité et ce n'est donc pas de sa faute. Elle soufre beaucoup et cela a eu aussi une grande incidence sur sa vie professionnelle et a détruit notre famille. Deux questions : Ai-je subi de la violence? Y a-t-il en Suisse romande (ou en Suisse alémanique) des groupes de soutien pour des hommes dans ma situation ?

Notre réponse :

Bonjour Monsieur, 

Depuis quelques années, votre femme a commencé à avoir des comportements de contrôle en privé extrêmement forts et qui se sont renforcés progressivement, au point d'amener beaucoup de souffrance - tant pour chacun-e d'entre vous que pour des personnes de votre entourage. Ce que vous avez vécu relève effectivement de violences psychologiques et physiques, et vous faites bien de chercher du soutien.

Nous ne savons pas si vous souhaitez obtenir réparation pour les torts subis, mais en plus des violences (contrôle, éventuelles insultes, violences physiques "pas fortes" mais répétées,...) qui sont punissables selon la loi suisse, vous pouvez également porter plainte pour diffamation suite au message envoyé par votre femme à votre mère. Si ces démarches vous intéressent, vous pouvez contacter le centre LAVI au 026 305 15 80 pour être accompagné dans celles-ci. Nous entendons bien qu'à part ses comportements violents, votre femme est "normale" et que ces nombreuses années passées ensemble font que vous gardez de l'empathie pour elle. Néanmoins, quelles que soient les raisons de ses comportements, vous n'en êtes pas responsable, et vous avez agi justement en décidant de vous séparer pour prendre soin de vous.

Pour continuer sur cette voie et pour partager ce que vous avez vécu, vous pouvez contacter l'association Pharos à Genève (022 736 13 13), spécialisée dans le soutien aux hommes victimes de violences au sein de leur couple. Si vous êtes à l'aise aussi en (suisse-)allemand, vous pouvez également contacter Opfer beratung Zürich au 044 299 40 50 (ligne gratuite et confidentielle).

Nous pensons bien à vous et vous souhaitons de retrouver progressivement une sérénité et une joie à vous sentir libre. Notre porte reste ouverte au besoin, si vous avez une autre question ou si vous souhaitez nous donner des nouvelles. 

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Physique, Psychologique

Posez-nous votre question