Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Agression verbale. Je ne sais plus quoi faire et songe à engager une démarche de séparation.

03 septembre 2019 - CS...

Bonjour,

Je me sens perturbée, triste et angoissée car je vis une situation douloureuse avec mon mari. Ce qui se passe est que malgré le fait que c’est une personne adorable et gentille sur pleins de points, il change du tout au tout lorsqu’il se met en colère. Cela peut être pour une question ou une phrase que je dis et qu’il va interpréter comme une agression selon lui, malgré le fait que je n’hausse pas la voix, que je n’utilise aucun terme injurieux ou péjoratif et que je ne lui fasse pas de reproches. Il suffit que je pose une question ou prononce une phrase qu’il juge inadéquate pour qu’il se lève subitement, hausse la voix, son visage se modifie avec un rictus de colère, parfois il pointe aussi le doigt à quelques centimètres de mon visage, ou jette des choses par terre. Désormais je ressens de la peur, car je ne sais jamais quand cela va survenir. Nous avons deux enfants en bas âge dont un nourrisson et ils assistent à ces scènes. Quand mon mari se met dans un tel état on dirait un tsunami, cela arrive en une seconde sans qu’il m’aie auparavant exprimé sa colère ou done exaspération de manière non violente. Il est alors impossible à raisonner, on dirait qu’il est lancé et ne peux plus s’arreter, même quand je lui demande s’il pourrait me parler et m’exprimer son ressenti calmement. Une fois que la pression retombe, il devient plus conscient de son emportement et de cette violence injustifiée, mais le mal est fait. Je suis souvent déjà en larmes, très abattue, le dos contracturé face à une telle agression. Il me dit qu’il est conscient de son problème de gestion de la colère, qu’il aimerait essayer de changer, mais n’a jamais entrepris un travail suivi avec un thérapeute alors que nous avons ces discussions depuis plusieurs années déjà. Je me sens démunie et je songe sérieusement à me séparer de lui malgré l’amour que je lui porte, nos deux bébés et une situation financière très précaire. Je souffre énormément de cette situation et de la répétition de ces violences verbales et de cette colère qui mine notre famille. Je crains aussi que si nous continuons dans cette relation sans rien changer, j’y perds ma santé et que mes enfants prennent exemple sur leur père. Je ne veux-tu pas leur donner ce modèle de relation de couple. J’espère que vous pourrez m’aider. Je ne sais pas quoi faire ni comment aider mon mari. Nous avons été voir une psy pour notre couple mais devant elle il montre son meilleur jour - hors de question pour lui de montrer cette face d’ombre. Je crois qu’il en a profondément honte et qu’il s’arrange pour dénier cette réalité. Souvent, quand on en reparle à froid, il reporte sur moi la responsabilité de sa colère. Je n’aurais pas dû dire ci ou ça, je suis perverse, je lui ai dit cela exprès pour l’enerver, d’ailleurs j’ai des conflits relationnels avec mon père (ce qui est vrai), etc. C’est blessant pour moi qu’il me reporte cette responsabilité et surtout c’est très lourd. J’ai l’impression que je ne serai jamais assez parfaite pour ne pas provoquer sa colère. J’ai fait beaucoup d’efforts pour lui en demander moins, ou sur un ton très amoureux, doux, mais ce n’est jamais suffisant. Merci de votre retour, je ne sais plus quoi faire et songe à engager une démarche de séparation. Cordialement.

Notre réponseRépondre à notre enquête de satisfaction

Bonjour Madame,

Vous vivez une situation difficile avec votre mari, qui a de la peine à gérer sa colère. Cela fait plusieurs années que vous parlez d’une démarche thérapeutique, cependant il n’a rien entrepris de son côté. Vous avez essayé une thérapie en couple mais cela n’a pas aidé. Vous songez sérieusement au divorce, notamment pour protéger vos enfants et sortir de ce cycle de violence psychologique qui a des conséquences néfastes pour votre santé.

Tout d’abord nous saluons les démarches que vous avez faites et votre volonté d’un présent et d'un avenir meilleur pour vous et pour vos enfants. Nous imaginons votre souffrance et la peur que les moments de crise suscitent. Vous avez bien fait de nous écrire et de ne pas rester seule !

Vous songez maintenant à une démarche de séparation. Vous avez le droit de recourir à une suspension de la vie commune ou de demander le divorce. Nous vous conseillons d’en discuter avec des intervenant-e-s spécialisé-e-s dans les violences au sein du couple de le l’Association AAVEC (022 797 10 10) pour assurer votre sécurité pendant cette démarche qui peut être un moment propice à plus d’actes de violences. 

Vous avez aussi la possibilité de vous informer par rapport aux aspects juridiques et financiers auprès du Centre Social Protestant (022 807 07 00). Ces professionnel-le-s ont l’habitude des situations de précarités et de violences.

En attendant que la situation change, dites-vous qu’il ne peut pas attendre de vous que vous soyez parfaite. Déchargez-vous de cette responsabilité qui vous pèse, vous faites au mieux avec les possibilités d’actions que vous avez chaque jour. Pour gérer sa colère, il est important qu’il fasse un travail de son côté avec un thérapeute ou intervenant spécialisé dans les violences au sein du couple. Il peut contacter l'Association VIRES (022 328 44 33) s'il souhaite réellement entamer un travail sur soi. Elle propose des démarches thérapeutiques dans un centre spécialisé qui offre un cadre et un traitement adapté au contexte et à la nature des agressions commises par les auteur-e-s.

Nous espérons que ces pistes vous aideront à vous affirmer face à cette situation et que cela laissera place à des jours meilleurs pour vous et vos enfants. N’hésitez pas à nous écrire ou nous donner de vos nouvelles. Bien à vous.

retour aux questions

Posez-nous votre question