Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Agression par un inconnu - que faire.

20 janvier 2019 - Las...

J ai besoin de parler. Je suis perdue. Je ne sais pas ce qu'il faut faire. Je ne sais pas quoi faire. Je me suis faite agressée le 17 novembre dernier en rentrant chez moi. Dans le couloir de mon immeuble par un inconnu. Le cliché total de la violence. Le soir. Dans un endroit sombre. Avec un couteau. Par un inconnu. Sous contrainte. Après cela. Le mauvais réflexe puisque j ai pris une douche immédiatement et me suis lavée mille fois les dents et la bouche. Aucune preuve. Je ne suis pas allée à la police. 2 mois plus tard. Je suis hospitalisée en psy depuis deux mois suite à cet incident. Aller à la police maintenant ? A quoi cela servirait...? Je serais incapable de reconnaître cette personne. Cela fait deux mois... ne me prendrait on pas pour une folle ? Et pourquoi n aurais je pas annoncer cela immédiatement...? J ai peur que dénoncer soit compliqué et au final inutile. Que faire...? Plus le temps passe et plus porter plainte est inutile J imagine. Si je dépose plainte, est ce que des frais seront à ma charge ? Faut il un avocat ? Comment cela se passe-t-il ? Je suis perdue. J ai déjà contacté la LAVI, mais je ne peux pas y aller actuellement vu que hospitalisée et que je n ai pas parlé à mes proches de ce qui s est passé. Ayant déclaré une phobie sociale, je ne peux pas m y rendre en transport publique et je ne peux pas conduire, étant hospitalisée et je ne veux pas mettre mes proches au courant. Que faire. Je suis perdue.

Notre réponse

Bonjour Madame,

Vous nous expliquez avoir été agressée il y a plus de deux mois de cela en rentrant chez vous dans le couloir de votre immeuble, ceci en date du 17 novembre dernier. Un inconnu vous a contraint, sexuellement parlant semble-t-il, avec un couteau. Vous nous dites être rentrée chez vous par la suite, avez pris une douche et vous êtes lavée les dents et la bouche une centaine de fois. Vous n'avez pas été à la police. Suite à cette agression, vous avez été hospitalisée en psychiatrie où vous séjournez encore actuellement. Aujourd'hui vous vous posez de nombreuses questions auxquelles nous allons essayer de vous donner quelques pistes de réponses.

Tout d'abord, nous aimerions vous féliciter d'avoir eu le courage de vous libérer en nous écrivant. Nous savons à quel point il est difficile de parler de ces crimes de l'ombre et il est extrêmement important de pouvoir vous entourer au mieux, et par des professionnel-le-s, dans cette épreuve. Entreprendre des démarches et prendre des décisions seule est souvent bien difficile pour les personnes qui ont été victimes d'une infraction contre l’intégrité sexuelle. Cela prend du temps et certaines personnes n'en parleront même jamais. Sortir du silence et de l’isolement apporte un premier soulagement car le type d'agression que vous avez subie entraîne souvent un état de choc important et des sentiments de confusion, de honte, de peur, de phobies que vous nous décrivez très bien à travers vos lignes. Vos réactions et vos questionnements sont tout à fait légitimes et normals contrairement à l'acte violent subi.

Vous évoquez la LAVI avec qui vous avez déjà pris contact. Vous avez eu le très bon réflexe de les appeler. Le Centre LAVI, qui représente la Loi fédérale d'Aide aux Victime d'Infractions, pourra répondre à bon nombre de questions que vous vous posez. Il faut savoir qu'il y a un ou plusieurs centres LAVI par canton. Libre à vous de consulter le Centre que vous souhaitez, indépendamment de votre lieu de domicile. Les entretiens sont gratuits et confidentiels. Ils peuvent aussi être anonymes. Vous pouvez choisir si vous souhaitez être reçue par une femme ou par un homme. En aucun cas la LAVI n'informera vos proches, le personnel soignant ou quiconque sans votre accord. Les intervenant-e-s sont soumis-e-s au secret LAVI.

À Fribourg, vous pouvez prendre contact avec le Centre LAVI au 026 322 22 02, jour et nuit, 7 jours sur 7.

Vous nous dites ne pas pouvoir y aller actuellement car vous êtes hospitalisée. Pensez-vous peut-être pouvoir être accompagnée par quelqu'un du personnel hospitalier/soignant afin d'être véhiculée et entourée? Avez-vous pu du reste évoquer aux soignant-e-s ce qu'il vous est arrivé? Si cela n'est pas possible pour une raison ou une autre, un-e intervenant-e du Centre LAVI pourrait aussi se déplacer dans ces cas-là, à l'hôpital, afin de vous informer de vos droits et répondre à vos questions.

Effectivement, le Centre LAVI est notamment compétent pour toutes les questions juridiques et les orientations psychologiques. Si vous décidiez de déposer plainte pénale contre votre agresseur, peu importe que son identité soit connue ou non et que vous ayez des preuves ou plus, ils peuvent vous accompagner dans cette démarche en vous orientant également auprès d'un-e avocat-e qu'ils/elles prendront en charge à certaines conditions. En aucun cas le Centre LAVI prendra des décisions contre votre gré. Les intervenant-e-s sont là, à votre écoute et vous pour guider dans les choix qui seront les vôtres. Déposer plainte pénale et civile, même des mois ou parfois des années après, peut toujours être "utile" dans le cas où l'agresseur récidiverait et utiliserait le même "mode opératoire". Les investigations policières sont faites pour recouper des affaires et il arrive que les agresseurs soient appréhendés par la suite, même si leur identité était méconnue au moment de l'agression.

Nous espérons avoir répondu à quelques-unes de vos questions. Nous saluons une fois encore votre courage en vous livrant à nous. Nous restons bien entendu à votre entière disposition si vous aviez d'autres questions ou l'envie de nous faire un retour dans quelques temps.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Physique, Sexuelle

Posez-nous votre question