Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Mon amie est victime de violence de la part de son conjoint, je me sens démunie, je ne sais pas comment l'aider.

05 mars 2019 - Tou...

Bonjour,

Une de mes amies est en couple depuis plusieurs années avec un homme violent à son égard. À ma connaissance ses violences sont de types physiques, psychologiques et sexuelles. Bien qu’auparavant elle éprouvait encore des sentiments pour cette personne aujourd’hui elle ne prétend ne plus être attaché à cette homme, en étant consciente qu’il est violent et qu’il restera toujours ainsi. Elle souhaite pour son bien-être passer à autre chose et mettre un terme à cette relation cependant elle est actuellement paralysé par les menaces de son compagnon et n’ose chercher de l’aide à l’extérieur. En effet, celui-ci la menace de ruiner sa vie, montrer des photos intime d’elle et même de se suicider en assistant sur les répercussions que cet acte aura sur sa conscience. Bien que mon amie et plusieurs fois essayé de sauter le pas en quittant le domicile, son compagnon sous le poids des menaces et toujours parvenu à la faire revenir en adoptant ensuite en comportement « gentil, serviable, amoureux ». En vivant cette situation d’un regard extérieur à la relation je ne peux qu’être impuissante face à cette violence, je ne dispose pas des ressources nécessaires afin d’aider et d’accompagner mon amie. Cependant je souhaite de tout cœur l’aider à disposer des ressources nécessaires à pallier les difficultés qu’elle rencontre à mettre un terme à cette relation et c’est la raison ce message. Selon vous, quelle serait la démarche à suivre dans cette situation ?

Un grand merci à l’attention que vous porterez à ce message

Une amie inquiète

Notre réponse

Bonjour,

Ton amie subit diverses formes de violences domestiques mais craint de quitter son conjoint, qui la menace de détruire sa vie. Tu aimerais l'aider mais ne sais pas comment faire.

En venant chercher des informations et en nous écrivant, tu aides déjà beaucoup ton amie!

Ce que tu décris ressemble à la dynamique de la violence en 4 phases, qui se répètent et s'amplifient au fil du temps. Dans ce processus, les phases de tension et de crise laissent ensuite place à une période de remords, d'excuses, de cadeaux, de promesses, de "bons comportements", etc. Nous l'appelons, la "lune de miel". Une fois que cette dynamique est installée, il peut être très difficile pour les personnes victimes d'arriver à en sortir. Malheureusement, si la victime n'y met pas un terme, les violences continueront et iront même crescendo. Tu évoques des violences physiques et sexuelles, nous pensons donc que ce cycle est en place depuis pas mal de temps. Plus ton amie reste dans cette situation, plus elle est en danger. 

Même si ton amie n'a plus de sentiments pour son conjoint, nous comprenons qu'il est très dur pour elle de "sauter le pas". Elle a sans doute peur de ce qui pourrait lui arriver si elle le quittait, d'autant qu'il semble proférer diverses menaces à son encontre. C'est pourquoi nous conseillons vivement à ton amie d'aller faire un constat médical, chez son médecin ou dans un hôpital s'il subsiste des marques de ces agressions. Ce constat est confidentiel, c'est à dire que seule ton amie peut décider de s'en servir si elle en a besoin. Il est toujours utile de disposer de preuves si l'on doit contrer les attaques de l'autre, ou pouvoir se protéger.

Dans tous les cas, ton amie ne doit pas hésitez à faire appel à la police, au 117, en cas d'urgence. Les agent-e-s interviendront à domicile pour lui porter secours et la mettre en sécurité.

Nous lui recommandons vivement de prendre contact avec le centre de consultation LAVI de sa région (032 420 81 00 ou lavi@ssrju.ch). Les professionnel-le-s qui y travaillent connaissent très bien la dynamique des violences domestiques. Ils/elles pourront l'aider à faire le point sur la situation, la soutenir dans diverses démarches et l'orienter au mieux pour le futur. Ils/elles peuvent par exemple l'aider à préparer son départ du domicile, de manière à éviter tout risque pour sa sécurité. Cette aide est gratuite et confidentielle, et n'engage en rien ton amie.

Tu dis manquer de ressources pour l'aider et te sentir impuissante. Il est tout à fait normal de ressentir cela. Aider une personne victime n'est pas toujours facile et tu dois aussi te protéger : tu as raison quand tu dis "être impuissante face à cette violence", car toi-même ne peux pas y mettre un terme. Par contre, ne sous-estime pas l'importance d'écouter ton amie et d'être là pour elle. Garde aussi patience pour la suite : réussir à sortir d'une telle relation peut prendre du temps et être laborieux, il est donc très important de respecter le rythme de la personne victime sans lui mettre la pression, ce qui peut parfois occasionner un sentiment de frustration pour l'entourage. 

Nous espérons avoir répondu à tes attentes. Si ce n'est pas le cas, n'hésite pas à nous réécrire. Tu peux aussi proposer à ton amie de nous écrire si elle en ressent le besoin.

Encore félicitations pour ta démarche et bon courage pour la suite!

retour aux questions

Posez-nous votre question