Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Témoin indirect

05 août 2019 - Nat...

Bonjour, Une ancienne collègue de travail est aujourd'hui la maman de la meilleure amie de ma fille de 12 ans. A l'époque ou cette dame travaillait dans le même établissement que le mien, il y avait des difficultés lors de la prise de contact au domicile (demande de remplacement, changement d'horaire, invitations…) Il était impossible d'entrer en contact avec elle. Tous les contacts passaient par son mari (même sur son propre natel). De plus les réponses de celui-ci étaient automatiquement agressives. Aujourd'hui, cette dame ne travaille plus dans le même établissement que moi mais sa fille est la meilleure amie de ma fille, elles sont inséparables. Du coup, ma fille passe beaucoup de temps à leur domicile. Suite à une invitation à dormir, ma fille n'a plus demandé à être invitée ou à inviter tout en me disant qu'elles était toujours amies et qu'il n'y avait eu aucune problème entre elles deux. J'ai trouvé cela bizarre et ai voulu approfondir la question. En prenant ma fille à part et en ouvrant la discussion avec elle, elle a fini par me dire que le papa était très dur avec son épouse, qu'il lui parlait très durement. Et que lors de sa visite, sa meilleure amie lui a dit que sa maman dormait tout le temps car elle avait pris trop de somnifères, (elle aurait dormi 4 jours d'affilés) mais qu'on lui avait dit que ce n'était pas grave, qu'elle s'était juste trompée en prenant des dormicum !!! Il m'est impossible de prendre contact avec cette dame car quand elle sort (ce qui est très rare), elle n'est jamais sans son mari ! Par contre, je connais le lieu ou elle travaille. J'hésite de lui envoyer anonymement de la documentation sur la violence conjugale à son travail en confidentiel… mais ne voudrait pas faire empirer la situation… Je ne pense pas qu'il y ait de la violence directe envers les enfants mais ils sont vraisemblablement témoins… (ils ont deux enfants, la fille de 12 ans et un garçon de quelques année de moins). Voilà, merci d'avance de vos précieux conseils. Nathalie

Notre réponse

Bonjour Madame,

Vous nous faites part de votre inquiétude pour la mère de la meilleure amie de votre fille. Vous la connaissez depuis un certain temps car vous étiez collègue de travail à l’époque. Vous expliquez qu’il a toujours été difficile de communiquer avec elle car son mari interférait dans tous les domaines. Récemment votre fille est allée dormir chez sa meilleure amie et suite à cela elle vous a confié qu’elle ne souhaitait plus y retourner car le père de son amie était très dur avec sa mère. L’amie de votre fille a également précisé que sa mère dormait constamment, soi-disant à cause d’une prise de somnifère. Depuis, votre inquiétude augmente et vous vous demandez comment faire au mieux pour aider cette femme et ses enfants.  

Votre préoccupation pour cette épouse ainsi que pour ses enfants est légitime. Plusieurs éléments de violences psychologiques semblent être présents au sein de la relation de couple. Nous n’en savons pas assez pour penser que de la violence physique est également présente, mais la question se pose en lien avec le fait qu'elle semble dormir excessivement. Vous dites qu’il est impossible de voir cette femme seule, sans son mari. Il semble exercer un grand contrôle sur la vie de son épouse. Lorsque l’emprise est importante, il est difficile de sortir d’une situation de violence sans aide extérieure, ce qui est d’autant plus compliqué que les contacts avec l’extérieur sont coupés. Il faut souvent plusieurs tentatives avant de réussir à briser le cercle de la violence. Nous comprenons donc votre souci d’aider cette femme, mais avec la volonté de ne pas empirer la situation. Avec ce que vous nous dites, nous trouvons que votre idée d’envoyer de la documentation à son lieu de travail pertinente. Vous pouvez également lui transmettre les coordonnées du SAVI (Service d'aide aux victimes) à Neuchâtel 032 889 66 49 ou à La Chaux-de-Fonds 032 889 66 52. Aussi, vous pouvez lui transmettre l'existence du site internet violencequefaire.ch qui peut servir de porte d'entrée. Par ailleurs, il est toujours utile pour les personnes victimes de violence de savoir qu’elles ont, quelque part, du soutien et de l’aide possible en cas d’urgence. Plutôt qu’un courrier anonyme, vous sentiriez-vous le courage de laisser vos coordonnées ? Peut-être que dans un premier temps celle-ci n’osera pas vous contacter. La peur, la honte, la crainte d'être jugée et la culpabilité sont des grands freins à demander de l’aide, mais au moins elle saura qu’elle a une porte de sortie. Parfois un petit mot peut faire beaucoup.

Aussi, nous sentons votre préoccupation envers les enfants de ce couple. Comme vous le précisez, même s’ils ne sont pas directement touchés par les coups ou les attaques verbales, les enfants sont toujours impactés par les violences conjugales avec des conséquences à long terme. Vous pouvez éventuellement solliciter l’aide de l'Office de protection de l'enfant qui ont pour mission de veiller au bien-être des mineurs, afin qu’ils s’assurent que cette famille ait l’aide nécessaire.

Nous comprenons donc bien pourquoi votre fille ne souhaite plus retourner chez son amie. Cette situation ne doit pas être évidente pour votre fille. Être témoin de violence génère beaucoup d’émotions variées, tristesse, peur, colère, sentiment d’impuissance, culpabilité, etc. Vous décrivez avoir un bon lien avec votre fille et nous vous encourageons à rester à l’écoute de celle-ci ces prochains temps. Cette recommandation s’applique aussi pour vous. Le rôle de témoin est lourd à porter et peut générer des frustrations car on ne peut agir à la place de la personne. Le sentiment de responsabilité ainsi que d’impuissance peuvent être pesant, d’autant plus que vous êtes amenée à côtoyer régulièrement la meilleure amie de votre fille. En avez-vous parlé à quelqu’un proche de vous ? Nous vous encourageons à ne pas rester seule avec ces questionnements et à prendre soin de vous.

Nous espérons que ces quelques pistes vous permettront d’aider cette femme au mieux. Votre attention peut être précieuse. N’hésitez pas à nous écrire à nouveau si vous avez d’autre question ou pour nous donner des nouvelles. Nous vous envoyons nos meilleures pensées.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Psychologique

Posez-nous votre question