Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Témoin de violence dans le voisinage

05 janvier 2020 - Voi...

Bonjour,

Nous venons vers vous pour vous décrire une situations face à laquelle nous ne savons pas comment réagir. Nous habitons dans un immeuble locatif. Malgré que notre immeuble est récent et de ce fait bien isolé, nous entendons régulièrement chez nos voisins du dessus:

  • des disputes verbales violentes et hystériques entre le couple, y compris des portes/fenêtres/placards(?) qui claquent, à toute heure; au milieu de tout cela, nous entendons pleurer et/ou crier leur garçon de 3 ou 4 ans;
  • - lorsqu'un des parents est seul-e, crier sur ledit garçon, en tenant des propos inappropriés, p.ex. comme le père dernièrement: "Tu arrêtes, tu es con ou quoi?", "Arrête, merde putain!" ou encore: "Tu es con, tu es con, tu me fais chier!" La mère crie sur l'enfant sans que l'on comprenne ce qu'elle dit (à part un "Vaffanculo!" dernièrement). Cela dure déjà depuis un bon moment.

Nous avons essayé d'aller sonner chez eux pour leur parler. La première fois, alors que l'enfant était encore tout petit et que la maman lui hurlait dessus de façon hystérique tout en contrefaisant et ridiculisant ses pleurs, on ne nous a ouvert la porte qu'après avoir sonné et toqué maintes fois. Depuis lors, nous avons à plusieurs reprises essayé d'intervenir, sans qu'on nous rouvre la porte. Soucieux de la situations pour l'enfant, nous nous adressons à vous pour savoir s'il y a quelque chose à faire. Avec nos meilleures salutations

Notre réponse

Bonjour Madame,

Vous décrivez une situation de voisinage qui parait comporter des violences domestiques. Cela s'apparente à de la violence psychologique (cris, pleurs, insultes, dévalorisation, violence envers du mobilier) et semble durer depuis quelques années au sein du couple et également envers leur enfant. Votre initiative d'être allés les voir plusieurs fois pour leurs parler est louable. Apparemment, cela ne semble pas avoir suffit à mettre fin à cette situation, qui s'est au fil du temps dégradée. Actuellement, vos inquiétudes se porte sur l'enfant qui semble grandir dans un environnement non favorable à un bon développement. Des sentiments telles que l'impuissance et/ou l'inquiétude peuvent apparaitre et sont légitimes surtout si la communication est totalement coupée.

Dans ce cas de figure, pour répondre à votre question, oui, il existe plusieurs choses possibles à faire.

1. Vous pouvez contacter l'Office pour la protection de l'enfant (OPE) qui intervient en cas de maltraitance et qui offre une aide et un soutien aux familles qui rencontre des difficultés. La ligne générale est le 027 606 48 40. Les professionnel·le·s se chargent, dans un premier temps, d'évaluer la situation qui est portée à leurs connaissance par des tiers, du personnel enseignant, des parents, etc. 

2. Vous pouvez aussi si vous préférez contacter le poste de police de votre région qui  lui intervient en cas de nuisances sonores de la part du voisinage mais également en cas d'inquiétude pour la vie ou la santé d'un tiers ou de maltrantance sur enfant (s). La police interviendra et identifiera le degré de gravité de la situation. 

En espérant avoir pu vous répondre au mieux, nous restons à votre disposition si vous avez besoin de compléments d'informations ou si vous avez d'autres questions.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Psychologique

Posez-nous votre question