Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Que puis-je faire pour l'aider?

03 janvier 2020 - alb...

Bonjour,

J'ai une amie qui a quitter son conjoint. Elle est harcelée et est menacée de mort si elle ne retourne pas avec lui. Elle a été plusieurs fois tapée. Il lui a mis une lame de couteau sur sa gorge. Elle n'ose pas aller à la police. Ils ont chacun leur appartement. Elle veut lui dire qu'ils sont ensemble. Etre distance, peu le voir, jouer un jeu et elle espère qu'il va se lasser et que c'est lui qui va la quitter pour une autre. Cela fait plusieurs fois qu'elle retourne avec notamment pour leur enfant. Je pense sincèrement qu'elle est en danger. Sa santé est déjà fragile. Actuellement, nous avons un contact journalier par message et téléphonique pour faire le point sur son état de santé. Elle vient d'être opérée et elle a plusieurs complications. Que puis-je faire? Merci pour votre réponse

Notre réponse

Bonjour Monsieur,

Vous êtes interpellé par la situation d’une amie, que vous décrivez comme étant victime de violences de la part de son conjoint, ou ex-conjoint puisqu’il semble qu’elle l’ait quitté, et vous ne savez que faire face aux violences psychologiques et physiques dont elle est victime.

Cette amie semble en danger et vous faites bien de vous en inquiéter car il est peu probable que les stratégies qu’elle met en place, comme de penser qu’il va la quitter pour une autre, puisse avoir un effet sur les comportements de ce Monsieur.

Vous pourriez utiliser la confiance que cette femme vous a octroyée et les contacts réguliers que vous avez avec elle pour lui signifier votre indignation et vos inquiétudes face aux violences qu’elle subit, et la motiver à se prendre en main pour sortir de sa dangereuse situation. Vous pourriez lui signifier que, vous sentant démuni face à ce qu’elle vit, vous avez demandé de l’aide et vous pourriez l’encouragez à faire de même, en parlant de sa situation à des professionnel·le·s.

Si elle est encore hospitalisée ou en traitement, elle pourrait dans un premier temps se confier à son médecin. L’idéal serait qu’elle puisse chercher de l’aide auprès de spécialistes travaillant dans le domaine de la violence conjugale. Pour cela elle pourrait s’adresser auprès du Centre d'accueil MalleyPrairie ou du Centre LAVI, qui proposent des entretiens ambulatoires, confidentiels et non payants, dans différents endroits du canton de Vaud. Cette première démarche pourrait lui permettre de percevoir sa situation de façon différente et peut-être de sortir de la peur et de la sidération qui l’empêchent de bouger.

Concernant « leur enfant », elle comme vous avez la possibilité de parler des inquiétudes que vous pourriez avoir concernant son développement dans une atmosphère délétère, où sa mère est menacée de mort et frappée. Le SPJ peut vous recevoir à cet effet et agir en faveur de la protection de l’enfant.

Enfin, en cas d'une escalade de la violence et de nouvelle crise, il est important de ne pas hésiter et d'appeler immédiatement la police au 117 afin qu'elle puisse intervenir et mettre les personnes en sécurité.

Espérant avoir apporté quelques pistes pour avancer dans la situation qu’est la vôtre, nous restons à disposition en cas de besoin et vous envoyons, Monsieur, nos meilleures pensées.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Physique, Psychologique

Posez-nous votre question