Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Nous soupçonnons notre collègue d'être victime de violences... que faire ?

06 mai 2018 - Wol...

Bonjour J'ai moi même été victime de violences conjugales à l'époque, mais c'est loin derrière moi tout cela Par contre, maintenant, j'ai une collègue que je soupçonne de se faire violenter par son conjoint, qui est hyper jaloux, possessif, qui l'apelle toutes les 10 minutes, la laisse rien faire seule... etc... De plus, elle est souvent "malade" pour un oui pour un non, et ses excuses bidon passent de moins en moins vis a vis des chefs.... Elle ne porte jamais de vêtements courts (débardeurs, décolletés ou autre) et un jour une collègue a vu des marques de doigts autour de son cou en la croisant au WC. Quand elle lui a demandé, elle s'est braqué et est partie.... Bien sûr je peux me tromper, mais on est plusieurs a penser cela. Seulement personne n'ose bouger... Par peur de se tromper ou des conséquences, je ne sais pas. Mais je crains qu'elle se fasse virer, et par conséquent que si son mec est réellement l'ordure que je pense (je l'ai moi même vu une seule fois, il promenait leur chien, et se comportait avec le chien comme si c'était un monstre, tirant sur la laisse, criant dessus et tout ça... alors que c'était un chiot de 4 mois... S'il se comporte comme ça avec un chiot... je doute sincèrement qu'il ait plus d'égards pour elle...) Du coup je ne sais pas quoi faire, on est pas spécialement proches, et elle se braque dès qu'on pose des questions.... Quant aux chefs, ou aux patrons, je ne sais pas s'ils savent, et de toute façons, vu comment nous sommes considérés, je suis pas certaine qu'ils en auraient quelque chose à faire... Que faut il faire dans ce cas là? Merci d'avance pour vos réponses Meilleures salutations

Notre réponse :

Bonjour Madame,

Vous soupçonnez fortement qu’une de vos collègues soit confrontée à de la violence au sien de son couple. L’homme avec qui elle est se montre possessif, l’appelle « toutes les dix minutes », et des marques ont été aperçues sur son cou. Malheureusement, à chaque question, elle se braque. Comment faire pour l’aider ? Vous avez frappé à la bonne porte.

Cette situation n’est pas facile et l’on peut toujours se dire que l’on imagine le pire. Cependant, d’après ce que vous nous décrivez, vous avez raison de vous inquiéter : son partenaire utilise en tout cas de la violence psychologique, et peut-être de la violence physique et/ou sexuelle. Cela a des conséquences sur sa santé physique et mentale. Le fait qu’elle se « braque » indique que quelque chose est touché, mais elle a certainement peur de ce qui pourrait arriver si son partenaire apprenait que d’autres personnes sont au courant.

Par ailleurs, prendre conscience de l’emprise, du cycle de la violence, prend parfois du temps. Beaucoup de temps, vu de l’extérieur. Pour différentes raisons, il est difficile de se dire qu’il y a un problème et que ce n’est pas normal. Le soutien de l’extérieur peut être une aide bienvenue, une fenêtre qui fait apercevoir qu’une autre vie est possible. Nous imaginons que cette situation vous touche tout particulièrement, car vous avez aussi été confrontée à de la violence de la part de votre partenaire il y a quelques années. Vous avez réussi à vous en sortir, et vous êtes la preuve que l’on peut aller de l’avant. Si cette expérience peut vous permettre de vous connecter, d’être en empathie avec cette femme, elle peut aussi vous placer dans de l’incompréhension. Chaque personne a son temps, et il faut pouvoir le respecter. Sous cette page, vous trouverez des informations sur comment être avec elle, afin de faciliter un échange soutenant.

D'autre part, vous pourriez lui parler de notre site, dire que vous êtes tombée dessus (ou que vous l’avez utilisé il y a quelques années si vous vous sentez de parler de vous) et que des éléments vous interpellent, lui font penser qu’il pourrait lui être utile aussi à elle. Sans chercher forcément à ce qu’elle se confie, lui donner de l’information. Avec cette information, elle pourra faire gentiment son chemin.

Peut-être avez-vous également vu nos flyers récemment dans les cabinets médicaux ? Vous pourriez en afficher un dans un lieu commun de votre travail, ou le lui poser discrètement sur le bureau. Si vous le souhaitez, vous pourriez aussi lancer une discussion avec vos collègues sur le sujet de la violence au sein du couple en général (en utilisant une situation relatée dans un journal ou un petit film, comme Fred et Marie) et amener également par ce biais-là que des lieux d’aide existent. A Bienne, l’association Solidarité Femmes accueille, écoute et soutient les femmes qui vivent de la violence. Les entretiens sont gratuits et confidentiels. Leur numéro est le 032 322 03 44.

De plus, ces violences étant interdites par la loi suisse, vous pouvez annoncer vos soupçons auprès de la police : cela peut leur être utile si un jour celle-ci doit intervenir.

Nous espérons que ces quelques pistes vous aideront à faire connaître à cette femme les possibilités de soutien face à la violence. Nous vous félicitons de votre démarche, car ces situations ne sont pas des situations « privées » et l’action de l’entourage permet de sauver chaque année des vies. Cependant, ne prenez pas trop sur vous : souvent les situations ne peuvent évoluer que si la victime est encline à réagir. N’hésitez pas à nous écrire pour nous donner des nouvelles ou si vous avez besoin d’autres informations. Bien à vous.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Physique, Psychologique

Posez-nous votre question