Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Mon couple est au bord de la rupture car ma copine souffre des séquelles de violences psychologique vécues dans le passé et refuse de se faire aider.

28 janvier 2019 - Vin...

Bonjour,

Je vous contacte au sujet de mon amie. Elle a vécu pendant 15 ans sous le joug de son copain de l'époque qui l'a rabaissait en permanence (lui disant qu'elle ne ressemblait à rien, qu'elle allait au boulot pour le tromper, qu'elle était moche, etc.) Aujourd'hui, elle n'a plus confiance en elle ni en moi car selon ses propres dires, elle ne pourra plus jamais faire confiance à qui que ce soit à cause de son vécu (elle a peur de revivre son passé, les tromperies de son ex, ses propos ignobles, etc.) Nous en sommes à être au bord de la rupture car elle refuse de se faire aider (j'ai proposé une thérapie de couple). Elle en est au stade où dès que notre relation devient sérieuse, elle met des barrières par peur de la suite. Je ne sais vraiment plus quoi faire pour l'aider, car elle me donne l'impression d'avoir à nouveau confiance par moment et tout à coup tout s'effondre. J'espère vraiment que vous pourrez me donner certaines clés pour améliorer les choses. Merci d'avance.

Notre réponse

Bonjour Monsieur,

Votre relation de couple se voit mis en danger par les conséquences, encore aujourd’hui présentes, de l’ancienne relation toxique de votre amie. Vous vous sentez démuni et cherchez des pistes pour la soutenir et améliorer votre situation de couple. Vous avez bien fait de nous écrire.

Nous comprenons votre souffrance face au sentiment d’impuissance qui doit vous habiter. Vous souhaitez soutenir votre amie et éviter la rupture avec elle, mais elle n’arrive pas à accepter l’aide que vous lui proposée. De son côté, se rend-elle compte d’où viennent ses difficultés ? Nomme-t-elle le fait que son comportement soit dû à sa relation précédente, comme vous le faites-vous ici ? Votre amie est-elle consciente que son ancienne relation amoureuse ait encore aujourd’hui un impact néfaste sur elle ainsi que sur sa relation amoureuse actuelle ?

La violence psychologique ne laisse pas de marques physiques visibles mais laisse des traces importantes au niveau de l’intégrité psychique, impactant notamment fortement l’estime de soi chez la personne qui en est victime. Le processus d’emprise qui est mis en œuvre prend la forme d’un cycle répétitif qui conforte la victime dans un sentiment de confusion, et encore plus de culpabilisation. Si les schémas qui sont pratiqués dans une relation de ce type ne sont pas stoppés, ils risquent de se reproduire par la suite ou du moins de mettre à mal les relations suivantes. Il est fondamental que la victime puisse mettre des mots sur un vécu traumatique et surtout sur une violence sournoise qui est difficilement détectable par la victime elle-même. Faire un premier pas et sortir du silence et de l’isolement permet d’entreprendre le chemin de la reconnaissance de son vécu et de son statut de victime, pour ensuite débuter la reconstruction de soi. Peut-être n’a-t-elle pas conscience d’avoir été victime de violences et n’a alors pas pu engager ce processus ? La reconstruction peut prendre du temps et il est important de ne pas brusquer votre amie et de respecter son rythme. Au mieux, vous pouvez l’accompagner et l’encourager dans une démarche pour faire un travail sur soi et partager avec elle votre envie de voir votre relation amoureuse s’épanouir et non pas « porter » les conséquences de sa relation précédente.

Le Centre d’accueil MalleyPrairie  propose des consultations spécialisées dans le domaine de la violence au sein du couple. il est possible pour votre amie de prendre contact avec cette institution pour trouver écoute et soutien, même s’il s’agit d’une relation de couple qui a pris fin. Les professionnel-l-e-s offrent des entretiens ambulatoires à Lausanne et dans d’autres lieux du canton de Vaud (prestation Itinérance), qui sont gratuit et garantissent la confidentialité de la personne et de son récit. Cette démarche doit être volontaire et donc initiée par votre amie elle-même, si elle le souhaite en appelant le 021.620.76.76.

Si elle ne se sent pas prête pour cette démarche, peut-être qu’un premier pas serait de nous écrire via le site violencequefaire.ch ?

N’hésitez pas à revenir vers nous pour nous donner plus d’éléments ou à inviter votre amie à nous contacter directement. Nous espérons avoir pu vous donner des informations qui vous seront utiles et que votre situation évolue au mieux par la suite.

Bien à vous.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Psychologique

Posez-nous votre question