Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Ma voisine est couverte d'hématomes mais "ne veut pas qu'on s'en mêle". Que faire ?

26 novembre 2018 - Mah...

Bonjour, aujourd'hui j'ai entendu une violente dispute chez mes voisins d'en dessous, et plus tard le concierge à dit à ma mère qu'il avait vu la femme (~50ans) avec le visage plein d'hématomes. Cette femme, ma voisine que je ne connais pas du tout, a dit au concierge de ne pas s'en mêler. Mais je ne peux pas laisser la situation en l'état sans rien faire, c'est pourquoi j'ai besoin de vos conseils, en sachant que je ne lui ai jamais parlé et qu'elle ne veut manifestement pas d'aide. Merci d'avance de votre réponse.

Notre réponse

Bonjour,

Tu as récemment entendu une dispute chez tes voisins. Selon ton concierge, la femme présente des hématomes mais "ne veut pas" que vous vous en mêliez. Tu es inquiet et souhaite tout de même des pistes pour l'aider. Tu fais bien de nous écrire !

Avoir des hématomes est le signe que la dispute a dû être très violente physiquement. Ils doivent se voir encore mieux ces jours. Dans l'idéal, il serait bien qu'elle les photographie ou qu'elle puisse les faire constater auprès de l'unité des violences des HUG. Ce constat est confidentiel et gratuit, et ne sera remis qu'à elle seule. Elle sera libre de l'utiliser ou non, mais il serait utile si un jour elle souhaite entreprendre des démarches pour faire valoir ses droits de victime. Elle peut par exemple contacter le centre LAVI pour avoir plus d'informations.

Cependant, comme tu le précises, elle ne semble pas vouloir de l'aide pour l'instant. Elle est certainement sous le choc et a très peur. Les violences physiques s'accompagnent généralement de menaces et de violences psychologiques de la part de l'auteur-e. Il est important de le prendre en compte. La solution la plus simple dans ton cas est d'informer directement la police que tu soupçonnes des violences chez tes voisin-e-s, mais que ta voisine est effrayée. Les faits que tu nous rapportes sont des violences poursuivies d'office à partir du moment où une autorité est informée. Tu peux, si tu le souhaites, les appeler au 022 427 81 11 et demander à ce que ton nom ne soit pas divulguer auprès de tes voisin-e-s. Bien sûr, n'hésite pas également à appeler directement la police au 117 si tu entends à nouveau une dispute: ils/elles interviendront sur le moment et pourront demander une expulsion temporaire de son mari afin de la protéger. Dans ce cas, qu'ils/elles aient été informé-e-s au préalable des soupçons de violence les aidera à mieux appréhender la situation. En soi, son mari ne risque pas beaucoup, ce qui pourrait éventuellement rassurer cette femme. Cependant, rappeler que ses comportements sont interdits par la loi avant que cela ne dégénère encore plus est utile pour assurer leur sécurité à tous les deux, car ils souffrent probablement chacun-e de la situation.

Par ailleurs, cette femme peut aussi trouver du soutien concret auprès de l'association AVVEC, que ce soit pour des entretiens ou pour un hébergement d'urgence. Leur numéro est le 022 797 10 10. Il existe aussi une hotline (0840 110 110) si elle souhaite avoir quelqu'un avec qui parler de manière plus discrète et rapide. Bien sûr, notre site violencequefaire.ch peut également lui être utile.

Tu nous précises que tu ne lui as "jamais parlé" et nous imaginons que toutes ces pistes peuvent être compliquées à mettre en place pour toi. Est-ce que toi ou ta maman as/avez bon contact avec le concierge ? Peut-être que tu/vous pourrais/pourriez discuter autour de notre réponse avec lui, et voir si lui peut lui donner un papier avec les numéros d'aide, ainsi que ces quelques informations ? Qu'en penses-tu ?

En tout cas, nous espérons que ces quelques pistes seront utiles pour améliorer la situation. Nous te félicitons de ta démarche citoyenne de vouloir aider cette voisine, car la violence au sein du couple tue encore une femme toutes les deux semaines en Suisse. Nous espérons également que tu peux en parler avec ta mère car il est difficile d'être témoin de tels actes. Quoiqu'il en soit, nous restons à disposition si tu as d'autres questions ou pour nous donner des nouvelles. Bien à toi.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Physique

Posez-nous votre question