Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Ma maman subit des violences

18 avril 2017 - SDL02

Bonjour, Je suis une adulte de 43 ans, ma maman subis diverses violences depuis des années de la part de son mari (2ème mariage) ce n'est pas mon père. Il y a toujours eu de fortes pressions psychologiques, parfois physique. Il est alcoolique et dépressif. Ma maman de 67 ans se laisse dépérir, et n'attend que de mourir. Elle ne peut que rarement se confier car il ne la laisse jamais seule. Il ne la laisse plus conduire depuis longtemps et lui a même maintenant retirer sa postcard. Je propose à ma maman de l'héberger, ou de lui trouver un appartement de l'aider financièrement de faire le relais avec des associations. Mais elle est également dépressive et souffre de divers maux, et ne s'est jamais sentie le courage de partir. Je pense qu'elle ne le fera jamais, je ne sais pas comment l'aider? et la seule chose heureuse qu'il pourrait arriver, est qu'il meurt ainsi elle serait libérée... Merci de me conseiller

Notre réponse :

Bonjour,

Votre récit à propos de votre mère évoque des violences importantes de la part de son mari, qui est votre beau-père. Cet homme, que vous décrivez comme un alcoolique dépressif, semble avoir une forte influence sur le psychisme de sa femme, qui, selon vous, se laisse mourir. Que ce soit une réponse aux comportements de son mari ou conjuguée à d’autres facteurs, votre mère semble en danger, et vous vous en êtes alertée. Tant mieux !

Pour des raisons qui lui sont propres et malgré vos diverses propositions, votre mère semble figée dans sa situation, avec l’espoir magique, de sa part ou de la sienne, d’être libérée de son compagnon si la mort devait le frapper.

Nous pouvons imaginer votre désarroi à vivre cette situation et les difficultés, voir les souffrances que vous portez. Vos possibilités sont limitées car, à moins d’une mise en danger d’elle-même ou sur autrui, personne ne peut forcer votre mère à faire quelque chose pour changer sa situation. Même pas vous ! A ce jour, vos encouragements et votre persuasion n’ont pas suffi à la faire réagir, et vous cherchez d’autres pistes pour la faire bouger.

Vous pourriez commencer, si cela n’a pas déjà été fait, par dire à votre mère que  vous souffrez de la voir dépérir ainsi, que vous vous inquiétez de la voir subir ces violences, des violences que vous pourriez nommer. Lui dire aussi que vous avez fait appel à des professionnels pour obtenir des conseils, et qu'elle peut être aidée. Il est possible que votre souffrance à vous de la voir dépérir la touche, peut-être même davantage que la sienne.

Vous pouvez aussi tenter de l'encourager à faire un premier pas vers un changement, un tout petit pas, plutôt que de réfléchir d'un coup à "toute la solution". Celui-ci pourrait être de se confier à son médecin ou à d’autres professionnels spécialisés dans les violences conjugales, simplement de parler. Elle pourrait aussi bien sûr s’adresser au Centre MalleyPrairie (CMP) et obtenir un entretien ambulatoire dans sa région, non payant et confidentiel.

Durant cet entretien, qui peut être renouvelable, elle serait écoutée dans ce qu’elle vit, et orientée au plus près de ses besoins et de sa volonté. Si cela pouvait la rassurer, vous pourriez l’accompagner dans cette démarche et même durant l’entretien.

De votre côté, nous imaginons que les choses ne sont pas simples et, si votre mère ne se met pas en mouvement, nous vous encourageons, à votre tour, à ne pas rester seule avec cette charge émotionnelle très lourde à porter. Vous aussi pouvez consulter le CMP ou d'autre professionnel·le·s, comme un·e psychologue ou un·e psychiatre, et chercher des pistes de réflexions et de changements pour vous, pour avancer avec cette situation.

N’hésitez pas à nous écrire pour nous donner de vos nouvelles. Nous restons à disposition en cas de besoin et vous envoyons nos meilleures pensées pour vous accompagner dans vos démarches.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Physique, Psychologique, Economique

Posez-nous votre question