Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Je suis témoin de la violence conjugale que subit une amie. Elle ne veut rien faire.

14 juin 2020 - K-N...

Je suis témoin indirect de violence conjugale, j'ai une amie qui est en pleine séparation. Son conjoint l'a déjà tapé, j'ai dit à mon amie qu'elle devait porter plainte mais, elle dit que ça va, qu'elle n'a de marques, qu'on ne peut rien faire. Est-ce exact ? Selon moi elle subit aussi des violences psychologiques, il a raconté des choses à sa famille à elle (on ne sait pas quoi) mais une partie de sa famille ne lui parle plus. Elle ne veut rien faire. Mais moi, j'aimerai pouvoir faire quelque chose, expliquer à cet homme que ce qu'il fait n'est pas accepté par la loi.

Notre réponse

Madame,

Une amie, qui est en pleine séparation, a vécu de la violence conjugale, physique dans le passé et certainement psychologique plus récemment. Elle ne veut rien faire à ce sujet, mais vous vous aimeriez pouvoir agir. Peut-elle porter plainte malgré l'absence de marques? Est-il possible d'expliquer à son conjoint que son comportement est illégal?

Nous comprenons bien votre inquiétude pour votre amie et pensons cerner chez vous un sentiment d'impuissance face à la situation. Celui-ci est légitime et typique du contexte de violence conjugale. Toutefois, votre présence auprès de votre amie représente déjà beaucoup et s'avère probablement d'un grand soutien pour elle. L'entourage est une ressource importante pour lutter contre l'isolement induit par la violence et il est très important de respecter le rythme et les souhaits de la personne.

Pour vous répondre, il n'est pas vrai qu'il n'est pas possible de porter plainte faute de marques sur le corps. La violence est interdite et il y a des lois pour protéger les personnes qui en sont victimes. Nous vous invitons à prendre connaissance des informations juridiques en rapport en cliquant ici. Et pour plus de détails, vous, ou votre amie dans l'idéal, pourriez prendre contact avec le centre LAVI au 021/631.03.00 afin d'obtenir des conseils notamment sur la question de la plainte mais aussi sur les aides accessibles aux victimes d'infractions.

Contacter le conjoint pour lui expliquer que ce qu'il fait est interdit est risqué, voire inutile, s'il n'est pas dans un processus de reconnaissance et de responsabilisation face à son comportement. Par contre, il pourrait être bénéfique à votre amie, si elle est volontaire, de trouver le soutien de professionnel-le-s dans le domaine afin de mieux comprendre les mécanismes de la violence et d'élaborer des outils pour s'en protéger, même après une séparation. Il existe à ce propos le centre d'accueil MalleyPrairie, spécialisé dans la violence conjugale.

Que ce soit pour elle, ou même pour vous, les contacts ci-dessus vous assurent conseils et orientation, gratuité des prestations et confidentialité.

Nous espérons avoir pu vous apporter des pistes utiles et que la situation de votre amie puisse s'améliorer au plus vite. Nous restons à disposition pour d'autres questions ou pour recevoir de vos nouvelles.

Bien à vous

 

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Physique, Psychologique

Posez-nous votre question