Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

J'essaie d'aider une victime de violence mais je ne sais pas quoi faire de plus.

26 mai 2017 - julimol4

Comment puis-je aider cette connaissance qui prend peut à peu conscience que dans sa relation de couple, elle subit toutes sortes de violences. (Physique : A déjà reçu quelques fois des coups, derniers en février 2017 car elle n'avait pas préparé le repas). Psychologique (est souvent dévalorisée, rabaissée). Son mari lui dit qu'elle est incapable, qu'elle est moche, qu'elle a grossi, qu'elle cuisine mal. Elle doit sortir avec ses deux enfants tout le week-end pour qu'il se repose, n'a pas le droit de rentrer à la maison avant telle heure. Doit préparer ses sous-vêtements pour quand il sort de la douche. C'est elle qui porte TOUT le quotidien. Economique : Elle n'a plus accès au compte, il lui donne uniquement 100.- par semaine pour faire des courses. Sexuelle : il est souvent arrivé qu'elle soit obligée de faire l'amour sans consentement. peu à peu, elle réalise que cela n'est pas normal. Mais elle est dans une forte ambivalence, ne sait pas que faire, se sent seule, a peur de lui. Dépression.. Je lui ai donné les numéros de Malley-Prairie et de la LAVI. Je lui ai fait lire certains textes sur la violence notamment le processus (son mari s'excuse toujours) ... Que faire de plus...?

Notre réponse :

Bonjour Madame,

Vous semblez très bien informée sur la violence conjugale, sur sa complexité et ses conséquences. Nous sommes touché-e-s par votre désir d'aider cette personne qui subit de la violence dans son couple et nous constatons que vous avez déjà fait beaucoup pour elle. Vous nous demandez aujourd'hui ce que vous pourriez faire de plus.

Concrètement, il semble que vous ayez déjà transmis l'essentiel à cette femme (des coordonnées de professionnel-le-s, des informations sur la violence et sur son processus). Votre présence doit de plus lui être très précieuse. Nous vous invitons à rester disponible pour elle, dans une posture d'écoute non jugeante, comme vous le faites déjà certainement. Vous pouvez également lire cette page de notre site, qui s'adresse aux témoins de violence.

Dans tous les cas, l'ambivalence de cette personne est normale: elle commence à prendre conscience des violences qu'elle subit, de leur caractère anormal, et ce ne sont pas des choses évidentes à accepter. Le fait d'être une victime de violence est également difficile à reconnaître et à intégrer. Elle a certainement besoin de temps et les professionnel-le-s que vous lui avez indiqués peuvent l'accompagner dans ses démarches et sa réflexion.

Nous espérons que cette femme saura accepter la main que vous lui tendez et qu'elle retrouvera rapidement une vie sereine et sans violences, pour elle et ses enfants. Merci à vous pour votre présence et votre initiative. Nous restons à disposition en cas de besoin et vous envoyons nos meilleures pensées.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Physique, Psychologique, Sexuelle, Economique

Posez-nous votre question