Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

J'ai appris qu'une de mes proches est concernée par la violence. Je me sens prise au piège du secret.

10 juillet 2017 - Mouiy

Bonjour, Je suis dans une situation un peu difficile et très démunie. Un membre de ma famille s'est confiée à moi et m'a dit qu'un membre de la famille se fait frappé par son ami. Elle l'a appris par le fils qui a 9ans. Sa maman s'est confiée à son fils et il a également été présent lors d'une scène de violence. Une nuit, il s'est même réveillé en entendant rien dans la maison, il a cru que l'ami avait tué son ami. Maintenant, sa devient de plus en plus violent. La semaine passée, il l'a encore tapé. Avec bcp d'hématomes apparents surtout au niveau de la poitrine. La victime minimise les faits et dit que c'est parce qu'elle le pousse à bout qu'il réagit comme ça! Etant donné que je ne suis pas censée être au courant de sa situation, je ne peux pas rester sans rien faire. J'ai très peur que sa dérape. Et surtout pour le garçon qui a peur de son ami et qui dit préférer aller chez ses grands parents. Qu'est-ce que l'on peut faire dans une telle situation? La victime minimisant les faits, je pense qu'elle a peur de le quitter à cause des représailles ? Serait-il possible que vous me donnez des pistes d'intervention pour éviter le pire?

Notre réponse :

Madame,

Vous êtes prise dans une situation délicate où vous apprenez, d’une façon indirecte, qu’une personne de votre famille vit des violences conjugales. De plus, vous dites que vous êtes censée ne pas être au courant de cette situation, dont la description des faits s’est embrouillée via le récit d’un enfant. Vous voilà bloquée et pourtant, vous aimeriez agir au plus près de votre conscience.

Vous avez bien fait de faire ce premier pas en vous adressant à nous. Il est en effet délicat dans ce genre de situation d’intervenir et c’est bien souvent le propre de la violence, que de laisser la victime et son entourage dans une forme de sidération.

Une des pistes d’entrée pourrait être la sensibilité particulière que nous devons tous avoir par rapport aux enfants qui sont pris dans cette spirale de la violence.  Dans votre cas, vous mentionnez qu’un enfant de 9 ans se trouve directement concerné par les violences subies par sa mère, préférant selon votre récit, aller chez ses grand-parents plutôt de que de rester auprès de sa famille.

Les enfants pris dans les violences domestiques sont des victimes à part entière  et il est nécessaire de les protéger. Ceci pourrait être une motivation supplémentaire pour agir de votre côté, et ne pas rester emprisonnée dans cette situation qui semble vous concerner au premier chef.

Motivée par l’importance de votre intervention et votre volonté de protéger les membres de votre famille, vous pouvez explorer différentes voies qui s’ouvrent à vous.

Vous pouvez, à votre tour, motiver la personne qui vous a confié ce récit, d’intervenir seule, ou avec vous, auprès de cette famille, en leur parlant de vos inquiétudes et de votre volonté de ne pas laisser cette situation perdurer. Dans cette démarche, vous pourriez sensibiliser les parents à protéger leur enfant et, par là même, inciter ce couple à changer de comportement, et les inciter à demander de l’aide.

Si vous ne trouvez pas de porte d’entrée pour aller dans cette voie, vous pouvez en parler à l’Office de la Protection de l’Enfance et leur signaler la situation. Ils prendront alors le relais. 

Vous pouvez aussi entrer directement en contact avec cette femme victime de violences physiques. La première chose à lui transmettre est qu’elle n’est pas responsable des violences qu’elle subit, que les violences sont poursuivies par la loi et qu’il est important qu’elle ne reste pas seule face à sa situation.

Vous pouvez l’orienter auprès de son médecin pour qu’elle puisse se confier à une personne de confiance, qu'elle puisse parler de ce qu'elle vit et faire constater les coups qu’elle a reçu. Elle peut s’adresser à la LAVI et demander un entretien, afin de connaitre ses droits et recevoir le soutien dont elle a besoin. La Fondation l’Essentielles propose également un accompagnement spécifique en rapport aux violences qu’elle subit.

Et, bien entendu, vous pouvez la sensibiliser par rapport à son devoir de protection de son enfant.

Informez-là aussi qu’en cas de danger imminent et de besoin de protection, elle peut faire appel à la Police en appelant le 117 et, le cas échéant, demander une expulsion du domicile de l’auteur des violences.

Il est essentiel que cette femme puisse se responsabiliser face à ce qui lui arrive, et entamer les démarches visant à changer. A son tour, elle pourrait aussi se confier à nous via le site de Violence que faire et nous faire part des questions qui se posent à elle.

Nous espérons que nos orientations vous permettront de sortir de cette position inconfortable. Si vous en ressentez le besoin, n’hésitez pas à nous écrire pour nous donner de vos nouvelles. Nous restons à disposition et vous envoyons nos meilleures pensées pour vous accompagner dans vos démarches.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Physique

Posez-nous votre question