Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Comment aider une amie victime de violence verbale et physique?

02 mai 2020 - Cer...

Une amie m’a confiée être victime de violence verbale et physique de la part de son conjoint après qu’il aille eu trop bu , il travaille dans la police. Comment puis je l’aider ?

Notre réponse

Bonjour Madame,

Vous nous demandez comment aider votre amie victime de violence verbale et physique dans son couple. Vous souhaitez lui venir en aide et vous nous demandez conseil.

Nous comprenons dans votre question votre envie de soutenir votre amie. En effet, les violences ont un impact grave et néfaste sur la santé. Les violences sont interdites et punissables par la loi, quel que soit le statut de l’auteur des violences, ni ses raisons. Votre amie a des droits. Vous pouvez l'orienter vers le Centre de consultation Lavi (021 603 31 00) de son canton. Une équipe de professionnel-le-s spécialisé-e-s pourra l’écouter, l’informer sur ses droits et l’orienter vers la protection et l’aide appropriée de manière confidentielle et gratuite. Elle peut également entrer en contact avec le Centre d’Accueil MalleyPrairie (021 620 76 76) qui propose un soutien et un accompagnement ainsi qu’un hébergement d’urgence aux personnes victimes de violence conjugale. Elle pourra réfléchir avec une aide extérieure aux différentes possibilités qui s’offre à elle.

Si un nouvel épisode de violence survient, votre amie doit également assurer sa sécurité. Nous comprenons que cela peut être compliqué au vu du travail de son conjoint, mais votre amie a le droit d’appeler la police (117) qui doit veiller dans un premier temps à sa sécurité. Bien que travaillant dans la police, son mari est soumis aux mêmes lois.

Vous nous demandez comment l’aider. L’orienter vers les aides appropriées est une partie importante car le phénomène d’emprise présent lors des violences conjugales est fort et vicieux. Souvent une aide extérieure est nécessaire. Cependant, votre amie a eu suffisamment confiance en vous pour se confier. Vous avez su écouter et accueillir son récit. C’est une aide essentielle. Nous vous en félicitons et vous encourageons à continuer. Par ailleurs, être témoin ou confident-e d’évènements de violence est parfois lourd à porter. Cela peut générer de fortes émotions (tristesse, colère, sentiment d’impuissance, culpabilité, etc) et il est important que vous aussi ne restiez pas seule avec tout cela. En avez-vous parlé avec un-e proche ou une personne de confiance ?

Nous espérons que ces pistes pourront vous être utiles. N'hésitez pas à nous réécrire si vous avez d’autres questions ou si vous souhaitez nous donner des nouvelles. Nous sommes également à disposition de votre amie si elle souhaite nous écrire directement. Sentez-vous libre de lui transmettre nos coordonnées. Recevez nos meilleures pensées.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Physique, Psychologique

Posez-nous votre question