Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Comment aider ma soeur et ses filles?

19 juin 2019 - Hiv...

Bonjour, Je me permet de vous écrire car je me sent démunie face à la situation de ma soeur.  Mère de deux enfants (de 8 ans et de 8 mois). Elle a des horaires et des jours de travail irréguliers. Ma soeur était en couple avec le père de petite de 8 mois depuis 1 année et demi. Il alterne de courtes périodes de travail, de chômage, de social. Il est unconsommateur de cannabis (env. 8 joints par jour). Il a grandit dans un foyer pour de multiples petits délits. Avant d'être en couple avec ma soeur il vivait encore chez sa maman. Après leur rencontre, ma soeur et lui se sont rapidement mis en ménage mais des difficultés relationnelles sont vite apparues. Il présente des comportements agressif et a beaucoup recours à la violence verbale. Il rabaisse continuellement ma soeur. La manipule. Il arrête pas de lui dire que si ça va mal entre eux c'est de sa faute à elle. Il lui dit qu'elle ne doit se confier à lui et après il utilise ce qu'elle lui a dit, contre elle. A un moment, ma soeur avait trouvé la force de le mettre dehors mais au même moment elle a découvert qu'elle était enceinte. Il l'a convaincu qu'il serai un bon père. Ils décident de garder l'enfant et il est revenu à la maison. Depuis son retour à domicile rien ne s'est amélioré. Ma soeur a fini par s'isoler parce qu'à chaque fois qu'elle devait voir du monde, il lui fait une crise. Il est aussi extrêmement jaloux. Après l'accouchement, la situation n'a fait que s'empirer. Ma soeur fini par faire attention à chacun de ces mots par peur des réactions de son conjoint. Il y'a un mois, il y'a eu la dispute de trop. Il a levé la main sur ma soeur. Il l'a gifflée. Ma soeur m'a dit que c'était la première fois. Ma soeur l'a mis dehors. Il est parti vivre chez sa mère. La violence psychologique n'a pas pris fin pour autant. Il continue à manipuler ma soeur en se servant de leur fille. Il n'arrête pas de lui dire que si ils sont dans cette situation c'est de sa faute à elle. Il la rabaisse. Il lui dit que c'est une mauvaise mère. Qu'il va aller voir la police pour leur montrer que ma soeur est folle. Ma soeur a commencé un nouveau travail le 1er juin. Tout se passait bien à son ancien travail et elle a fait le choix de changer d'employeur pour avoir plus de stabilité au niveau des horaires et pour ne plus travailler de nuit. A la base c'est lui qui devait s'occuper de la petite quand ma soeur travaille. Mais finalement il utilise ça comme chantage avec ma soeur (comme si c'était un service qu'il lui rendait, que du coup elle lui est redevable alors que c'était ce qu'ils avaient convenu ensemble). Ma soeur est à la recherche d'une maman de jour. Le réseau a été solicité mais la seule maman de jour proposée est en vacances 5 semaines en juillet, elle ne garde par les enfants le mardi et par après 18h30. Ma soeur se sent donc coincée. Si elle veut garder son travaille, pour le moment, elle n'a pas le choix de confier leur fille à son père. Sachant que quand il garde la petite il ne stoppe pas sa consommation de cannabis et il harcèle ma soeur de messages. L'autre jour pour "punir" ma soeur de lui avoir mal répondu, il lui a annoncé à 5h30 du matin à ma soeur qu'il ne viendrai pas garder la petite pour l'empêcher d'aller travailler. Ma soeur est en temps d'essai et des absences répétées pourraient lui faire perdre son emploi. Hier la mère de l'ancien ami de ma soeur l'a mis dehors. Il n' arrête pas de dire à ma soeur que c'est sa faute si il est dans cette situation. Hier il a menacé de se "foutre en bas". Ma soeur a peur d'agir mais elle a encore plus peur de lui. Elle est extrêmement fatiguée. Ne sais pas quoi faire pour bien faire. Au début elle était d'accord que je prenne contact avec vous et puis plus... Je me fais du soucis pour ma soeur et ses filles. J'aurai vraiment besoin de votre aide. 

Notre réponse

Bonjour Madame,

Votre soeur vit une relation d'emprise avec son ex-conjoint, dans laquelle elle connaît des violences psychologiques et physiques. Il fait pression sur elle, la dénigre et la déstabilise, en se servant aussi de leur bébé. Vous vous faites du souci pour votre soeur, vous la sentez très fatiguée et apeurée, vous ne savez pas quoi faire pour l'aider.

Vos craintes sont tout à fait justifiées : vous décrivez parfaitement la spirale de la violence dans laquelle votre soeur est progressivement aspirée. D'abord des pressions, des dénigrements, de la jalousie, de l'isolement, puis plus récemment de la violence physique. Votre soeur est maintenant si éprouvée qu'elle peine probablement à trouver une solution, elle ne voit peut-être plus comment s'en sortir, ou alors cela lui paraît trop difficile, voire impossible.

Elle a bien réagi en le quittant après l'épisode de violence physique, cependant, vous avez raison quand vous dites que "la violence psychologique n'a pas pris fin pour autant". Le phénomène de l'emprise perdure malheureusement, même si les deux partenaires sont physiquement séparés.

Toutefois, il est possible de s'en sortir et votre soeur peut compter sur l'aide de professionnel-le-s pour y arriver. Nous lui conseillons vivement de prendre contact avec le centre LAVI (loi d'aide aux victimes d'infractions) de sa région. Cette aide est confidentielle et anonyme et n'engage en rien votre soeur. Les intervenant-e-s LAVI ne lui demanderont ni de déposer plainte, ni de contacter la police, mais l'aideront à faire le point sur sa situation et lui donneront des conseils pour la suite, en fonction de ce qu'elle souhaite pour elle et pour ses enfants. Ces professionnel-le-s sont spécialisé-e-s dans les situations de violence domestique et connaissent tout le réseau d'aide.

Il y a aussi un risque que votre soeur n'arrive pas à garder son travail, car trop épuisée par la situation. De plus, laisser le bébé avec son papa n'est peut-être pas sans risque s'il y a effectivement une consommation accrue de stupéfiant. Vous pouvez transmettre à votre soeur le contact du centre d'accueil Malley Prairie, pour elle et ses enfants. Elle pourrait s'y reposer et trouverait de l'aide pour ses enfants.

Si elle craint pour la sécurité de son bébé, elle peut s'adresser au Service de protection de la jeunesse de votre canton, qui procèdera à une évaluation de la situation et indiquera la prise en charge adéquate.

Transmettre ces informations à votre soeur représente déjà une aide précieuse. Sa situation la déstabilise sans doute beaucoup, elle peut du coup paraître confuse, indécise ou même refuser votre aide. Ne le prenez pas personnellement, ces réactions sont les conséquences habituelles des situations d'emprise. L'important est si possible de garder un lien avec elle, de l'accompagner et de l'écoute sans jugement ni pression. Se sortir d'une dynamique de violence domestique prend du temps et n'est pas facile, cela doit se faire au rythme qui convient à votre soeur, en fonction de ses besoins et de ses ressources actuelles. Dans la mesure du possible, et même si vous vous faites du souci pour elle, essayez de garder une saine distance par rapport à tout cela et veiller à vous préserver. De cette manière, vous pourrez l'épauler plus longtemps et sans frustration. 

Nous vous félicitons pour votre démarche et pour l'aide que vous apportez à votre soeur. N'hésitez pas à nous réécrire pour d'avantage d'informations. Votre soeur aussi peut nous écrire si elle le souhaite.

Bon courage pour la suite et prenez soin de vous!

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Physique, Psychologique, Economique

Posez-nous votre question