Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3

retour aux questions

Questions/réponses

Comment accompagner mon amie au mieux sans être trop intrusive ou la brusquer dans ses démarches?

09 octobre 2021 - Ami...

Bonsoir,

je viens d'avoir une Amie qui m'écris que son copain et père de ses 2 enfants l avait frappé pour la deuxième fois et quelle avait peur. Heureusement elle a appelé la police je lui au dis de bienes écouter et suivre leur conseils mon mari étant lui-même gendarme. J'ai donné l'adresse de votre site afin quelle vous contacte, je l'ai rassurée mais je ne sais pas ce que je peux faire de plus si vous pouviez. M aider a l'accompagner au mieux sans trop être intrusive ou la brusquer dans ses démarches

Notre réponse

Bonjour Madame,

Une de vos amies s'est confiée à vous. Elle vous a dévoilé que son compagnon qui est le père de ses deux enfants l'a frappée pour la deuxième fois, et qu'elle en avait peur. Lors des faits, elle a téléphoné à la police. Vous êtes préoccupée et vous vous demandez comment la soutenir et l'aider sans la brusquer dans ses démarches ou être trop intrusive.

Tout d'abord, nous tenons à saluer vos démarches, aussi bien d'avoir conseillé à votre amie de joindre la police mais aussi de nous écrire pour trouver comment la soutenir au mieux. Votre soutien est très précieux! La violence physique est grave et interdite par la loi.  Souvent, les proches de la personne victime se sentent impuissant-e-es et ne savent pas quelle attitude adopter. Pourtant leur soutien peut-être déterminant. Nous allons donc vous donner quelques pistes pour accompagner votre amie.

Briser le silence est un premier pas important. Nous vous encourageons à maintenir le contact, de lui faire savoir que vous êtes là pour elle et qu'elle peut compter sur vous quoi qu'elle décide. Vous pouvez aussi lui indiquer des ressources venant en aide aux personnes concernées par la violence dans le couple. 

En cas de nouvel épisode de violence, elle ne doit jamais hésiter à appeler à nouveau la police au 117. Celle-ci pourra alors intervenir au domicile et proposer son aide, voir expulser l’auteur du logement pour une durée de quelques jours.

Dans un premier temps, il serait important que votre amie puisse effectuer un constat de coups et blessures auprès d'un médecin. Dans le canton de Vaud, elle peut s'adresser à l'Unité de médecine des violences du CHUV.

Pour prendre rendez-vous, il suffit de contacter le centre de consultation de son choix par téléphone au:

  • +41 (0)21 314 08 51, Hôpital de Nyon ;
  • +41 (0)21 314 00 60, CHUV ;
  • +41 (0)24 424 42 20, Hôpital d’Yverdon-les-Bains ;
  • +41 (0)58 773 64 77, Hôpital Riviera-Chablais.

Le constat médical ne l'engage à rien et n'est remis qu'à elle. Ce document pourrait lui être utile par la suite si elle décide d'entreprendre des démarches. Aussi une consultation médicale permettrait de contrôler son état de santé.

Dans un second temps ou simultanément, votre amie peut prendre contact avec le Centre LAVI (aide aux victimes d'infractions) du canton de Vaud ou d'un autre canton. Elle pourra obtenir un soutien aussi bien juridique que psychologique, social ou matérielle. Les prestations des centres LAVI sont gratuites et confidentielles. Dans le canton de Vaud il existe trois centre de consultations (Lausanne, Aigle, Yverdon-les-bains).

Enfin, elle peut également s'adresser au Centre MalleyPrairie en composant le 021 620 76 76. Ce centre propose des entretiens ambulatoires pour accompagner dans la compréhension de violences conjugales, des moyens de s’en protéger et de s’en sortir. Des professionnel-le-s l'écouteront et la conseilleront de manière gratuite et confidentielle. Un hébergement d'urgence peut aussi lui être proposé pour elle et ses enfants si elle le souhaite.

Comme vous l'avez déjà proposé, il y a également le site www.violencequefaire.ch sur lequel elle peut se rendre pour s'informer mais aussi pour poser des questions ou déposer son vécu. Parfois ce premier pas est plus facile.

Nous sommes également concerné-e-s par les enfants de votre amie. En effet, les enfants lorsqu'ils sont témoins de la violence au sein du couple parentale, ils sont également fragilisés et sont eux aussi directememt impactés. Informer votre amie de l'impact délétère pour ses enfants de cette situation peut aussi être un levier afin qu'elle engage des démarches pour changer la situation. Pour d'informations sur le sujet: ici.

Nous espérons que ces quelques pistes vous permettront de venir en aide à votre amie et nous vous souhaitons bon courage dans cet accompagnement. Si vous avez d'autres questions ou si nous n'avons pas répondu complètement à votre demande n'hésitez pas à nous recontacter.

Nos meilleures pensées vous accompagnent.

retour aux questions

Posez-nous votre question