Votre contribution aide à lutter contre la violence

Informations postales:
CCP : 17-512222-3
IBAN : CH58 0900 0000 1751 2222 3
retour aux questions

Questions/réponses

Après sa demande de divorce, ma fille reçoit des menaces graves. Comment peut-elle se protéger?

10 juin 2018 - Den...

Ma fille est séparée de son mari depuis plusieurs mois. Elle a demandé le divorce pour raison de harcèlement et de violences verbales, et toujours en présence de leur fille de 4 ans. La situation se dégrade avec aujourd'hui de graves menaces. Que peut-elle faire pour se protéger elle et sa fille ?

Notre réponse :

Bonjour Madame,

Après plusieurs mois de séparation votre fille a demandé le divorce à cause de nombreuses violences psychologiques. Vous nous avez écrit car la situation se dégrade avec de "graves menaces" et vous aimeriez qu’elle puisse s’en protéger. Vous avez bien fait de ne pas attendre plus longtemps pour l’aider. Parfois, lors d’une séparation ou d'un divorce les actes de violence ont tendance à s’intensifier. Nous comprenons vos inquiétudes pour votre fille.

Pour se protéger, la première chose à faire pour elle et son enfant est de se mettre en sécurité physiquement. Nous supposons qu’elle n’habite plus avec son mari ? Si ce n’est pas le cas, cette étape peut être un grand pas pour s’éloigner de la violence.

Nous n’avons pas de détails sur les menaces "graves" qu’elle reçoit: certaines menaces (comme de mort, de coups ou d'enlever les enfants) sont poursuivies d'office: il suffit d'avertir la police pour qu'une enquête soit ouverte. Par ailleurs, si elle se sent en danger vous pouvez lui rappeler qu’il ne faut pas qu’elle hésite à appeler la police au 117.  Vous aussi dans ce cas vous avez le droit d'appeler. Si les menaces sont orientées contre sa fille elle peut également contacter le Service de Protection de la Jeunesse qui interviendront afin de la protéger.

Contre le harcèlement qu’elle subit, qu’on nomme stalking en anglais, il existe des mesures de protection de la personnalité qu’elle peut demander auprès de la police et de la justice. Celles-ci visent à interdire à son mari de se rendre à son domicile, son lieu de travail ou encore à lui téléphoner. Elle peut également porter plainte contre lui, autant de fois qu’il le faudra pour l’arrêter. Pour l’accompagner dans ces démarches, nous suggérons qu’elle contacte le Centre Social Protestant (CSP), en mentionnant qu’elle vient de Violence Que Faire. En cas de doutes, les profesionnel-le-s de ce centre d’aide pourront aussi la soutenir ainsi que l’aider pour que le divorce se fasse au plus vite.

Pendant cette période le soutien des proches est aussi très important pour elle, notamment avoir quelqu’un à qui se confier. Si elle souhaite également en parler à des professionnel-le-s n’hésitez pas à l’orienter vers notre site.

Nous espérons que la situation s’arrangera pour elle et sa fille, et qu’elles connaîtront bientôt de meilleurs jours. Nos pensées positives accompagnent votre famille. Bien à vous.

retour aux questions

Autres questions sur le même thème : Psychologique

Posez-nous votre question