Ecouter et soutenir

Une personne victime de violence conjugale vit une situation difficile et douloureuse. Elle a peur, honte et se sent seule. Elle pourra sortir du silence si elle sent qu’elle sera crue et écoutée sans jugement.

Créer une atmosphère propice

Parler de ce qu’elle vit, de sa souffrance, n’est pas facile pour une victime. Il est nécessaire de se montrer disponible et d'établir une relation de confiance pour qu’elle ose parler. Les révélations sont douloureuses et doivent rester confidentielles si la victime le souhaite. Il convient de prendre du temps pour l’écouter, cela en l'absence de son/sa partenaire, dans un cadre propice où l’on ne risque pas d’être dérangé.

Oser demander

Il est souvent nécessaire de briser le silence qui entoure la violence. Pour aborder la question progressivement, nous pouvons parler de la relation en général, demander comment cela se passe quand le couple est en conflit, ou encore sonder si la personne s'est déjà sentie en danger sous son propre toit. Des propos vagues, tels que "j'ai des problèmes à la maison", font partie des appels à l'aide qu’envoie une victime. Ils doivent nous inciter à en demander plus.

Ecouter d'une manière ouverte et respectueuse

La violence place les personnes en état de stress aigu, voire en état de choc. Parfois la victime apparaît particulièrement troublée et peut se comporter de manière surprenante. Cet état est la plupart du temps la conséquence de la violence subie et non son origine. Une fois que la victime commence à parler, il convient d'accueillir son histoire et ses émotions comme elles viennent, sans les juger. Elle se montrera très émotive ou au contraire semblera ne rien ressentir. Ses sentiments sont complexes et même s'ils nous semblent contradictoires, cela est parfaitement normal. C'est la situation qu'elle vit qui ne l'est pas. La victime a besoin d'être prise au sérieux et d'être crue. Le déni, la banalisation ou le doute quant à la violence subie peuvent causer beaucoup de dégâts.

Condamner la violence

La violence est grave. Elle est interdite par la loi. Quelles que soient les raisons invoquées, la violence est inexcusable. Personne ne mérite un tel traitement. Il convient de toujours prendre position contre l'utilisation de la violence, sinon cela revient à la cautionner indirectement. Toutefois, condamner les actes de violence ne signifie pas condamner l'auteur de ces actes dans toute sa personne.

Définir les responsabilités

La victime n’est jamais responsable de la violence de son/sa partenaire. L'auteur-e de violence est seul-e responsable de ses actes. Elle est en revanche responsable de prendre des mesures pour assurer sa sécurité et celle de ses enfants le cas échéant. Le/la partenaire violent-e est également responsable du bien-être et de la sécurité des enfants.

Respecter le libre arbitre de la victime

Nous devons nous rappeler que la victime de violence fait de son mieux pour survivre dans un environnement hostile. Nous n'avons pas à lui dire ce qu'elle doit faire ni à entreprendre des démarches à sa place. Il s’agit d’essayer de la comprendre sans la blâmer, de respecter ses choix et de renforcer son sentiment que sa vie lui appartient.

Demandez conseil à des professionnel-le-s

Si vous avez des doutes ou des interrogations face à la situation dont vous êtes témoin, vous pouvez recevoir les conseils de personnes spécialisées dans l’aide aux victimes de violence conjugale, ici même sur le site, anonymement. N’hésitez pas à nous poser vos questions.