Qui est responsable?

Il est difficile de reconnaître sa propre violence. Les personnes qui y ont recours vont expliquer leurs actes par un problème extérieur (stress, alcool, chômage, histoire personnelle, etc.) ou minimiser la situation. Cela n'est pas facile de reconnaître que l'on agresse la personne que l'on aime. Le/la partenaire qui a des comportements violents peut ressentir un pénible sentiment de culpabilité.

C'est la faute au stress, à la fatigue, au chômage?

Les passages difficiles n'excusent pas la violence. Quels que soient votre mal-être ou les soucis rencontrés, il vous appartient de les gérer sans attaquer votre partenaire.

C'est à cause de l'alcool?

L'alcool ou l'abus d'autres substances (drogues, médicaments…) ne vous rend pas violent-e. Il peut seulement vous amener à manifester plus rapidement ou plus intensément une violence déjà présente en vous.

C'est parce que rien ne va jamais comme il faut?

Dans la vie de couple, on est confronté·e aux différences de l'autre. Chacun·e a ses idées, son caractère. L'un-e des partenaires ne peut pas diriger la relation et décider de tout. Si les choses ne se passent pas comme vous voulez et que vous êtes contrarié-e, il s'agit de dialoguer, non d'imposer votre point de vue. La violence n'est pas un moyen admissible de régler les conflits.

C'est un problème de communication?

Vous avez peut-être de la peine à exprimer vos besoins, vos désaccords. Vous accumulez ainsi des frustrations ou des mécontentements jusqu'au moment où vous débordez. Votre difficulté à communiquer ne peut excuser le recours à la violence. Il vous appartient d'apprendre à repérer vos sentiments et de dire les choses avec respect.

C'est à cause de votre histoire personnelle?

Une relation saine basée sur le respect, la confiance, le partage et l'égalité, est l’entreprise de toute une vie. Chacun·e dans son couple doit relever ce défi. Vous partez peut-être dans cette aventure avec des blessures. Il vous appartient de les soigner. Si la présence de l’autre les ravive, vous êtes responsable de votre manière d’y réagir. Réagir par la violence n'est jamais une solution. Elle ajoute au contraire une difficulté supplémentaire.

C'est elle/lui qui provoque?

Si vous ne supportez pas certains comportements de votre partenaire vous n'avez pas pour autant le droit de l'agresser. Cela vaut aussi dans les cas où vous vous sentez provoqué-e. Vous êtes totalement responsable de votre manière de réagir aux attitudes de votre partenaire

Il arrive qu'une personne maltraitée crie, insulte son/sa partenaire, voire le/la frappe. Cette violence est généralement une réponse à la violence qu'elle subit. Elle ne peut être assimilée à la violence intentionnelle du partenaire qui attaque pour obtenir de l'autre ce qu'il/elle désire.

Reconnaître sa responsabilité

Le recours à la violence est inacceptable, quelles que soient les circonstances. Il est souvent difficile d'admettre qu'on est seul-e responsable de ses actes, particulièrement lorsqu'on se sent dévalorisé-e ou attaqué-e, mais c'est un pas incontournable pour se donner les moyens d'en sortir.