Sortir du site

Toutes les questions/reponses

Vous pouvez consulter ici toutes les questions posées sur violencequefaire.ch et les réponses qui leur ont été données. Si vous vous intéressez à un aspect particulier, vous pouvez lancer une recherche par mots-clés.

Pour poser une question, il faut vous inscrire dans l' Espace Perso. C'est gratuit, très simple et très rapide.


Question posée par sarek (VD, Femme, 28 ans) , le 13.12.2011

Sujet : Comment aider une amie qui subit probablement de la violence?

Question :

Bonjour,

Depuis plusieurs mois, nous sommes un groupe d'amis et de connaissances qui s'inquiète pour notre amie de 23 ans.

Effectivement, nous suspectons qu'elle subie de la violence (physique et psychologique) de la part de son conjoint. Plusieurs d'entre nous ont d'ailleurs été directement témoins de cette violence.

Ce qui nous inquiète également est le fait qu'elle semble "translucide", qu'elle ne parle pas de ce qu'elle vit quand on lui pose des questions, qu'elle dit qu'elle veut le quitter, mais qu'elle ne le fait jamais et que nous avons le sentiment qu'elle se coupe ou qu'elle est gentiment coupée de ses relations sociales.

Cette jeune femme a d'ailleurs fait comprendre à l'une d'entre nous que son conjoint avait déjà levé la main sur elle. Nous pensons que la situation ne peut pas s'améliorer sans une aide extérieure, car nous ne savons personnellement plus comment l'aider.

Que nous conseillez-vous, où pouvons nous trouvez de l'aide?

Merci d'avance et meilleures salutations

Réponse de violencequefaire :

Bonjour,

Vous êtes un groupe d'amis et de connaissances et vous vous inquiétez pour votre amie. Vous dites que vous suspectez qu'elle subit de la violence de la part de son conjoint. Vous ajoutez que certains d'entre vous ont même été témoin de cette violence.

C’est très bienveillant de vous préoccuper ainsi d’autrui. C’est un geste généreux et responsable.  Nous comprenons votre interrogation et votre inquiétude. D'autant plus que vous ne parvenez pas exactement à comprendre ce qui se passe chez votre amie.

Nous imaginons qu'il est difficile pour elle de vous faire part de ce qu'elle vit réellement. Il est en effet, plus facile de faire le récit de ses vacances réussies que ses difficultés intimes. Il peut être compréhensible qu'elle ait de la peine à répondre à vos questions. Elle ressent peut-être comme une intrusion dans sa vie privée, dans son intimité. L'expérience qu'elle vit est certes pénible à vos yeux mais, mais elle seule sait ce qu'elle peut supporter. Elle seule est responsable de protéger son espace, elle connait certainement ses limites. Elle dit qu'elle veut quitter son conjoint mais ne le fait pas, elle a besoin de temps, de courage, de sécurité, probablement. Elle seule sait quels sont ses moyens, ses possibilités, ses craintes aussi et personne ne peut agir à sa place.

Toutefois, en tant qu’ami·e·s, vous avez un rôle important à jouer pour qu’elle puisse sortir de cet environnement violent. Vous pouvez l'aider surtout en lui montrant de l'empathie, en montrant que vous avez confiance en elle et en ses choix, et en lui assurant que vous serez là pour elle quand elle en aura besoin. Une des conséquences principales de la violence conjugale est l’isolement qu’elle entraîne. Parfois cet isolement est recherché par l’auteur de violence qui a besoin que sa victime soit seule pour pouvoir exercer au mieux son emprise. En restant à ses côtés, cela lui donnera peut-être la force nécessaire pour entreprendre des démarches et quitter son partenaire.

Nous imaginons que pour votre amie, passez du temps avec vous lui permet aussi de se changer les idées, de passer des moments plus légers, de reprendre de l’énergie. Et c’est important que ces moments restent des moments de détente pour elle. Nous pensons que cela serait contreproductif de revenir régulièrement sur le sujet de la violence, que cela pourrait entrainer un sentiment de honte chez elle et la pousserait à vous éviter. Elle perdrait ainsi des alié·e·s important·e·s.

Vous pourriez lui suggérer de visiter ce site, par exemple, de le visiter avec elle si elle le souhaite, lui conseiller de prendre contact avec des professionnel·le·s ou de nous écrire à son tour. L’important est de ne pas brusquer votre amie, de ne pas insister et de lui faire confiance.

Nous vous souhaitons  de trouver les mots et la patience pour l’aider dans cette situation et vous remercions pour ce que vous faites. Nous vous souhaitons également de belles fêtes